Français
English

artprice.com

Communiqués :
1999-2000 - 2001-2002 - 2003-2004-2005 - 2006-2007-2008 - 2009-2010-2011 - 2012-2013-2014

Communication Financière >>>


2-September-2014 Artprice bouleverse le Marché de l'Art en lançant ses tableaux de bords et indices gratuits et payants dès ce 2 septembre 2014.
   
29-August-2014 Artprice Rapport Financier au 30 juin 2014 : C.A. en hausse validant le modèle gratuit.
27-August-2014 Artprice : le disrupteur du Marché de l'Art, vers une IPO de sa filiale artmarket.com (traduction)
20-August-2014 Artprice: the art market disruptor; IPO of its subsidiary artmarket.com
13-August-2014 Artprice T2 2014 : CA en hausse de 54%, modèle gratuit validé. Objectif 12 millions de clients, le Marché de l'Art connaît une forte croissance.
25-July-2014 Artprice : Communiqué d'affectation du résultat comptes clos au 31.12.2013
3-July-2014 Artprice : compte-rendu de l'AG du 27 juin et perspectives d'avenir
14-May-2014 Artprice T1 2014 : CA en hausse, modèle gratuit n'impactant pas le CA validé. Objectif 12 millions de clients, le Marché de l'Art connaît une croissance sans précèdent.
29-April-2014 Artprice Rapport Financier Annuel 2013 :
Résultat bénéficiaire et C.A. +13 % validant le modèle gratuit.
27-March-2014 Artprice déclare son éligibilité au PEA-PME des ETI cotées sur Euronext et son admission à l'indice Euronext CAC PME, à la demande ce jour de Pierre Moscovici, Ministre de l'Economie et des Finances (CP N° 1169)
5-March-2014 Artprice présent dans le nouvel indice CAC® PME d'Euronext
4-March-2014 Artprice: The Art Market 2013 +15 % Best year ever
13-February-2014 Artprice T4 2013 : Croissance à deux chiffres, modèle gratuit n'impactant pas le C.A. validé. Objectif 10 millions de clients, le Marché de l'Art connaît une croissance sans précèdent.
23-January-2014 Entretien de Thierry Ehrmann, PDG d'Artprice, suite à l'interview du CEO de Christie's dans Le Monde, ainsi que les premières tendances sur le Marché de l'Art 2013, avec Thierry Folcher de Trading and Ipo

21-November-2013 Artprice premier membre interconnecté sur LyonIX 3
13-November-2013 Artprice T3 2013, C.A. en hausse. Perspectives 2013.
15-October-2013 Artprice: the 2012/2013 Contemporary Art Market Report is now online
15-Oktober-2013 Artprice : Der Jahresbericht über den Markt zeitgenössischer Kunst 2012/2013 ist jetzt online.
30-September-2013 Artprice : Entretien exclusif de thierry Ehrmann avec Trading and Ipo
30-August-2013 Artprice Rapport Financier au 30 juin 2013 : C.A. en hausse validant le modèle gratuit.
13-August-2013 Addendum concernant le paragraphe sur la normalisation du Marché de l'Art par Artprice et l'arrivée d'Amazon.
13-August-2013 Artprice T2 2013, C.A. en hausse. Perspectives 2013.
15-July-2013 Artprice, conformément au Règlement Général de l'A.M.F. demande une enquête.
3-July-2013 Compte rendu de l'A.G.O. annuelle d'Artprice du 28 juin 2013
27-June-2013 Artprice's response to the council of voluntary sale's press dispatch via the AFP
7-June-2013 Communiqué d'Artprice sur le SBF 120
28-May-2013 Artprice: Hong Kong, with its bipolar market, has become the epicentre of the art market
21-May-2013 Artprice: the latest NY sales prove the financialisation of the Art Market
14-May-2013 Censure d'une information réglementée d'Artprice par Boursorama Banque
14-May-2013 Artprice T1 2013, C.A. en hausse. Perspectives 2013.
30-April-2013 Artprice Rapport Financier Annuel 2012 : Résultats bénéficiaires et C.A. maintenus validant le modèle gratuit.
26-April-2013 Artprice and Escrow.com, two world leaders in their respective fields, announce their advanced partnership.
18-April-2013 Artprice: Bryan Garnier and Co study now available on the Internet.
25-March-2013 Précision d'Artprice sur l'article des Echos du 25 mars 2013.
22-March-2013 Artprice : calendrier de l'étude Bryan Garnier and Co.
21-February-2013 Artprice partners with Artron, China's leading art market information processor, in a now bipolar global Art Market
14-February-2013 Artprice T4 2012 : Modèle gratuit n'impactant pas le C.A. validé. Accord majeur en Chine, objectif 10 millions de clients, L'Art, valeur refuge dans les crises majeures.
22-January-2013 Art Stage Singapore opens under the hallmark of Artprice's strategic alliance with city State's largest Contemporary art fair.
14-January-2013 Artprice confirms the Chinese search engine Baidu as a direct interface for Artprice databanks in China.
03-January-2013 Presentation of Artprice and economic outlook for 2013 with an independent study.

24-December- 2012 The company Artprice is now listed on the SBF 120 and has crossed the 2 million customers threshold.
7-December-2012

As of the close of markets on 21 December 2012, ARTPRICE will join the French SBF 120 stock market index

14-November-2012

Artprice T3 2012, progression CA, enchères Asie, cap vers 2 millions de clients confirmé.

25-October-2012

Artprice and Art Stage Singapore form strategic partnership in Asia.

16-October-2012

Artprice: wealth tax (ISF) on artworks...barking up the wrong tree.

9-October-2012

Artprice: the 2011/2012 Contemporary Art Market Report is now online!

   
1st-October-2012

According to an Artprice study, Qatar will soon be the global leader in the museum industry.

Laut einer Studie von Artprice wird Katar zur Nr. 1 der Museumsbranche.

   
24-September-2012

Artprice exceeds 1 million downloads in its art market standardisation process

Artprice übertrifft sein Ziel von 1 Million Downloads bei der Normalisierung des Kunstmarkts

   
31-August-2012 Artprice.com : 1er Semestre 2012 amélioration du résultat, perspectives 2ème Semestre
14-August-2012 Artprice T2 2012, Enchères, démarrage Hong Kong, cap vers 2 millions de clients
6-July-2012

Artprice surpasses itself in its goal to standardise the Art Market

Artprice übertrifft Zielmarke bei seinem Vorhaben zur Standardisierung des Kunstmarkts

4-June-2012 Artprice accelerates its Art Market standardisation
14-May-2012 Artprice T1 : Croissance du C.A. Internet, Premières Analyses de la Place de Marché Normalisée aux enchères. Objectif 2012 : 2 millions de clients qualifiés.
30-April-2012 Artprice Rapport Financier Annuel 2011 : Résultats bénéficiaires.
   
7-March-2012
27-February-2012 Artprice's annual art market report 2011. Art sales at their best.
7-February-2012 Artprice T4 2011 : Croissance du C.A, Premières Analyses de la Place de Marché Normalisée. L'Art, valeur refuge dans les crises majeures.
3-February-2012 AMCI : Artprice obtient la condamnation définitive de Marc TALLEC concernant l'Art Market Confidence Index
27-January-2012 ADDENDUM - ARTPRICE.COM est admis au compartiment B et sera admis au SRD Long Seulement le 24 février prochain
26-January-2012 ARTPRICE.COM sera admis au SRD Long Seulement le 24 février prochain
24-January-2012 Synthèse et rappel des neuf points de la Place de Marché Normalisée aux Enchères d'Artprice
11-January- 2012 Artprice refutes any emergency injunction from France's auction market supervisor, the Conseil des Ventes Volontaires (CVV)d
   
6-January- 2012

Réponse d'Artprice au Conseil des Ventes Volontaires

English translation:
Artprice's reply to the Conseil des Ventes Volontaires (French auction market supervisor)

   
1-January-2012
  • Artprice launches its online auctions

  • Artprice startet seine Online-Auktion
  •    










    Paris, October 9, 2012

    Artprice: the 2011/2012 Contemporary Art Market Report is now online!
    According to thierry Ehrmann, the CEO and founder of Artprice, the global contemporary art market achieves its 3rd best performance, in spite of the current global economic crisis. The museum industry, which is booming on all continents, has made it possible for Contemporary Art to resist.

    Each year in October, Artprice publishes an overview of the global Contemporary art market. This 140-page report, translated into 5 languages, presents recent key events and trends, and uses the auction results recorded between July 2011 and June 2012 for artists born after 1945 as its backbone. The study contains macro- and micro-economic analyses that provide the keys to understanding the evolution of the Contemporary art auction market. It dissects the major market trends analysed throughout the year by Artprice's ArtMarketInsight news agency and our econometrics department.

    To complete this objective survey of the art market, Artprice also offers its acclaimed rankings such as the Artprice top 500 Contemporary artists by auction turnover.

    Download it now on Artprice for free:
    http://imgpublic.artprice.com/pdf/artprice-contemporary-2011-2012-en.pdf


    THE CONTEMPORARY ART MARKET 2011/2012

    THE LATEST TRENDS

    How well did Contemporary art sell this year?
    Relative global market shares : Asia/Europe/USA
    Competition between Beijing and Hong Kong
    Europe offers both quantity and quality
    Top 10 auction results in Europe
    France: a counter-productive market

    THE ART ELITE

    The year's records: stepping up by the millions
    China: a crowded elite
    New records in painting: Top 3
    The Basquiat myth
    Glenn Brown, art about art...
    Christopher Wool revolutionises abstract painting
    New records in photography
    Jeff Wall: genealogy of a record
    Polemical works promoted as emblems
    New records in sculpture & installation
    Cady Noland: €4.2m for Oozewald
    Antony Gormley: new top price for Angel of the North at £3.4m
    Peter Norton's records on 8 and 9 November 2011
    Wim Delvoye & Jan Fabre, two Flemish artists in the spotlight

    GALLERY'S INSIGHT

    COLLECTORS INSIGHT

    URBAN ART: THE NEXT GENERATION

    UK: Beyond Banksymania... who else is out there?
    A boom for Brazilian urban art?
    United States: always on the money
    France holds out while Australia comes to life

    TOP 500 Artprice 2011/2012

    THE ARTPRICE HEADQUARTERS - Contemporary Art Museum
    The Alchemy between the Abode of Chaos, The Server Group and Artprice

    A PDF version of the Artprice Contemporary Art Market Report is downloadable from Artprice.com in French and English. The German, Italian, Spanish and Chinese versions will be available several days later.

    http://www.artprice.com (c)1987-2012 thierry Ehrmann

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering more than 500,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 4,500 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.71 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art by private contract or at auctions -regulated by French law alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce- (source Artprice).

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video

    Artprice is listed on Eurolist B by Euronext Paris (SRD long only): Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow all of the art market's news with Artprice on Twitter:
    http://twitter.com/artpricedotcom/


    Paris, July 6, 2012

    Artprice surpasses itself in its goal to standardise the Art Market
    As already announced in our press release on 4 June 2012, Artprice has now started the progressive transfer to internet freeware of a large part of its database structure and of its Art market standardisation (owner licenses distributed freely with certain usage restrictions). All of the industrial processes forming Artprice's databanks are patent protected, notably by the A.P.P. (Agence de Protection des Programmes- Software Protection Agency).

    The art market players' needs is such that Artprice's normalized database of 497,677 artists listed at public auctions has been fully downloaded over a total of 205,000 times. According to thierry Ehrmann, Founder and CEO of Artprice : -this spectacular figure, achieved in one summer month (June 2012)-, validates Artprice's Creed and Postulate according to which the art market's standardization is the master key to dematerializing the art market, which includes of course the Standardised Marketplace® for buying and selling works of art by private contract or at auctions.

    For the record, since 1 June 2012, the Artworld, particularly Institutions, Universities, Museums, Foundations, Libraries, Legal & Customs Services, Copywriters (like ADAGP), Insurers, Encyclopaedic databases (like Wikipedia), Internet Directories and, of course, Auction Houses, Galleries, and Associations of Valuers, now have free access to Artprice's Artists-index.com. This standardised database, Artist-id.com, is considered by far the most exhaustive artists-index in the world by the art market, historians and researchers alike. It is available in 5 languages in addition to English (French, German, Italian, Spanish and Chinese). To get your free access to this database, visit: http://web.artprice.com/artists/directory/A

    All of the above-mentioned key users and market participants will thus soon also be able to enjoy Artprice's B2B development on open APIs using REST (Representational State Transfer) architecture, an innovative way of constructing an application for fixed and mobile systems using the Web's original architecture. An Artists database of this dimension, added to daily, is the fruit of dozens of acquisitions worldwide by Artprice and a nearly a million hours of work by its Historians, Writers and IT Developers from 1997 to 2012 (see details and background in Artprice's Reference Document, certified by and available on the AMF's website).

    According to thierry Ehrmann, this strategy of making integral information freely available to the Artworld and the spectacular first results, achieved in less than a month, will enable Artprice to strengthen its art market standardisation so that it can accelerate the development of its fixed-price and auction-brokerage activities and ensure its position as an unavoidable global player in a deregulated art auction environment by becoming a standardised infrastructure allowing, as of 2012, the processing of online auction brokerage operations (as described in Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011).

    These industrial processes, which standardise the Art Market (artist ID, artwork ID, catalogue ID catalogue raisonné, References ID, etc.) with tens of millions of proprietary data entries, are currently being deployed on the art market, notably in the framework of the partnership signed with Google in 2003 (without any impact on Artprice's revenue or earnings for 2012), but also via the development of the open APIs created in REST architecture, in order to generate a very strong acceleration of the client database. In addition, a mobile application is currently being developed, both for Ipad / Iphone and for Google's Android.

    Via these new vectors of standardisation, originating from its fixed-price and auction brokerage Standardised Art Marketplace, Artprice is now able to transfer vast amounts of information to freeware mode with the goal of raising its client database (with accompanying behavioural logs - purchases, sales, searches, art portfolios, etc.) from 1.4 million to 2 million before the end of the year, which is progressing positively given the latest figures.

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2012 thierry Ehrmann

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering 497,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 4,500 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.4 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art by private contract or at auctions -regulated by French law alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce- (source Artprice).

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video/, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos

    Artprice is listed on Eurolist B by Euronext Paris (SRD long only): Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow all of the art market's news with Artprice on Twitter:
    http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, June 4, 2012

    Artprice accelerates its Art Market standardisation
    As already announced in our press release on 14 May 2012, Artprice has now started the progressive transfer to internet freeware of a large part of its database structure and of its Art market standardisation (owner licenses distributed freely with certain usage restrictions). All of the industrial processes forming Artprice's databases are patent protected, notably by the A.P.P. (Agence de Protection des Programmes – French Software Protection Agency).

    Since 1 June 2012, the Art world, particularly Institutions, Universities, Museums, Foundations, Libraries, Legal & Customs Services, Copywriters ( like ADAGP ), Insurers, Encyclopaedic databases ( like Wikipedia ), Internet Directories and, of course, Auction Houses, Galleries, and Associations of Valuers and Appraisers, now have free access to Artprice's
    Artists-index.com. This standardised database, Artist-id.com, is considered by far the most comprehensive artists index in the world by the art market, historians and researchers alike. In addition to English, it is 5 other languages: French, German, Italian, Spanish and Chinese. To get your free access to this database, visit: http://web.artprice.com/artists/directory/A

    All of the above-mentioned users and market palyers will soon also be able to enjoy Artprice's B2B development on open APIs using REST (Representational State Transfer) architecture, an innovative way of constructing an application for fixed and mobile systems using the Web's original architecture. An Artists database of this dimension, updated daily, is the fruit of dozens of acquisitions worldwide by Artprice and nearly a million hours of work by its Historians, Writers and IT Developers from 1997 to 2012 (see details and background in Artprice's Reference Document, certified by and available on the AMF's website).

    According to thierry Ehrmann, the Founder and CEO of Artprice, this strategy of making integral information freely available to the Art world will allow Artprice to strengthen its art market standardisation so that it can accelerate the development of its fixed-price and auction-brokerage activities and ensure its position as an unavoidable global player in a deregulated art auction environment by becoming a standardised infrastructure allowing, as of 2012, the processing of online auction brokerage operations (as described in Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011).

    These industrial processes, which standardise the Art Market (artist ID, artwork ID, catalogue raisonné ID, Bibliography ID, etc.) with millions of proprietary data entries, are currently being deployed on the art market, notably in the framework of the partnership signed with Google in 2003 and without any impact on Artprice's revenue or earnings for 2012, but also via the development of the open APIs created in REST architecture, in order to generate a very strong acceleration of the client database. In addition, a mobile application is currently being developed, both for Ipad / Iphone and for Google's Android.

    Via these new vectors of standardisation, originating from its fixed-price and auction brokerage Standardised Art Marketplace, Artprice is now able to transfer vast amounts of information to freeware mode with the goal of raising its client database (with accompanying behavioural logs - purchases, sales, searches, art portfolios, etc.) from 1.4 million to 2 million before the end of the year.

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2012 thierry Ehrmann

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering 495,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 4,500 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.3 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art by private contract or at auctions -regulated by French law alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce- (source Artprice).

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video/, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos

    Artprice is listed on Eurolist B by Euronext Paris (SRD long only): Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow all of the art market's news with Artprice on Twitter:
    http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, February 27, 2012

    Artprice's annual art market report 2011. Art sales at their best.
    While old economies are struggling, growth is accelerating in the BRICS countries. The five BRICS - Brazil, Russia, India, China and South Africa- have been enjoying much stronger economic expansion than the developed countries and China's growth in particular has profoundly modified the geographical structure of the global art market according to thierry Ehrmann, the founder and CEO of Artprice, the world leader in art market information. Moreover, in Singapore, Beijing and Hong Kong, politicians are aware of the enormous economic potential of art for their state or their city, and their governments strongly support major cultural events including Contemporary Art fairs. In addition to the 49% growth in auction revenue from artworks in China, a number of other Asian countries have also posted particularly dynamic growth, such as Singapore (+22%) and Indonesia (+39%).

    This growth has been driven by the emergence of new and very wealthy collectors and a growing number of art investment funds. As a result, the Asian art market has become the most high-end area of the entire globe. For example, 12.1% of works sold in Asia sell for between $100,000 and $1m, versus 2.2% for the rest of the world. China, Asia's leading economic power and world leader for sales of artworks, has surprised everyone not just by its acquisitive capacity but also by its independence. It accounts for the highest auction results (with 774 auction results above $1 million recorded in 2011 compared with 426 in the USA and 377 in the UK), mostly generated at auctions in Beijing and Hong Kong. Even if China were deprived of the strong Hong Kong sales of Christie's and Sotheby's, it would easily remain the first global marketplace!

    In 2011, the global art auction market generated 21% more than in 2010 and there is not a single segment of the art market that did not progress in terms of turnover. Compared with 2010, Modern art added $1.2B, Post-war art added $372m, Contemporary art added $291m, Old Masters added $124 million and 19th century art posted an increase of $43 million. In addition, bulimic buying has not left any medium on the side-lines. 2011 saw the sale of more paintings, sculptures, photographs, drawings and even prints than 2010. Indeed, driven by the rocketing prices of the Chinese Old and Modern masters, drawing has really come into its own, with its annual revenue up by $1.318 billion over the year.

    This year, Artprice's annual art market report – based on 6.3 million auction results from 4,500 auction houses around the world and distributed to over 6,300 media organisations and international institutions every year in 6 languages – will focus particularly on China's successful conquest of the global art market. Our 2011 Art Market Trends contain macro- and micro-economic analyses providing the keys to understanding the annual evolution of the global auction market. It discusses the major trends in the market, analysed throughout the year on the ArtMarketInsight page of our website, by the Artprice press agency and by our Econometrics Department. To complement this objective appreciation of the art market based on a year of global auction results, Artprice also offers numerous original rankings such as the Top 500 artists by auction revenue and the Top 100 auction results of the year.

    Download the complete PDF format document (Free download)

    http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2011_en.pdf

    Source: http://www.artprice.com (c)1987-2012 thierry Ehrmann

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering 450,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 4,500 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.3 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art by private contract or at auctions -regulated by French law alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce- (source Artprice).

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video/, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos

    Artprice is listed on Eurolist B by Euronext Paris (SRD long only): Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow all of the art market's news with Artprice on Twitter:
    http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back


    Paris, January 11, 2012

    Artprice refutes any emergency injunction from France’s auction market supervisor, the Conseil des Ventes Volontaires (CVV)
    Contrary to the CVV’s press release dated 6 January 2012 informing journalists that it was seeking an emergency injunction against Artprice, the company Artprice wishes to declare that no such procedure has been launched. To this day, Artprice has not received notification of any legal proceedings whatsoever regarding the forthcoming launch of its online brokerage service.

    In fact, Artprice wishes to formally denounce the various erroneous interpretations that have resulted from that press release. As indicated by Artprice within hours of the CVV’s press release, courteous exchanges have taken place between Artprice and the CVV in the form of official letters. Artprice confirms that the contents of its response to the CVV’s press release of 6 January 2012 correspond perfectly to the calm and constructive discussions it has been engaged in with the CVV in recent days, and Artprice officially confirms the opening of its new online auction brokerage service conducted remotely via Internet (as described in paragraphs 2 and 3 of Article L321-3 of the French Code of Commerce) on 18 January 2012.

    In the framework of its regulatory disclosures and in order to eliminate any misunderstanding, Artprice is re-posting (below) the press release it officially communicated on 6 January 2012, every point of which Artprice reiterates and confirms:

    Artprice’s reply to the Conseil des Ventes Volontaires (French auction market supervisor)
    Artprice discovered, first via the media and then via an email received from the Conseil des Ventes Volontaires, the latter’s request that Artprice should clearly and unequivocally indicate to the public its quality as an electronic auction broker "d'opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique (in accordance with Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011)". Considering our long, constructive and peaceful relations with the French auction market supervisory authority (Conseil des Ventes Volontaires), we believe that its reaction to the forthcoming launch of our online auction brokerage activity (18 January) is based on a misunderstanding that will be cleared up once it has examined our documentation and particularly the preventative measures we have taken to avoid confusion in this respect.

    In the first instance, Artprice invites the financial markets, its shareholders, its1.3 million members and of course the Conseil des Ventes Volontaires to consult the financial documentation and press releases that Artprice has submitted to Actusnews, a special financial information website certified by the AMF (French Financial Markets Authority), and particularly the press release dated 1 January 2012 in which Artprice states in the very first line, without any shadow of ambiguity, that its new online activity is indeed an online auction brokerage activity ("opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique in accordance with Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011”).

    In fact, in order to avoid any confusion between the different legal statuses and activities covered by Law no. 2011-850 of 20 July 2011, Artprice has commissioned a court-appointed attorney to take all necessary steps to highlight the precautionary measures taken by Artprice via its regulated disclosures, the presentation on its website of its new activity, the General Conditions of Use published thereon and various other communication media, in order to avoid any confusion between Artprice’s activity (auction brokerage) and that of public auction sales.

    Moreover, Artprice has taken the precautionary measure of translating into all the languages used by its website the key information concerning its new service and it has deliberately avoided translating the references to its legal status under Article 5 of the Law no. 2011-850 of 20 July 2011 precisely in order to avoid any confusion or misinterpretation that could arise from an inappropriate translation of Artprice’s status under Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011 vis-à-vis the other legal statuses that govern public auction sales.

    In conclusion, Thierry Ehrmann, CEO and founder of Artprice, declares that he is perfectly satisfied with the measures taken by Artprice and that Artprice will commence its online auction brokerage activity (opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique) on 18 January 2012 in accordance with Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011) and that the public will be able, as of Monday 9 January, to preview several thousand items advertised for sale at a broad range of prices, ranging from collectibles to museum-quality artworks. In total, Artprice has received ads representing roughly 700 million dollars in starting prices. As regards any legal discussions with the Tribunal de Grande Instance de Paris (Paris District Court), Artprice and its CEO believes that its will provide, through its lawyers Emmanuel Pierrat and Thierry Dumoulin, all the necessary elements to satisfy the parties concerned and to resolve the problem by eliminating any possible form of ambiguity.

    It is clear that after nearly 500 years of monopolistic functioning, the auction market’s ambitious reform of 20 July 2011 (imposed by the European Directive Services) is bound to unsettle certain players in the market who are unaccustomed to free competitions environments.

    Artprice cannot avoid the observation that having posted the best performance on the regulated French stock market (+ 472% since 1 January 2011) with a total volume of shares worth 873 million euros and a sliding annual progression of no less than 593% and 144 million euros of shares traded since 1 January 2012, it is naturally an object of envy and an attractive acquisition target for the historical players in the auction market who for reasons of conservatism have missed the train of History and of the Internet.

    Source: http://www.artprice.com (c)1987-2012 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering 450,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 3,600 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.3 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art (source Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, January 1, 2012

    Artprice launches its online auctions
    As announced in previous press releases, Artprice, with its 1.3 million members in more than 90 countries, and in its capacity as an online auction broker ("opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique", Article 5 of French Law no. 2011-850 of 20 July 2011) will be launching its online auctions service on 18 January 2012.

    Since 27 December 2011, Artprice members have been able to prepare their ads in order to gain the maximum benefit from the visibility of Artprice's global launch campaign. For further information please visit: http://web.artprice.com/classifieds/info?l=en

    Although more than 90% of the art market was closed between Christmas and the New Year, Artprice has already registered several thousand lots for sale. Our initial client feedback suggests that users find the service very quick and simple to use.

    According to thierry Ehrmann, the founder and CEO of Artprice, "the train of History is now definitively rolling and Artprice is on that train, which nothing can stop from now on. It took twelve years and lots of patience and conviction to pursue a legal battle against a 500 year-old monopoly that is today demolished". Breaking this monopoly is a victory for Artprice; but it is also beneficial to France that has been losing its attractiveness as an art market for over 40 years, slipping from the first to the fourth position, and which, this year, with the help of Artprice, can hope to recover a position worthy of its tradition and its influence on the art market.

    On Monday 2 January 2012, Artprice launched a global campaign in art and financial media, focused on the USA, Europe and Asia, alongside a "viral marketing" campaign on the Internet.

    On Monday 9 January 2012, Artprice will start the presentation of lots to be auctioned in chronological harmony with the art market which, every year, kicks off in the second week of January.

    A level of security rarely attained on the Internet.

    Our alliance with Escrow.com, the global leader in the management of escrow accounts, provides a 100% guarantee of security and payment for the parties to all transactions. The service provided by Escrow.com has been specifically tailored to meet all of Artprice's rigorous requirements. Artprice's capacity to offer 100% transaction security relies on its excellent knowledge of the digital economy and developments in the fields of information technology and Internet law. Indeed, we can affirm with complete confidence that the security of Artprice's online auctions and other services is greater than that offered by traditional auctions and non-internet transactions.

    Artprice works on the fundamental principle of perfectly identified members and, via an agreement with INTERPOL, buyers can access at any moment the latter's international Stolen Works of Art database to check if a work being offered for sale is subject to any legal dispute or search warrant.

    Unlike certain well-known general online auction companies, Artprice imposes a permanent legal presence on its clientele to ensure the smooth operation of its online auction brokerage activities via its Standardised Marketplace. Artprice's contacts over the past 5 years with approximately 70 criminal investigation departments around the world has allowed Artprice to build an unrivalled level of Internet confidence that is strengthened by its constant collaboration with artists, beneficiaries and experts.

    The real strength of Artprice is its use of an escrow and payment release system for which Artprice has conceptualised all possible legal scenarios to ensure that completed transactions are legally irreversible and to provide a level of security rarely attained in the Internet sphere. This escrow system functions on exactly the same principle as that used by solicitors and lawyers for various kinds of transactions.

    The very low commissions charged by Artprice completely alter the dynamic of the art market.

    Art professionals, collectors and beneficiaries will be inexorably drawn to use Artprice's service because its low commissions modify the fundamental reality of the secondary art market. Its rates decrease from 9% to 5% depending on the value (in USD) of the transaction: 9% from 0 to 7,500 dollars; 7% from 7,500.01 to 15,000 dollars and 5% for transactions over 15,000.01 dollars. According to thierry Ehrmann, the 5% rate for works offered at over 15,000.01 euros could attract entire sections of the Art market to this modus operandi because works in that price bracket are perfectly standardised and have been bought and sold for nearly 30 years, almost always "remotely", in view of the legal documents that vendors are obliged to produce on Artprice.

    In parallel, Artprice is setting up white labels for major players in the art market, notably Auction Houses, that will use Artprice and its Standardised Marketplace as their technical host for online auctions, thereby providing Artprice –which is not an auctioneer– with another source of income.

    Artprice is therefore open to demand from over 3,600 client and partner auctioneers and more than 7,400 art valuers who have already concretely manifested their vital need to join Artprice's standardised marketplace in order to maintain their positions in the global art market and survive the necessary transition to a dematerialised art auction environment.

    Internet, and more generally the digital revolution, has literally destroyed the global mono-economy of physical auction rooms, which today are just one channel for auctioneers to use and which –usually located in city centres– either represent an expensive (and now superfluous) rental cost or an under-exploited real estate asset.

    In the context of a deeper than ever global economic and financial crisis, Artprice has once again –as in 2008– observed a very sharp increase in the number of works offered for sale through its Standardised Marketplace, with an acceleration of buy-to-sell operations. We can therefore assume that auction sales will follow the same growth path. Indeed, we are of the view that the economic and financial crisis represents a strong growth opportunity for Artprice's Standardised Marketplace.

    In fact, the history of the art market – like all markets – is naturally heading towards the circuits that are the fastest, the least expensive, the most liquid, where the price can be obtained in real-time and where there is a critical mass of participants with – of course – access to transparent information on all prices and indices.

    Artprice's Standardised Marketplace meets these five specific and vital needs for a modern market. Artprice, with its completely toll-free access model for its Standardised Marketplace, is absorbing the global market of private art sales faster than initially expected. With our extremely attractive rates we now expect to see the same pace of growth with our online auction service.

    Over nearly 7 years Artprice has seen exponential growth of the offer on its Standardised Marketplace (the annual figures are available in Artprice's 2010 Registration Document and online at the AMF under number D.11-0784 since 25 August 2011). In 2010, Artprice confirmed a total volume of artworks offered worth nearly 6.3 billion euros with a sales rate of approximately one third, for which Artprice received no commission.

    We should point out that only Artprice holds and protects, as intellectual property, the entire process for joining the Standardised Marketplace® and for side-stepping the traditional system of physical auction rooms. Indeed, the situation may justifiably be compared to the old Stock Exchanges before the arrival of the ECNs (Electronic Communication Network) that made the outcry halls redundant on the majority of the world's major stock markets, primarily by reducing the intermediation costs.

     

    Art… a veritable safe haven investment in times of major crisis.

    The economic and business media (Le Monde, The New York Times, the F.T. the A.F.P., Reuters, Bloomberg, etc.) regularly indicate that quality art represents a genuine safe haven in major crises. Artprice, Christie's, Sotheby's and the major international auctioneers also confirm the safe haven status of artworks (c.f. the Agefi's interview with Artprice). In fact, despite the sombre economic and financial global context in 2011, the global art market posted extremely positive figures both in terms of volumes and prices in all countries, and numerous artists in Artprice's global Top 500 posted new records.

    This confidence is manifest on all continents. Like gold, artworks have for centuries been defensive investments in major crises and particularly in the context of sharp meltdowns in financial asset values such as those that the global economy is likely to continue experiencing in 2012/2013.

    Artprice will soon be announcing alliances that will allow a presence on all continents with local partners.

    The future of Artprice in 2012 and of the Art Market is unavoidably linked to Asia.

    Artprice was the first press agent in the world to announce and certify figures in 2011 showing that China had unquestionably become the world's leading art marketplace ahead of the USA in 2011. Artprice's figures for 2011 have already confirmed China's domination of the global art market for the second consecutive year.

    There is therefore an irresistible logic to Artprice's patient preparation for the opening of its subsidiary and clean rooms in Hong Kong that will be a testing ground for the People's Republic of China and an entry point for Asia. Hong Kong is already one of the top five global art marketplaces. Likewise, agreements with major players such as online auction operators and major Asian art fairs will allow Artprice to extend the diffusion initiated in 2011 of its Asia-specific art market reports, country by country. As a simple example, Singapore should soon overtake France in the field of Contemporary Art sales. In this context Artprice and Art Stage Singapore, Asia's largest Contemporary Art Fair (along with Art HK), have decided to intensify their editorial partnership and their marketing strategy in 2012. Artprice will also be a strategic partner with Art HK (Hong Kong).

    The Internet's absolute domination of the art market in 2012.

    In 2012 Internet is therefore just a simple extension of the 1980s telephonic order with, in addition, a perfect reproduction of the work for the buyer and Artprice's remarkable success is proof of this…. there remained therefore a final step and indeed the hardest step: the standardisation of the marketplace that Artprice has achieved in 14 years by imposing its unique and free standard via its Standardised Marketplace ®.

    From 1987 to 2004, Artprice's databanks became the reference in this area and made Artprice the global leader in standardised art market information before it turned to the problem of market dematerialisation. This latter project fully exploits the standardisation represented by its 18 databases, fed by acquisitions around the world of publishers and art archives.

    All of the industrial processes forming Artprice's databanks are patent protected, notably by the A.P.P. (Agence de Protection des Programmes). These industrial processes standardise the Art Market (artist ID, work ID, catalogue raisonné ID, bibliography ID, estimate/econometric info ID.) with more than 180 million data entries and proprietary indices.

    This globally unique knowledge is clearly explained in Artprice's corporate video in five languages: http://web.artprice.com/video/

     

    Artprice posted the best French stock market progression in 2011 and has filed a request for admission to compartment B of Euronext Paris.

    Despite the crisis affecting stock market's, Artprice's share price outperformed in 2011 with an astonishing increase of +472% since 1 January 2011, on the back of a traded volume of approximately 873 million euros, i.e. an average daily volume of 3.2 million euros. This increase was the best performance on the regulated French Eurolist by Euronext markets (compartments A, B, C).

    As Artprice satisfied all the admission criteria for admission to Compartment B in 2011, it is preparing its admission request for registration on compartment B of Eurolist to be filed with the French Financial Markets Authority (AMF) along with the presentation of its candidacy to the NYSE Euronext Scientific Committee for Indices to be included in the indices relating to Compartment B.

    In order to understand the legislative evolution of the art market over five centuries and the impact of recent changes on Artprice, we invite our shareholders and the market to read the 72 short and pedagogical questions and answers that form the basis of the interviews conducted in June and October of 2011. Hyperlinks to Actusnews (a professional regulated information provider licensed by the AMF):
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-25689

    Lastly, Artprice invites its new and future shareholders who would like to acquaint themselves with the history of the Company to consult its highly detailed regulated information in its 2010 Registration Document filed and online at the AMF under D.11-0784 since 25 August 2011. Artprice, with more than 12 years of regulated disclosure on Eurolist, is proud of the high quality of the information it provides to financial market professionals and art market novices. All the questions of Artprice's 18,000 shareholders are systematically answered in Artprice's regulated disclosures that its posts online on its own website and on that of its AMF-authorised financial information provider, ActusNews.com.

    Source: http://www.artprice.com (c)1987-2012 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/

    Artprice is the global leader in databank on Artprices and indices with more than 27 million indices and auction results covering 450,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest Art Market resource in the world, a library of 108 million images or engravings of artworks from 1700 to the present day along with comments by Artprice's art historians. Artprice permanently enriches its databanks with information from 3,600 international auction houses and auctioneers and publishes a constant flow of art market trends for the main news agencies and 6,300 international written media. For its 1.3 million members (member log in), Artprice posts standardized adverts in what is today the world's leading Standardised Marketplace® for buying and selling works of art (source Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back
    Paris, October 17, 2011

    Artprice: the Artprice / FIAC Contemporary Art Market Report is out!
    Artprice and the FIAC are pleased to announce the distribution of their latest Contemporary Art Market Report (French-English, 140 pages). This Report will be freely available to the press, art market professionals and visitors to the FIAC at the Grand Palais in Paris, France, from 20 to 23 October 2011.

    According to Thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice, the backdrop to this 38th edition of the FIAC is particularly favourable. In effect, despite the instability of financial markets, art collectors are fighting the pessimism prevailing in the general economic environment and the level of purchase intentions as recorded by Artprice's A.M.C.I. (Art Market confidence Index) is strong at close to 70%.

    This fifth edition of the Artprice / FIAC Contemporary Art Market Report is an essential document for all amateur, professional and institutional buyers or collectors of Contemporary art wishing to stay abreast of the key developments in the market. The Report contains analyses of market trends from more than 81 countries, presents the markets for the world's top-selling individual artists and their resistance to the deflated speculative bubble and raises such questions as: How did the Contemporary art market react to periods of doubt and uncertainty?, Where is the art market heading?, How well are New Media integrating the Art Market?, What are the strategies of the world's major art capitals, particularly Hong Kong and Beijing?

    One thing is certain: this crisis cannot be compared to that of the early 1990's. Of course, compared to 2006/2008, million-plus auction sales have become scarce; but the contemporary art market is today more dynamic than ever and is showing a rare degree of maturity that many regulated markets would envy.

    The report also presents Artprice's TOP 500 that ranks the world's top-selling Contemporary artists by revenue (i.e. born since 1945) with number of astonishing surprises this year. It also contains the Gallery' Insight section as well as the Collector's Insight section.

    The reform of public auction sales (and particularly of online sales) since France's adoption of the European Services Directive (Law of 20 July 2011) should give Paris auction houses and galleries –who are now operating on a much more even playing field– the opportunity to recover some of the ground that had been lost on the international art market.

    In fact, this law, which came into force on 1 September 2011, gives France the same service and product capacities as the UK via a series of new legal provisions that effectively eliminate a monopoly dating back to 1556.

    A PDF version of the Artprice / FIAC Contemporary Art Market Report will be downloadable from Artprice.com in French and English as of 20 October 2011. The German, Italian, Spanish and Chinese versions will be available several days later.

    SUMMARY

    THE CONTEMPORARY ART MARKET 2010/2011 – THE LATEST CURRENTS
    Art & Crisis
    Art as an alternative investment
    The best semester ever
    China: move from East towards West and vice versa
    Christie's and Sotheby's
    How does France rank?
    Artprice and the dematerialisation of the art market

    ART MARKET CAPITALS
    New York: end of an era?
    New York auctions
    The Warhol effect
    The heir... Jeff Koons
    Beijing / competing with New York
    Liu Chunxi / the young traditional
    Chen Yifei at the top of the Beijing market
    Hong Kong / New art capital
    Hong Kong International Art Fair
    Irresistibly attractive
    The auction market in Hong Kong
    The power of collections
    Zhang Xiaogang consolidates his market position

    GALLERY'S INSIGHT
    Hervé Loevenbruck, Director of the Hervé Loevenbruck Gallery (Paris, France)
    Mauro Nicoletti, Director of the Magazzino Gallery (Rome, Italy)
    Thomas Bernard, Director of the Cortex Athletico Gallery (Bordeaux, France)
    Akio Aoki, Director of the gallery Vermelho (São Paulo, Brasil)
    Bruno Brunnet, Nicole Hackert and Philipp Haverkampf, Directors of the gallery Contemporary Fine Arts (Berlin, Germany)

    COLLECTOR'S INSIGHT
    Jean-François Keller
    Michel Ogier
    Daniel and Florence Guerlain
    Han Nefkens
    Manuel DeSantaren

    ARAB CONTEMPORARY ART – OVERVIEW
    The safer investments
    Doha's ambitions
    Kader Attia and Mounir Fatmi
    A strong taste for photography
    The Africa Remix effect
    Coming soon at the Pompidou Centre

    NEW MEDIA AND THE ART MARKET
    Photography
    Cindy Sherman
    Top names in photography
    Video and light installation
    Bill Viola
    Nice breakthrough of Asian artists
    Be a collector or a financier? The Matthew Barney case
    An intangible collection

    Artprice 2010/2011 TOP 500 Contemporary artists
    The Artprice Headquarters: The Abode of Chaos dixit The New York Times

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back
    Paris, October 10, 2011

    Second part of an exclusive interview with Thierry Ehrmann, CEO of Artprice.com (9 October 2011)

    Boursica: Since our first interview in early June, a lot has happened to Artprice and to financial markets.
    We have many questions to which we would like you to give detailed answers.
    Firstly, why, in your opinion, did the exclusive interview that you gave to Boursica in June 2011 about Artprice – presented in several languages on Google (and view 210 000 times so far) – elicit so much interest from the public?
    (Interview of June 2011: http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseEN.htm#20110606)

    Thierry Ehrmann?
    I just think French shareholders are frustrated with politically correct communiqués from companies listed on regulated markets that require doctorate level educations to decrypt.
    The first interview recounts in plain language the extraordinary story of Artprice's development, created from scratch 14 years ago, to become the world leader in art market information. The story's appeal is intimately linked to the fact that it concerns, above all, an extraordinary human adventure and with an exceptional team, a huge project considered almost utopian at the time, but which has now become a hard reality, used every day by 1.3 million Artprice members and millions of free users who ultimately purchase information on Artprice when the time is right for them.

    Boursica: In that first interview you talked about Artprice's uninterrupted sequence of unprecedented legal disputes. The company's development therefore hasn't been all roses?

    Thierry Ehrmann:
    Artprice's history has indeed involved many legal battles on different continents. You cannot break into the world's oldest monopoly - the art market - without treading on some people's feet. But in that interview, I clearly argued that today you cannot judge a company simply by its accounts, balance sheet and annexes. In 2011, non-tangible assets and particularly intellectual property have become, to quote Paul Getty, the petroleum of the 21st century. IFRS still cannot measure numerous human, financial and scientific factors which are fundamental for appreciating a group such as Artprice.

    Boursica: This sort of language may be appropriate for your small shareholder audience, but is it enough for financial professionals!

    Thierry Ehrmann:
    Absolutely! You cannot imagine the number of fund managers, corporate bankers and financial analysts who have admitted to me that, with that interview, they have at last obtained a really useful insight into Artprice, one that had been lacking in the 10 years of registration documents and regulatory information that has been in circulation. It is even possible that one day Artprice will be studied as a case example at the SFAF (Société Française des Analystes Financiers - French School of Financial Analysis).

    Boursica: So in your view, the communication issued by listed companies on regulated markets is simply a coded way of saying nothing?

    Thierry Ehrmann:
    Regulated information, contrary to conventional wisdom, can disclose a lot more than we imagine. Some listed companies should stop railing against the AMF and other supervisory authorities. What I am talking about is the way certain companies conduct a kind of self-censorship. Who is going to invest in equity on the basis of a quarterly publication that contains very little in the way of concrete reality? The recent communiqués from the banks are of course a perfect example… particularly concerning their stress tests and their risk exposure. In just three months, we have heard some extremely conflicting information…

    Boursica: So what should senior management teams do?

    Thierry Ehrmann:
    Business leaders should have an honest and almost physical relationship with markets and shareholders. Of course, this involves time, endurance and the management of sometimes passionate feedback, but these are the rules of the game. All honest, passionate and full communication leads mechanically to shareholder or fund manager disinhibition because these people are constantly subjected to the dictates of sterile press releases and so when they hear or read something "real", they sometimes go with Artprice.

    Boursica: Let's talk again about the law of 20 July 2011 which transposed the European Services Directive into French law, and about its impact on online auctions. What does this mean for you?

    Thierry Ehrmann:
    It represents a huge victory for us after eleven years of legislative hell, European lobbying and a merciless war against a small cast of individuals that was hell-bent on perpetuating this monopoly which has survived since 1556 to the 21st century. All kinds of twisted strategies have been thrown at us… but they have only strengthened our confidence that we had, in the form of Artprice's Standardized Marketplace and the behaviour logs of our 1.3 million members in accordance with European laws on data personal, a very important share of the global art market. The legal allegation of concerted practices that Artprice has filed with the anti-trust authorities is currently being investigated and it contains some highly incriminating information for our opponents. This case will no doubt generate some very interesting news in the near future.

    Boursica: This hard-headed determination to resist change by what you call a "cast", does it have its roots in an economic logic or in a simple loss of social status?

    Thierry Ehrmann:
    An old rule says that the degree of aggressiveness of the opponent tells you, in real time, the distance you are from the vault where he reigns supreme. From this point of view, with 126 trials of which 117 have been won on different continents (see the first interview), we were sure, without a shadow of a doubt, that we were extremely close to acquiring, legally, this monopoly without an abuse of a dominant position. I would liken our war with the old guard to the process described in Tomasi of Lampedusa's The Leopard – a perfect metaphor for what we have experienced.

    Boursica: This law is applicable since 1 September 2011. What are you waiting for?

    Thierry Ehrmann:
    Indeed, 1 September 2011 is the date of application of the law, but I invite you to read Article 5 where are obliged to wait for a joint Order from the Ministry of Justice and the Ministry of Culture concerning the movement of cultural assets. This Order will soon be declared. I should clarify that an Order is not subject to any legislative debate and, as its name suggests, allows uniquely for the determination of the applicative methodology of a given piece of legislation. There is therefore no risk that a third party could slow down in any manner whatsoever this unilateral communiqué.

    Boursica: Some of our members told us the Figaro newspaper had decided to launch itself in the auction world.

    Thierry Ehrmann:
    Nothing new… I remind you that the Dassault family is both the owner of Figaro and one of France's major auction houses, Artcurial. For years, the Figaro has run full-page advertisements for Artcurial. It was therefore natural that the Figaro, under its own brand, should promote the sales of the auction houses in its own group (amongst others), but the Figaro, as a legal entity, is not an operator within the meaning of the Act of 20 July 2011. I remind you that for several years now Artprice, through a partnership, has been providing almost all the data and text for the Special Issue of Figaro Fine Art - Guide to the Art Market.

    Boursica: Specifically, how will auctions on Artprice actually take place? Will it be like eBay?

    Thierry Ehrmann:
    Absolutely not! For many reasons: the average hammer price being, according to our studies, around 12,000 euros, this requires a fundamentally different legal and commercial approach. Our model is primarily based on clearly identified members. Thanks to an agreement we have signed with Interpol's Stolen Works of Art database, on our system, buyers can check at any time, from any page in our site, whether the artwork being presented for sale is subject to any claim, search warrant or ownership dispute.
    Unlike the well-known public auctions services, Artprice imposes on its customers a permanent legal presence which I believe provides the confidence necessary for the success of our Standardized Marketplace as an online auction broker operating remotely by electronic means. In effect, Artprice has been working over the past 5 years with nearly 70 criminal investigation departments around the world allowing Artprice to build an unrivalled level of Internet confidence that is strengthened by its constant collaboration with artists, beneficiaries and experts.
    However, our real advantage is our decision to set up escrow accounts with release instructions in which Artprice has conceptualised all possible legal scenarios to ensure that its online sales are indisputable and can be conducted with a level of confidence rarely equalled on Internet. This escrow principle is the same principle used by notaries and lawyers in transactions.

    Boursica: Can you tell us exactly how this escrow account will work?

    Thierry Ehrmann:
    So I will briefly describe the process: when the seller, via a series of procedures, validates the highest bidder of the auction, the buyer must physically transfer the amount, by any means of payment he may wish to use, to an escrow bank account using a unique username and account I-D number. You know the golden rule… a crook will never pay for something in advance. In our framework, the seller has a strong guarantee with the money transferred to a trusted third party. Then, after a highly codified set of procedures, the buyer will definitively validate the sale and give the instruction to release the funds so that the seller can collect the proceeds of the sale and Artprice, in turn, can receive its commission, ranging from 4.5% to 9%, depending on the products and services used in the sale. Our great strength is that we start with a database where each of our 1.3 million members is attributed a confidence index score in compliance with the European directives on personal data.

    Boursica: So according to you, the security on Artprice would be almost greater than at a traditional auction house.

    Thierry Ehrmann:
    Indeed… I would say that our excellent knowledge of the digital economy, combined with our highly advanced computer systems and our unmatched attention to the legal dimension, means that our auctions and other services enjoy a better level of security than that which obtains in the old economy. According to the French Payment Cards Economic Interest Group, we have had, for over 10 years, one of the lowest rates of credit card rejection.

    Boursica: In our first interview you described exactly how Artprice can, on its Marketplace, meet the demand of a client wishing to sell, for example, a sculpture by Armand: "Les Poubelles Organiques" by extracting from its billions of client logs all clients who are fans of Armand, his sculptures in particular and more specifically of the period in which he produced Les Poubelles Organiques. Since then however, you have reported further progress; what is that?

    Thierry Ehrmann:
    Once again, the art market is still way behind the global reality. We must remember that we went from 50 million Internet users in 2000 to over 2.5 billion Internet-connected people in 2011. In 2013, we will largely exceed the three billion threshold. That is why, we have received from around the world – after the law passed on 20 July 2011 – a number of highly interesting proposals from groups operating in the art market and financial groups who believe that just as the virtual stock market replaced the old trading floor, so our Standardized Marketplace is not just an option… but an obligation! I remind you that our parent Group Server, of which I am the founder, has been on the Internet since 1985.

    Boursica: What exactly are we talking about here? Potential clients or potential competitors for Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    In the first interview, I clearly explained that Artprice's Standardized Marketplace is subject to massive intellectual property protection, and on a number of different continents. So we are talking about potential clients and major accounts.

    Boursica: What do you mean by potential clients? Since you have said in your press releases that almost 83% of Auction Houses and art experts already work with you.

    Thierry Ehrmann:
    Indeed, that figure is correct and confirmed. I'm talking about new clients and groups, mainly Asian, relatively young and very wealthy, who cannot envisage the art market of the 21st century, so they say, without a business or capitalistic alliance with Artprice's Standardized Marketplace. They bring us community networks, hundreds of thousands of buyers and sellers, because they rightly believe that the art market will take off seriously when the intermediation margin collapses, which according to the Council of Voluntary Sales, is about 37.5%.

    Boursica: What is their business model and where is your advantage?

    Thierry Ehrmann:
    Despite a dominant position, there are still – especially in Asian countries like China, of course, (the world's no. 1 art marketplace)… but also Singapore, Hong Kong etc. – a number of capillary networks that cannot be apprehended. Our partners have fully understood the value-added they bring us and they have integrated, contrary to what is generally believed, the insurmountable barrier of intellectual property that is indeed a very substantial barrier to entry (cf Apple vs. Samsung). So they modelled – with large sums of money that no European is able to commit – a war machine by using affinity marketing to piggyback our Standardized Marketplace. Simply speaking, we are implementing white and/or free brands. For them, the cards have been dealt, and some of them are already forecasting their IPOs. It's not for nothing that we are patiently preparing the opening of a subsidiary and data rooms in Hong Kong which is the testing laboratory of the People's Republic of China and the gateway to all of Asia. Hong Kong is already one of the top five capitals of the global art market.

    Boursica: So does this mean in concrete terms that Artprice is going to participate in IPOs?

    Thierry Ehrmann:
    We need to understand that the crisis which started in 2007 is, in my opinion, a sign of the decline of the West and certainly not just another recession. I have no time to lose. While in Europe, it takes me three months to get an appointment with a key player, in Asia, we are already drafting memoranda of understanding. As such, it is clear that Artprice will use for its own account all the interest of future IPOs of these major players whose projected funding will, in some cases, be larger than Sotheby's, which is listed on the NYSE.

    Boursica: Who can exceed Sotheby's capitalization?

    Thierry Ehrmann:
    I am thinking, for example, of Poly International Auction, a leading Chinese auction house that we have known physically for a number of years and which is preparing its IPO without the slightest concern for the collapse of Western financial markets. There are also a large number of players who have understood the sociological mechanism of art fairs and biennials and found in the social network, Artprice Insider (that we have been developing for nearly two years with sociologists, market players and its members) a revolutionary way to perpetuate an art fair, which by nature is an ephemeral phenomenon, but nonetheless necessary.

    Boursica: Does this mean the end of Contemporary Art fairs as we know them?

    Thierry Ehrmann:
    Ultimately, yes… but in practice, of course not… they will still continue and will act as the highlights of art news, the continuity of which, throughout the year will be on Artprice Insider amongst other sources. Here again, we had to patiently deconstruct the socio-economic mechanism of international fairs. To understand this revolution, dealers and galleries, in the 1990s, considered international fairs as a way to boost their sales. Today, their main concern is to exchange information with their clients and colleagues and, at the very least, to earn enough to cover the cost of their stand. Again, we replace an expensive and ephemeral physical network by a low-cost and permanent digital network. We must not forget that there are more than 300 international art fairs a year, which is a heresy from an economic point of view. Only historical and powerful Fairs such as the FIAC – with whom we have jointly edited for the last 5 years the bilingual annual report on the Contemporary Art market – will survive.

    Boursica: In the current economic crisis which is unprecedented, is art really a safe haven?

    Thierry Ehrmann:
    Many studies by economists, sociologists and researchers have been published in the 20th century on the profitability of artworks, but these researchers did not have right econometric tools. They used, in general, arithmetic tools which were based on a comparison approach; but this approach induced errors since their studies involved a heterogeneous market type, as I explained in the first interview. To recap, we can trace a work that has been identified and "standardized" by us from a sales catalogue in 1908 as it is sold at auction regularly through the subsequent decades. Our system allows us to be sure it is the same artwork. We therefore know its value and performance year by year, and for this reason, we are the only company in the world to have a flawless econometric method (base on repeat sales) that can be applied to all "homogeneous" works.
    That's why we set up indices and tools from the financial milieu that measure the performance of Old, Modern and Contemporary art. Our statistics show without any doubt that in certain price ranges and concerning certain artists or specific works, the price performance is almost constant, regardless of external factors, including the collapse of financial markets.

    Boursica: That seems to suggest we could have derivative instruments based on the art market?

    Thierry Ehrmann:
    Indeed, we have international partners from the private banking and finance sectors who, together with our data, are preparing the securitization of artworks for which we own the entire history of prices and indices. We should not forget that artworks were involved in the launch of the first banks in Europe and for many centuries they were used as pledges and guarantees and as vehicles of fiduciary value.

    Boursica: Who will be their professional buyers and their final clients?

    Thierry Ehrmann:
    Mainly financiers, who usually have good knowledge of the art market and who believe that these derivative products – backed by the reliable indices that we produce – give them additional protection against stock market volatility.
    The first marketing tests have been very positive. Clients of private banks or family offices (more than 30 million HNWIs around the world) were very receptive to this type of financial asset.

    Boursica: Why do you think that – faced with such revolutionary changes – the existing structure of the Western art market is so conservative?

    Thierry Ehrmann:
    I would not be quite so categorical. The older generation is indeed at least 30 years behind because it was mainly negotiating works by deceased artists. This gave them the certainty that very few new works by the artists would appear on the market. Today, mainly in Asia but also in North America and Europe, Contemporary living artists often produce more than their Modern peers who, according to art history criteria, are all dead. So we are in the presence of nearly a million recognized artists, living exclusively from their work, with an average sale price on the primary market of 8,000 to 15,000 euros (galleries) and to the secondary market (auctions) of 30,000 - 70,000 euros. Artprice is the only company in the world with full biographies and index data for these artists. Hence the fact that the primary and secondary markets are constantly on Artprice in both free and paid access. To illustrate the backwardness of the older generation, I will give you a very telling anecdote: the President of a leading French auction houses told me he was thinking this summer about the Internet, and he said "… given that we have now exceeded 200 million internet connections in the world…". It's terrifying to hear such nonsense from such a distinguished and otherwise learned CEO; the number of Internet users worldwide is today well over 2.5 billion! The old guard is indeed a long way behind reality.

    Boursica: Under the "key person" section of the chapter on "Risk Factors" in your Registration Document, we learn that you have yourself been an artist-sculptor for 30 years. Is this intimate knowledge of artists a special advantage?

    Thierry Ehrmann:
    Yes indeed, my status as a sculptor-artist allows me to be at the heart of the arts community and to understand its evolution, its changing needs, its problems and its ambitions.

    Boursica: Do you still find time to produce works?

    Thierry Ehrmann:
    Absolutely! For example, I just finished this summer a monumental 50 ton installation of 99 steel sculptures called Les Sentinelles Alchimiques (The Alchemical Sentinels) on 9000 m² that envelop like a Duchampian infra-mince my 3600 works comprising the corpus of the "Abode of Chaos" (dixit The New York Times), which is also the headquarters of Artprice and Server Group. It is currently one of the largest sculptural installations in Europe.

    Boursica: How long has it taken the market to increase tenfold?

    Thierry Ehrmann:
    In less than 20 years we have moved from traditional oil paintings for which the drying-time on the canvas took months to a world of acrylic paint and technological and industrial innovations that allows sculptures and installations to be produced in weeks not months. Hence the volume of artworks produced in the world has been multiplied by 20 in less than 25 years. The explosion of this market – which now affects a multitude of generations and social statuses with nearly 300 million non-professional buyers, collectors and art professionals – is being fuelled by the falling unit production cost of the artworks, making them accessible to a much broader public.

    Boursica: We still see very large price swings for works produced by young artists?

    Thierry Ehrmann:
    Yes that's true, but these young artists, via the Internet and thanks to our Standardized Marketplace, where each has a dedicated space, know how to adapt very quickly to the market correction, by reducing their production or by moving to continents where there is a stronger economic growth. Facing them is a generation of old players who are sometimes forced to stop sales or block already printed catalogues because the price correction can occur much faster than it takes to organise a conventional auction sale, which requires a minimum of 4 to 9 months preparation. Ultimately, today's artists have acquired, intuitively, a reaction to the market close to that of the best merchants. The myth of the "cursed artist" is gone forever.

    Boursica: Is this one of the things that attracts most of the entire world's auction houses to Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    Of course, the auction houses, with Artprice's Standardized Marketplace, will be able to build or modify their auctions on a daily basis through our secure intranet, literally sticking to the market with the certainty of growing sales in our ultra-qualified client database, which is the largest in the world today. So what used to take six months – i.e. organising a successful auction sale in proper conditions – now takes several days for both the buyer and the seller, and, with the certainty of settling the sale and transferring the cash within just a few days.

    Boursica: How far will Artprice disseminate its information, free or paid?

    Thierry Ehrmann:
    We have colossal resources in terms of servers and bandwidth overcapacity, because we are, through Server Group, our own operator; we distribute our data free or in rare cases with very low prices to academic establishments, art schools around the world, artists' associations, copyright companies, art historians, researchers, etc ... I don't mind saying that we aim to make any person in the world that has any relation to the art market or art history an addict of Artprice. In 2010, Artprice provided free data for nearly 54 million visitors. As long as we do not lose money, we are perfectly happy to create this addiction that has penetrated almost all the institutional and private organizations interested in art around the world. You have to be very patient, but with the growth of the Internet, Robert Metcalfe's law applies: "the usefulness of a network is proportional to the square of the number of its users."

    Boursica: Following the first interview, you had a dispute with Artnet. What was that about?

    Thierry Ehrmann:
    Artnet, which is not in the same business as us, had to lower its guard on the comments contained in the interview (that we maintain in every way) as we have launched proceedings against them for violation of our intellectual property rights. By the way, I would like to adjust what I said in the first interview by indicating that in a single trading day Artprice represents a volume of transactions in the year 2011 equivalent to about 3 months of trading Artnet. In addition, we note that Artnet exited the official market in September to enter the free market in Germany, which is a terrible regression for both its shareholders and for the company.

    Boursica: Speaking of the stock market, how is Artprice doing?

    Thierry Ehrmann:
    At 5 October 2011, Artprice posted the best stock market performance on the French regulated market with +158% and a total transaction volume of more than 702 million euros since 1 January 2011. Once again, the market is an instinctive animal. These figures clearly indicate that the market has made its own investigation, commissioned its own studies and investigations at the heart of the Art Market. You do not exchange 700 million euros in nine months of transactions by accident, especially during the worst stock market crash in history. In old stock market lingo, I would say that we spoke the truth to the market, and the market has fully heard and replied in both volume and price.

    Boursica: Are your targets the same as in our first interview in June 2011, despite the crash this summer?

    Thierry Ehrmann:
    Absolutely! I am strongly maintaining our targets communicated in June 2011, namely, that the price has first of all returned to the levels reached in 2005/2006, i.e. 30 euros when we started talking about the transposition of the Services Directive. This price was a simple return to normal before France decided to exasperate Europe for 5 years by its pathetic refusal to transpose the reform of the auction market, particularly, the electronic aspect. I seriously maintain that our target price should be at least 67 euros which was our highest quoted price before the creation of the Standardized Marketplace in 2005. We have fulfilled all the commitments of our listing prospectus. In fact we are way ahead of the commitments in the 1999 prospectus. I remind you that we have reached 58 euros, in very substantial volumes, and there are still three months to go…
    I therefore reiterate that the old stock market adage: "price seen, price re-seen" is indeed a market reality. Artprice has proved that this adage applies to it beyond any doubt… even in times of crisis.

    Boursica: In all honesty, what is your vision of the Western economy?

    Thierry Ehrmann:
    I will answer you simply by quoting the theorist Antonio Gramsci "there is a crisis when the old world will not die and the new world cannot be born". Remaining with the metaphor, "the world is one big family in which in Europe I find an old friend plagued by a long incurable disease. Then in Asia, I am faced with a teenager full of energy and insolence, and as I return to the States, I see an obese man who refuses to see his condition and continues his bulimic frenzy". These words should make us understand that the crisis is now existential and it requires additional soul and history, without which we are heading straight into the wall.

    Boursica: News being what it is, what do you think of Steve Jobs who has just died?

    Thierry Ehrmann:
    He was simply iconoclastic and had the ability to accomplish his dreams by embodying them in the computer industry that is indeed a merciless arena. His passion allowed him to imagine and conceptualize the 21st century. I would describe him more as a philosopher of the digital age and of nomadism than as an entrepreneur. I am sure that where he is today, he is already preparing the version 9.0 of the tri-dimensional iPad 7G!

    Boursica: Please allow me to repeat the question I asked you in the first interview: do you have a prediction for the future of Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    I reiterate that we have kept our commitments beyond the listing prospectus of 1999, passing through the crisis of the NASDAQ in 2000, the attacks of 11 September 2001, the Iraq war of 2003, the huge financial crisis that started in 2007 and that has now become a colossal state debt debacle. I know very few companies listed on the regulated market that have survived without ever having carried out capital increases, and which have gained, during this period, a world leader position! Compared with the June 2011 interview, I change my position concerning the future of Artprice because in view of the agreements and contacts that we have built in the three months since the adoption of the Law of 20 July 2011, I believe we have reached only 5% of Artprice's story, and I believe that henceforward much of our future history will be in Asia.

    Boursica.com © 2002-2011 All Rights Reserved

    To read the first interview: 5 June 2011, Exclusive interview with Thierry Ehrmann, CEO of Artprice.com: http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseEN.htm#20110606

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back
    Paris, August 31, 2011

    Artprice.com : 1er Semestre 2011 perspectives 2ème Semestre avec les enchères en ligne

    Le groupe est constitué de 2 filiales, ARTPRICE USA et LSJE, toutes détenues en totalité par la société consolidante, Artprice.com.

    Le rapport financier semestriel au 30 juin 2011 est disponible :
    - sur le site actusnews : http://www.actusnews.com
    - sur le site artprice :
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/2011_communication_financiere.html

    Le résultat net au 30 juin 2011 s'élève à -169 K€ contre -57 K€ au 30 juin 2010. Ce résultat net serait, selon thierry Ehrmann fondateur et PDG d'Artprice, nettement meilleur et positif sans les procédures intentées par les 5 maisons de ventes parisiennes contre Artprice et qui ont coûté, à Artprice, pour le premier semestre 2011, environ 180 k€.

    En effet, bien que l'ensemble des décisions rendues dans le cadre de ces 5 procédures a été plus que favorable à Artprice, puisque la 3ème chambre, notoirement connue, spécialisée du TGI de Paris (qui traite exclusivement en ses quatre sections des affaires de propriété intellectuelle et dont, à ce titre, les décisions font autorité en la matière) a confirmé, notamment, l'inexistence de droits d'auteur sur les catalogues de ventes, Artprice a dû, pour sa défense, engager de très importants frais de procédures (avocats, très nombreuses mesures conservatoires par huissiers, ressources interne).

    Pour mémoire, depuis 2008, seules 5 Maisons de Ventes parisiennes, ayant des liens entres elles, sur 3 600 Maisons de Ventes dans le monde, ont créé de toutes pièces, ce litige infondé au regard de la réglementation de la propriété intellectuelle et ont toutes renoncé au bénéfice de la Cour d'Appel à l'exception de Camard, dossier particulier dans lequel Artprice a engagé, par ailleurs, des poursuites pénales.

    Les contentieux mis en œuvre par ces 5 maisons de ventes ayant principalement pour but de jeter une un discrédit sur Artprice, de lui soustraire un maximum de fonds afin de tenter de lui interdire l'accès à la Directive européenne des enchères en ligne. L'ensemble de ces éléments constituant des manœuvres prohibées par l'article L 420-1 du code du commerce, Artprice a déposé une plainte pour entente illicite contre ces 5 maisons de vente devant l'autorité de la Concurrence. Ce dossier est en cours d'instruction.

    De plus, de par le principe de précaution, la valeur comptable des titres auto-détenus par Artprice ne reflète que la reprise de provisions par rapport au cours d'achat initial mais ne restitue pas la valeur réelle desdites actions auto-détenues au 30 juin 2011 laquelle permettrait d'enregistrer une plus-value conséquente de 1 531 750 € en cas de cession.

    Le chiffre d'affaires du premier semestre 2011 est sensiblement le même que celui du premier semestre 2010 alors que la Place de Marché Normalisée ® d'Artprice est devenue, depuis mi-2010, entièrement gratuite. Pour autant, cette très forte croissance du flux d'œuvres d'art et de nouveaux membres n'est pas génératrice de charges nouvelles et n' impactera pas le résultat annuel de 2011. Cette stratégie de gratuité intégrale mise en place pour sa Place de Marché Normalisée était nécessaire à Artprice pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères d'art, par voie électronique grâce à la Directive européenne sur les services.

    Les capitaux propres en comptes consolidés sont du même ordre à 12 944 kEuros. Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation en période de crise économique mondiale et notamment sur le marché de l'Art. Artprice en 14 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne inférieure à 40 personnes pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images(R), demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de C.A.

    De même avec sa Place de Marché Normalisée ®, Artprice va pouvoir dès cette année, légalement et sereinement devenir opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique avec ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays sans entraîner pratiquement de nouvelle charges conséquentes, à l'exception du partenariat avec un acteur majeur des enchères en Chine qui se dessine et où Artprice prépare une ouverture de bureaux et salle machine mirroring à Hong-Kong qui, selon Artprice, est le laboratoire d'essai économique de la République Populaire de Chine est la porte d'entrée sur l'Asie.

    Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro et dispose d'une trésorerie conséquente et ne prévoit aucune augmentation de capital, ce qui est sa stricte ligne de conduite pour ses actionnaires depuis son introduction en 2000.

    Pour simple information, l'action Artprice malgré la crise sur les marchés, sur-performe au 30 août 2011 avec + 261 % depuis le premier janvier 2011 avec, environ, un volume traité de 630 millions d'euros, soit une moyenne jour de 3,6 millions d'euros et connaît à ce jour la meilleure performance de l'Eurolist by Euronext (A, B, C)

    A PROPOS D'ARTPRICE (Mise à jour du 30 août 2011) :
    Note de synthèse réservée à l'attention des lecteurs ne connaissant pas encore Artprice pour comprendre l'historique de cette dernière et son évolution actuelle 1999/2011

    L'Art, valeur refuge dans les crises majeures.

    Comme le titrait, le grand journal économique Les Echos où Artprice, Christie's et Sotheby's confirmaient le statut de l'œuvre d'art comme valeur refuge, Artprice confirme l'évolution positive du Marché de l'Art en 2011.

    Face à l'incertitude, Artprice indique que, grâce à l'Artprice Global Index et l'AMCI, (indice de confiance du Marché de l'Art en temps réel), l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le Marché de l'Art et la presse économique, il constate et confirme une hausse régulière de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du Marché de l'Art depuis fin 2009 malgré la rechute violente de ces derniers mois avec un décrochage haussier très net de l'AMCI avec le S&P 500 INDEX qui à une forte tendance baissière. Il en est de même avec l'Artprice Global Index selon l'indice des prix selon la méthode des ventes répétées. (Voir infographie dans Les Echos du 10 août).

    Cette confiance se retrouve sur tous les continents. Au même titre que l'or, le Marché de l'Art depuis des siècles, a toujours été, historiquement, une valeur refuge face aux crises de grande ampleur et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale va continuer d'affronter en 2011/2012.

    Face à la crise financière et économique mondiale qui sévit à nouveau violemment, Artprice constate, à nouveau, comme en 2008, une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa Place de Marché Normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    On peut en toute logique considérer que la crise économique est une opportunité de forte croissance pour la Place de Marché Normalisée d'Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants et bien sur, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices.

    La Place de Marché Normalisée d'Artprice répond exactement à ces cinq points. Artprice avec son modèle de gratuité pour sa Place de Marché Normalisée absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré.

    Désormais confortée par près de 7 ans de croissance exponentielle de l'offre (l'évolution par année est en bas de paragraphe*). En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'était pas commissionnée.

    Désormais, après l'adoption de loi n° 2011-850 du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, et l'attente de son arrêté conjoint du ministre de la justice et du ministre chargé de la culture, Artprice va pouvoir légalement et sereinement devenir opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique avec ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    L'histoire de la dématérialisation du Marché de l'Art est en train de s'écrire avec la plume du législateur et de la Directive Européenne selon les propos des historiens, sociologues et des professionnels du Marché de l'Art.

    Il faut préciser que seul Artprice détient et protège, au titre de la propriété intellectuelle, le process unique au monde pour rejoindre la Place de Marché Normalisée ® et s'affranchir véritablement de l'ancien système des salles des ventes physiques que l'on peut aisément comparer avec les corbeilles des bourses et l'arrivée des ECN (Electronic Communication Network) qui ont laminé les corbeilles de l'ensemble des places boursières mondiales.

    Artprice est donc prêt, avec la promulgation de l'arrêté, à répondre à la demande de plus de
    3 600 Maisons de ventes partenaires et près de 7400 experts qui ont déjà manifesté de manière concrète le besoin impératif de rejoindre la Place de Marché Normalisée d'Artprice pour maintenir leurs rangs dans le Marché de l'Art mondial et passer le cap vital de la dématérialisation des ventes aux enchères d'art où Internet, et plus généralement, la révolution du numérique, ont littéralement broyé l'économie des salles des ventes physiques.

    De véritables révolutions dans le marché de l'Art sont en marche, avec notamment la Maison de ventes chinoise Poly International Auction, qui est une des principales partenaires d'Artprice en Chine va s'introduire prochainement en bourse et où, sa capitalisation serait selon des sources sérieuses, à minima égale à celle de Sotheby's. Leur vision du marché de l'art est rigoureusement identique à celle d'Artprice à savoir, une dématérialisation et une normalisation du marché de l'art pour accélérer le flux des transactions.

    Ces salles de ventes physiques qui, de surcroît entraînent des frais démesurés vendeurs/acheteurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %) sont totalement dépassées vis à vis de leurs clients qui sont désormais mondiaux et réfractaires aux fuseaux horaires et déplacements. Il y a plus de 30 ans, qu'une œuvre d'art ne s'achète qu'a la condition unique de posséder l'ensemble des certificats, attestation, documentation et catalogue raisonnée prouvant sa parfaite traçabilité et donc son authenticité incontestable .

    Les banques de donnée d'Artprice ont depuis 1987 fait autorité sur ces sujets et à ce titre ont fait d'Artprice dans un premier temps (1987/2004) le leader mondial de l'information normalisée sur le Marché de l'art avant d'aborder la dématérialisation qui passait forcement par la normalisation que constituent les 18 banques de données d'Artprice avec des acquisitions dans le monde entier de Sociétés d'éditions ou de fonds éditoriaux d'art .

    L'ensemble des process industriels d'Artprice formant ses banques de données est déposé et protégé par l'A.P.P. (Agence de Protection des Programmes). Ces process industriels normalisent le Marché de l'Art (ID artiste, ID oeuvre, ID catalogue raisonné, ID bibliographie, ID estimation/économétrie...) avec plus de 180 millions de données et indices propriétaires.

    Ce savoir-faire unique au monde est parfaitement expliqué dans la vidéo en 5 langues qui décrit Artprice : http://web.artprice.com/video/

    Perpectives techniques 2011/2012 pour Artprice

    Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice, l'activité Internet progresse notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple®, Window® phone 7, Blackberry® et l'O.S. Android® de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers.

    Artprice Insider: le réseau social nominatif des professionnel de l'art dans le monde.

    De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien sur, les enchères en ligne et la mise en place d'un réseau social nominatif et professionnel pour ses membres : Artprice Insider. La théorie des réseaux sociaux est un champ extrêmement actif dans le milieu universitaire et c'est à ce titre que Artprice s'est entre autre entouré, depuis fin 2010, d'universitaires et sociologues reconnus par leurs travaux, spécialisés en réseaux sociaux professionnels.

    Pour l'exercice 2012 les Smartphones pourraient représenter potentiellement près de 50% des connexions des clients nomades d'Artprice. A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde).

    Mi- 2011, Artprice, par ses départements Marketing et Informatique, a lancé un abonnement dédié spécifiquement aux Smartphones incluant les différents O.S. (Androïd de Google, Smartphone Windows phone, I.O.S. d'Apple pour l'Iphone et l'Ipad).

    Les clients d'Artprice peuvent avoir les dépêches de son agence de presse ArtMarketInsight spécifiquement formatés pour les Smartphones. De même, un tarif préférentiel est appliqué comme le font les opérateurs télécom, pour inciter la clientèle d'Artprice (Experts, Commissaires-Priseurs en inventaire, Auctioneers, Galeristes, Amateurs et Collectionneurs d'art sur le lieu de vente, Marchands d'art, Courtiers, Artdealers, Assureurs en expertise et/ou sinistre, Douanes et Services Judiciaires internationaux,…) à découvrir par abonnement payant que la puissance de ses banques de données ont un impact économique extrêmement pertinent lorsque le client possède l'information Artprice dans le feu de l'action, à savoir, salle des ventes, achat-vente en Galerie, expert en mission d'inventaire chez le client ….

    Selon thierry Ehrmann, très peu d'applicatifs d'information dans le monde ont réellement besoin d'une information en temps réel d'où la mise en place de campagnes marketing très puissantes sur ce produit. Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres en 2011 de My Art Collection by Artprice (service gratuit), le portefeuille d'oeuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice accessible aussi avec une application smartphone.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale qui a changé, en une décennie, la géopolitique du Marché de l'art mondial, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde, et principalement asiatique, se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    Il est vrai qu'en une décennie, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 2,5 milliards d'internautes devenus consommateurs de biens et de services, mais il faut surtout prendre en compte l'arrivée plus récente des "Silver surfeur" que sont les plus de 50 ans à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'œuvres d'Art dans le monde.

    Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié fine Art le plus important au monde. Ce fichier clients (conservation des logs de comportements clients en accord avec les différentes directives) est, dans le marché de l'Art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'Art en Europe au début du XIX siècle.

    Ceci explique le fait que l'écrasante majorité des 3600 Maisons de Ventes dans le monde, qui ont compris l'apport précieux dont pouvait leur faire bénéficier Artprice, sont partenaires et clientes d'Artprice .

    *Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le Marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros. En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'Art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'Art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat .

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs.

    On peut logiquement considérer que la crise, puis la prise en compte du marché de l'art comme valeur refuge avec l'irruption de la Chine au premier rang en 2010 des ventes aux enchères de Fine Art devant le Royaume-Uni et les USA est une opportunité de forte croissance pour Artprice (dont l'intégralité des services, produits et 27 millions de pages de données sont en chinois) dans un Marché de plus en plus dématérialisé et mondial. Un Partenariat avec un acteur majeur des enchères en Chine se dessine avec Artprice. Artprice prépare une ouverture de bureaux et salle machine mirroring à Hong-Kong qui selon Artprice est le laboratoire d'essai économique de la République Populaire de Chine et la porte d'entrée sur l'Asie.

    Début 2011, plus de 83% des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur notre Intranet Sécurisé. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du Marché de l'Art qu'Artprice connecte progressivement à sa Place de Marché Normalisée.

    Afin d'accroître le niveau de sécurité et de confiance dans l'économie numérique, Artprice s'est rapprochée en 2011 avec Interpol Monde où sur l'ensemble des pages clés des banques de données d'Artprice et principalement sur la place de Marché, figure de manière permanente le logo Interpol et le lien hypertexte vers INTERPOL's Stolen Works of Art database permettant à la clientèle d'Artprice de vérifier si l'œuvre présentée fait l'objet d'une poursuite judiciaire.

    A contrario de services de ventes aux enchères grand public et notoirement connus, Artprice impose à sa clientèle une présence judiciaire permanente donnant ainsi la confiance nécessaire au bon développement de sa Place de Marché Normalisée. De même, son alliance depuis 5 ans avec près de 70 polices judiciaires de différentes nationalités, a permis à Artprice d'établir un niveau de confiance rarement égalé sur l'Internet, renforcé par la collaboration constante avec les Artistes, les Ayants droits et les Experts.

    Artprice invite ses actionnaires et le marché pour comprendre cette révolution législative et historique de 5 siècles et l'impact sur Artprice à lire en 36 questions- réponses courtes et pédagogiques l'interview de mi-juin 2011. Liens Internet ci joint :
    http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm#20110606

    Enfin, Artprice invite ses nouveaux et futurs actionnaires qui désirent connaître l'historique de la Société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son Document de référence 2010 en ligne depuis le 25 août 2011 déposé à l'A.M.F sous le numéro D.11-0784

    Artprice avec plus de 11 ans de communication réglementée à l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, ActusNews (www.actusnews.com).

    Pour information, l'action Artprice malgré la crise sur les marchés, sur-performe au 29 août 2011 avec + 261 % depuis le premier janvier 2011 avec environ, un volume traité de 630 millions d'euros, soit une moyenne jour de 3,6 millions d'euros et connaît à ce jour la meilleur performance de l'Eurolist by Euronext (A, B, C).

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, August 11, 2011

    Artprice T2 2011 : Croissance du C.A, l'Art, valeur refuge dans les crises majeures, Publication le 21 07 2011 de la loi de libéralisation des enchères.

    CA en Keuros 2T11 2T10 Variation en %
    Internet 921 918 +1
    Indices et autres prestations 81 77 +5
    Edition 0 3  
    Total 2ème Trimestre 1002 998 +1

    CA en Keuros 1er semestre 2011 1er semestre 2010 Variation en %
    Internet 2365 2260 +5
    Indices et autres prestations 158 176 -10
    Edition 0 3  
    Total 2ème Trimestre 2523 2439 +3

    Le chiffre d'affaires du T2 2011 progresse sur le T2 2010 ainsi que le S1 2011 par rapport au S1 2010, alors que la Place de Marché Normalisée ® d'Artprice est passée depuis 2010 entièrement gratuite. Pour autant, cette très forte croissance du flux d'œuvres d'art et de nouveaux membres n'est pas génératrice de charges nouvelles et n' impactera pas le résultat annuel de 2011.

    Selon thierry Ehrmann, Fondateur et Président d'Artprice, cette stratégie de gratuité intégrale mise en place en 2010 pour sa Place de Marché Normalisée était nécessaire à Artprice pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères d'art, par voie électronique grâce à la Directive européenne sur les services.

    L'Art, valeur refuge dans les crises majeures.
    Comme le titrait hier, le grand journal économique Les Echos où Artprice, Christie's et Sotheby's confirmaient le statut de l'œuvre d'art comme valeur refuge, Artprice confirme l'évolution positive du Marché de l'Art en 2011.
    Face à l'incertitude, Artprice indique que, grâce à l'Artprice Global Index et l'AMCI, (indice de confiance du Marché de l'Art en temps réel), l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le Marché de l'Art et la presse économique, il constate et confirme une hausse régulière de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du Marché de l'Art depuis fin 2009 malgré la rechute violente de ces derniers mois avec un décrochage haussier très net de l'AMCI avec le S&P 500 INDEX qui à une forte tendance baissière. Il en est de même avec l'Artprice Global Index selon l'indice des prix selon la méthode des ventes répétées. (Voir infographie dans Les Echos du 10 août).

    Cette confiance se retrouve sur tout les continents. Au même titre que l'or, le Marché de l'Art depuis des siècles, a toujours été, historiquement, une valeur refuge face aux crises de grande ampleur et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale va continuer d'affronter en 2011/2012.
    Face à la crise financière et économique mondiale qui sévit à nouveau violemment, Artprice constate, à nouveau, comme en 2008, une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa Place de Marché Normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    On peut en toute logique considérer que la crise économique est une opportunité de forte croissance pour la Place de Marché Normalisée d'Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants et bien sur, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices.

    La Place de Marché Normalisée d'Artprice répond exactement à ces cinq points. Artprice avec son modèle de gratuité pour sa Place de Marché Normalisée absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré.

    Désormais confortée par près de 7 ans de croissance exponentielle de l'offre (l'évolution par année est en bas de paragraphe*). En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'était pas commissionnée.

    Désormais, après l'adoption de loi n° 2011-850 du 20 juillet 2011 de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, et l'attente de son arrêté conjoint du ministre de la justice et du ministre chargé de la culture, Artprice va pouvoir légalement et sereinement devenir opérateur de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique avec ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    L'histoire de la dématérialisation du Marché de l'Art est en train de s'écrire avec la plume du législateur et de la Directive Européenne selon les propos des historiens, sociologues et des professionnels du Marché de l'Art.

    Il faut préciser que seul Artprice, détient et protège, au titre de la propriété intellectuelle, le process unique au monde pour rejoindre la Place de Marché Normalisée ® et s'affranchir véritablement de l'ancien système des salles des ventes physiques que l'on peut aisément comparer avec les corbeilles des bourses et l'arrivée des ECN (Electronic Communication Network) qui ont laminé les corbeilles de l'ensemble des places boursières mondiales.

    Artprice est donc prêt, avec la promulgation de l'arrêté, à répondre à la demande de plus de 3 600 Maisons de ventes partenaires et près de 7400 experts qui ont déjà manifesté de manière concrète le besoin impératif de rejoindre la Place de Marché Normalisée d'Artprice pour maintenir leurs rangs dans le Marché de l'Art mondial et passer le cap vital de la dématérialisation des ventes aux enchères d'art où Internet, et plus généralement, la révolution du numérique, ont littéralement broyé l'économie des salles des ventes physiques.

    De véritables révolutions dans le marché de l'Art sont en marche, avec notamment la Maison de ventes chinoise Poly International Auction, qui est une des principales partenaires d'Artprice en Chine va s'introduire prochainement en bourse et où, sa capitalisation serait selon des sources fiables, à minima égale à celle de Sotheby's. Leur vision du marché de l'art est rigoureusement identique à celle d'Artprice à savoir, une dématérialisation et une normalisation du marché de l'art pour accélérer le flux des transactions.

    Ces salles de ventes physiques qui, de surcroît entraînent des frais démesurés vendeurs/acheteurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %) sont totalement dépassées vis à vis de leurs clients qui sont désormais mondiaux et réfractaires aux fuseaux horaires et déplacements. Il y a plus de 30 ans, qu'une œuvre d'art ne s'achète qu'a la condition unique de posséder l'ensemble des certificats, attestation, documentation et catalogue raisonnée prouvant sa parfaite traçabilité et donc son authenticité incontestable .

    Les banques de donnée d'Artprice ont depuis 1987 fait autorité sur ces sujets et à ce titre ont fait d'Artprice dans un premier temps (1987/2004) le leader mondial de l'information normalisée sur le Marché de l'art avant d'aborder la dématérialisation qui passait forcement par la normalisation que constituent les 18 banques de données d'Artprice avec des acquisitions dans le monde entier de Sociétés d'éditions ou de fonds éditoriaux d'art .

    L'ensemble des process industriels d'Artprice formant ses banques de données est déposé et protégé par l'A.P.P. (Agence de Protection des Programmes). Ces process industriels normalisent le Marché de l'Art (ID artiste, ID oeuvre, ID catalogue raisonné, ID bibliographie, ID estimation/économétrie...) avec plus de 180 millions de données et indices propriétaires.

    Ce savoir-faire unique au monde est parfaitement expliqué dans la vidéo en 5 langues qui décrit Artprice : http://web.artprice.com/video/

    Nota:
    En réplique à la prétendue demande de droit de réponse pathétique d'Artnet par son CEO refusé par Artprice parce que, non fondée en droit français, tant sur le fond que sur la forme sur l'interview qu'Artprice et son fondateur thierry Ehrmann a accordé au site éditorial et financier Boursica, Artprice réaffirme et assume en tous points l'intégralité de ses réponses du dit interview et confirme de surcroît, que la société Artnet s'est rendue coupable de contrefaçon et/ou de concurrence déloyale à l'égard d'Artprice et persiste à ce jour dans ses infractions, malgré des mises en demeure officielles qu'Artnet ne peut ignorer. Un adage juridique s'impose à la société Artnet : "nemo auditur" (nul ne peut alléguer sa propre turpitude).

    Artprice va donc, entres autres, exercer ses droits de propriété intellectuelle par voie judiciaire à l'encontre d'Artnet qui n'est pas, faute de titres de propriété intellectuelle concurrent d'Artprice. Lien Internet ci joint portant sur le présent conflit et les textes incriminées: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm#20110606

    La dissémination intentionnelle sur les forums par Artnet, malgré les mises en demeure et procédures, conduit Artprice à diffuser le présent communiqué durant l'ouverture des marchés, privilégiant l'équité d'information.

    Perpectives techniques 2011 pour Artprice
    Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice, l'activité Internet progresse notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple®, Window® phone 7, Blackberry® et l'O.S. Android® de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers.

    Artprice Insider: le réseau social nominatif des professionnel de l'art dans le monde.
    De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien sur, les enchères en ligne et la mise en place d'un réseau social nominatif et professionnel pour ses membres : Artprice Insider. La théorie des réseaux sociaux est un champ extrêmement actif dans le milieu universitaire et c'est à ce titre que Artprice s'est entre autre entouré, depuis fin 2010, d'universitaires et sociologues reconnus par leurs travaux, spécialisés en réseaux sociaux professionnels.

    Pour l'exercice 2011 les Smartphones pourraient représenter potentiellement 45% à 50% des connexions des clients nomades d'Artprice. A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde).

    Mi- 2011, Artprice, par ses départements Marketing et Informatique, a lancé un abonnement dédié spécifiquement aux Smartphones incluant les différents O.S. (Androïd de Google, Smartphone Windows phone, I.O.S. d'Apple pour l'Iphone et l'Ipad).

    Les clients d'Artprice peuvent avoir les dépêches de son agence de presse ArtMarketInsight spécifiquement formatés pour les Smartphones. De même, un tarif préférentiel est appliqué comme le font les opérateurs télécom, pour inciter la clientèle d'Artprice (Experts, Commissaires-Priseurs en inventaire, Auctioneers, Galeristes, Amateurs et Collectionneurs d'art sur le lieu de vente, Marchands d'art, Courtiers, Artdealers, Assureurs en expertise et/ou sinistre, Douanes et Services Judiciaires internationaux,…) à découvrir par abonnement payant que la puissance de ses banques de données ont un impact économique extrêmement pertinent lorsque le client possède l'information Artprice dans le feu de l'action, à savoir, salle des ventes, achat-vente en Galerie, expert en mission d'inventaire chez le client ….

    Selon thierry Ehrmann, très peu d'applicatifs d'information dans le monde ont réellement besoin d'une information en temps réel d'où la mise en place de campagnes marketing très puissantes sur ce produit. Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres en 2011 de My Art Collection by Artprice (service gratuit), le portefeuille d'oeuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice accessible aussi avec une application smartphone.

    Perpectives d'avenir pour Artprice : Note de synthèse à l'attention des lecteurs ne connaissant pas encore Artprice pour comprendre l'historique de cette dernière et son évolution actuelle 1999/2011
    Du fait de la crise économique et financière mondiale qui a changé, en une décennie, la géopolitique du Marché de l'art mondial, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde, et principalement asiatique, se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    Il est vrai qu'en une décennie, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 2,5 milliards d'internautes devenus consommateurs de biens et de services, mais il faut surtout prendre en compte l'arrivée plus récente des "Silver surfeur" que sont les plus de 50 ans à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'œuvres d'Art dans le monde.

    Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié fine Art le plus important au monde. Ce fichier clients (conservation des logs de comportements clients en accord avec les différentes directives) est, dans le marché de l'Art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'Art en Europe au début du XIX siècle.

    Ceci explique le fait que l'écrasante majorité des 3600 Maisons de Ventes dans le monde, qui ont compris l'apport précieux dont pouvait leur faire bénéficier Artprice, sont partenaires et clientes d'Artprice .

    *Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le Marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros. En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'Art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'Art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat .

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs.

    On peut logiquement considérer que la crise, puis la prise en compte du marché de l'art comme valeur refuge avec l'irruption de la Chine au premier rang en 2010 des ventes aux enchères de Fine Art devant le Royaume-Uni et les USA est une opportunité de forte croissance pour Artprice (dont l'intégralité des services, produits et 27 millions de pages de données sont en chinois) dans un Marché de plus en plus dématérialisé et mondial. Un Partenariat avec un acteur majeur des enchères en Chine se dessine avec Artprice. Artprice prépare une ouverture de bureaux et salle machine mirroring à Hong-Kong qui selon Artprice est le laboratoire d'essai économique de la République Populaire de Chine et la porte d'entrée sur l'Asie.

    Début 2011, plus de 83% des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur notre Intranet Sécurisé. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du Marché de l'Art qu'Artprice connecte progressivement à sa Place de Marché Normalisée.

    Afin d'accroître le niveau de sécurité et de confiance dans l'économie numérique, Artprice s'est rapprochée en 2011 avec Interpol Monde où sur l'ensemble des pages clés des banques de données d'Artprice et principalement sur la place de Marché, figure de manière permanente le logo Interpol et le lien hypertexte vers INTERPOL's Stolen Works of Art database permettant à la clientèle d'Artprice de vérifier si l'œuvre présentée fait l'objet d'une poursuite judiciaire.

    A contrario de services de ventes aux enchères grand public et notoirement connus, Artprice impose à sa clientèle une présence judiciaire permanente donnant ainsi la confiance nécessaire au bon développement de sa Place de Marché Normalisée. De même, son alliance depuis 5 ans avec près de 70 polices judiciaires de différentes nationalités, a permis à Artprice d'établir un niveau de confiance rarement égalé sur l'Internet, renforcé par la collaboration constante avec les Artistes, les Ayants droits et les Experts.

    Artprice invite ses actionnaires et le marché pour comprendre cette révolution législative et historique de 5 siècles et l'impact sur Artprice à lire en 36 questions- réponses courtes et pédagogiques l'interview de mi-juin 2011. Liens Internet ci joint :
    http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm#20110606

    Enfin, Artprice invite ses nouveaux et futurs actionnaires qui désirent connaître l'historique de la Société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son rapport financier annuel et, notamment, au niveau des paragraphes 2.1 « Activité et événements importants survenus au cours de l'exercice » et 2.2: - « Evénements importants intervenus depuis la date de clôture, le 31 décembre 2010, et perspectives d'avenir » du rapport du C.A.

    Artprice avec plus de 11 ans de communication réglementée à l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, ActusNews (www.actusnews.com).

    Pour information, l'action Artprice malgré la crise sur les marchés, sur-performe au 10 août 2011 avec + 162 % depuis le début de l'année avec environ, un volume traité de 603 millions d'euros soit une moyenne jour de 3,6 millions d'euros.

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back
    Paris, July 7, 2011

    Artprice confirms France’s definitive approval of the Services Directive and its impact on the French auction market
    On Wednesday 6 July, the French parliament finally adopted a draft bill that would have the effect of liberalising public auction sales of artworks and particularly the use of Internet in such sales. According to the government, the text – a compromise elaborated by a mixed committee of 7 deputies and 7 senators – will “modernise” and “considerably relax the regulatory framework governing voluntary auction sales”, according to the French government (AFP). The text transposes the European “Services” Directive and establishes the principle of free practice of public auctions as well as an extension of the categories of goods that may be sold at auctions.

    According to thierry Ehrmann, the Founder and Ceo of Artprice, “this latest vote, published on 7 July 2011, was indeed France’s last chance to modernise its auction market as France has slipped in less than 45 years from the world’s most active auction market to 4th position, behind China -in first place-, the USA -in second place- and the UK -in third place.” (see the Art Market Annual report, freely available on Artprice.com).

    “We have exasperated our European partners regarding the transposition of this directive into French national law. Remember that France was expected to have completed this transposition by 29 December 2009, and there are enormous pressures on France. In fact, in their annual report, the French Auction Market Authority (Conseil des Ventes Volontaires) considers that “it would be suicidal for France to introduce a minimal reform, and, after the injunctions issued by Brussels, the matter has come very close to being referred to the European Court of Justice”.”

    In addition, the Drouot scandal has heavily handicapped the French art market. Over the past 2 years, the media has regularly published the sequels and consequences of the scandal and of the resulting litigations. Michel Deléan’s book “Adjugé Volé” (literally “Going, going, stolen”) on this subject is enlightening. Thirty-nine cases have already been brought to court. The government has decided to take the matter extremely seriously in view of the fact that Drouot represents 45% of the French art market.

    Artprice was the first and the only organism to draft a reference law code, the Code des Ventes Volontaires et Judiciaires (Auction and Legal Sales Code), published in 2000 and which subsequently became the “Reform Bible” for French licensed auctioneers. This is the only work (1,800 pages) that criticises the first reform of 2000 and its non-application.

    The 2000 reform was just a clever way to side-step European requirements, because it effectively left the licensed auctioneers with their monopoly that has stood since 1535 with the obligation – amongst others – to request an authorisation for each sale. This authorisation was given several days or even several hours before the sale. It therefore represented a real obstacle to the free movement of products and services in Europe, particularly with respect to auctions of artworks on the Internet.

    The transposition into national law of the European Services Directive (2006/123/CE) acknowledging the notion of online operators of virtual (electronic) auctions fully complies with the recommendations made by the various different parliamentary commissions, to which Artprice contributed both expertise and data. Artprice has therefore all the success factors to be once again at the forefront of the evolution and history of the art market. The whole process has been definitely approved.

    It should be noted that only Artprice –in its position as World Leader– possesses and defends, in the name of Intellectual Property, the world’s only process of Art Market dematerialization, which establishes a Standardised Marketplace that obviates the need for physical auction rooms just as ECN (Electronic Communication Networks) almost completely eliminated the need for stock exchange trading floors around the world, drastically reducing intermediation costs at the same time.

    As thierry Ehrmann says: “we simply needed to be very patient and determined against a sales monopoly that had stood for close to 500 years (since 1535) by pursuing a legal struggle that lasted 11 years”.

    Artprice would like to take this opportunity to invite its shareholders and the market to appreciate this historical legislative revolution and its impact on Artprice by reading the 36 questions & answers in the pedagogical interview published in mid-June 2011.

    Internet links below:
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseEN.htm#20110606

    English
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-24118

    Deutsch
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-24432

    Español
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-24433

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back




    Paris, June 15, 2011

    Artprice : suite du communiqué de 11h45 : suppression intégrale du communiqué Artprice sur Boursorama relatif à l'interview de thierry Ehrmann
    Le 15 juin 2011 à 11h45, la société Artprice, par la voie d'un communiqué :

    "constate ce matin par voie d'huissier, dans le cadre d'une mesure conservatoire, que son communiqué du 6 juin 2011 diffusé par le site homologué par l'AMF, Actusnews ainsi que par le groupe PRNewswire a fait l'objet par la société Boursorama, de 9 suppressions de questions et des paragraphes réponses dans leur intégralité sans préavis ni la moindre justification sur son propre site Boursorama.com dans la rubrique Actualités de la homepage du carnet d'ordres d'Artprice.

    A ce titre, afin de restituer l'intégralité et la cohérence de l'interview Artprice invite ses actionnaires et le marché à voir l'intégralité du communiqué sur :

    PRNewswire France :
    http://www.prnewswire.fr/

    ActusNews :
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-24065

    Artprice.com Communiqués de presse :
    http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm#20110606
    "

    Le 15 juin 2011, à 15h57, la société Artprice a constaté par voie d'huissier, dans le cadre d'une mesure conservatoire, que le dit communiqué du 6 juin 2011 avait réapparu dans son intégralité sur le site Boursorama.com dans la rubrique Actualités de la homepage du carnet d'ordres d'Artprice. A savoir, les 9 suppressions de questions et des paragraphes réponses dans leur intégralité.

    Le 15 juin 2011, à 17h15, la société Artprice a constaté par voie d'huissier, dans le cadre d'une mesure conservatoire, que, primo : le dit communiqué du 6 juin 2011 avait totalement disparu sur le site Boursorama.com dans la rubrique Actualités de la homepage du carnet d'ordres d'Artprice, secundo : le communiqué du 15 juin 2011 intitulé "URGENT : accès intégral à l’interview de thierry Ehrmann suite à 9 suppressions inexpliquées sur Boursorama" avait lui aussi disparu !

    Artprice rappelle à ses actionnaires et au marché, que dans son rapport financier annuel 2010, page 50 en Facteurs Risques, un paragraphe est dédié à Boursorama.

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, June 15, 2011

    URGENT : accès intégral à l'interview de thierry Ehrmann suite à 9 suppressions inexpliquées sur Boursorama
    La société Artprice constate ce matin par voie d'huissier, dans le cadre d'une mesure conservatoire, que son communiqué du 6 juin 2011 diffusé par le site homologué par l'AMF, Actusnews ainsi que par le groupe PRNewswire a fait l'objet par la société Boursorama, de 9 suppressions de questions et des paragraphes réponses dans leur intégralité sans préavis ni la moindre justification sur son propre site Boursorama.com dans la rubrique Actualités de la homepage du carnet d'ordres d'Artprice.

    A ce titre, afin de restituer l'intégralité et la cohérence de l'interview, Artprice invite ses actionnaires et le marché à voir l'intégralité du communiqué sur :

    PRNewswire France :
    http://www.prnewswire.fr/

    ActusNews :
    http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-24065

    Artprice.com Communiqués de presse :
    http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm#20110606

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, June 6, 2011

    Exclusive interview with Thierry Ehrmann, the Founder and Ceo of Artprice.com

    Boursica.com: Could you remind us of how Artprice was created?

    Thierry Ehrmann:
    It was first of all an enormous amount of collective work involving incredible art historians. In just 14 years, we bought up almost all the editorial funds in Europe and the USA and now we're working on Asia. This covers art publishing houses, art editorial funds worldwide and assets representing over €30 million.

    You should know that through the Serveur Group that I founded and is Artprice's parent company (which specialises in judicial, juridical and scientific databases), we have been on the Internet since 1985 and we were therefore able to prepare and identify our key targets when we arrived on the art market in the 90's.

    BOURSICA.COM: Who were these targets?

    Thierry Ehrmann:
    The targets were legendary firms such as the Enrique Mayer Guide (1962/1987), the famous Dictionary of Art Sales 1700-1900 by Doctor H. Mireur, the leading American company, Sound View Press, with nearly 50 databases in the USA (1991), Franck Van Wilder editions (1970) the Swiss company Xylogic, the world specialist in Art Market price indices (1985), the Bayer database on the Anglo-Saxon art market from 1700 to 1913, Caplan's Monograms and Signatures, a world reference work (USA - 1976), L'Argus du Livre de Collection et des Manuscrits (France),a world reference work (1982); and the list goes on… And we bought them all.

    For the past 14 years, we have also had a systematic policy of purchasing manuscripts and catalogues, mainly from 1700 to 1970 from the world over. We had no choice but to buy this historic knowledge, otherwise we could not have standardised the art market with certainty nor obtained perfect traceability of works of art and correctly allocated them to the artist's biography.

    We have gone well beyond the millions of hours of work by historians, research workers and journalists in the art market, who have documented and written on all the works taken from these manuscripts and catalogues, particularly from the 17th century to date. This is why we now have the largest database of information on the market in the world, which allows us to trace works of art over the centuries, with 108 million images or engravings of works of art from 1700 to date, commented by our art historians.

    It is not without reason that Artprice enriches its databases from almost 4,500 auction houses in real time and publishes trends on the Art Market continuously for the main agencies and 6,300 press titles worldwide. Every day, without paying a single cent, we are present in the world press with our copyright and our Internet address. What more could you ask in terms of reputation and communication?

    BOURSICA.COM: Could you continue with how Artprice was created?

    Thierry Ehrmann:
    To get back to how it all started, we went back to the very beginnings of the art market, which was practically born in around 1700; it was only from that period that artists began to truly break free from commissions from the Princes of the Church and the Realm to finally produce works of art in response to demand. We can consider that It was at this time that the art market was born, in the economic sense of the word.

    For the past 14 yearsn we've had experts and dealers working for us worldwide and as soon as they get their hands on manuscripts, they inform us and we buy the manuscripts and catalogues. We've bought so many that we've more or less achieved a shortage; at the outset we bought them at very high prices and then gradually the pincer technique has come into play and the latest are now bought every year at very reasonable prices. This fund is unique in the world and we open it up, with prior authorisation on our part, to researchers from the world over.

    BOURSICA.COM: So what is your added value on this documentary fund?

    Thierry Ehrmann:
    Our work on the Artprice databases is really like mining work, every day we have to go down into the mine, and we've being doing it for the past 15 years. In the years 2000 we reached a figure of over a hundred employees, whereas now there are just 45 of us because all the work is now in the databases. The number of employees has been divided by three and the number of servers has been multiplied by nearly 30 over the past decade. To standardise the art market we had to create the definitive inventory of works of art and the biography of hundreds of thousands of artists from the 4th century B.C. until today, sometimes with hundreds of homonyms to each of which the right works have to be attributed.

    BOURSICA.COM: How do you produce your reference prices since a painting is by its very nature unique?

    Thierry Ehrmann:
    Take for instance, a work of art identified in 1850, it goes from auction house to auction house over decades. We're therefore certain that it is indeed the same work of art and we know its price and yield year after year. That's why we are the only company in the world to have a perfect econometric method for all works of art. In econometrics, its called the repeated sales method, because we're working on a homogeneous market. Others calculate arithmetic averages, using the method of comparables, but this leads to errors because their studies involve a heterogeneous market.

    BOURSICA.COM: How have you been able to get around this problem in such little time?

    Thierry Ehrmann:
    That's why, in 2000, we bought the famous Swiss company Xylogic for a small fortune, a company of scientists who had created all the algorithms and price indices for the art market since 1985. We are the only ones to have, 10 years later, these gigantic databases (over 700 terabytes) in our own computer rooms, with nearly 900 servers operating on our own fibre optics, which we own. We do not depend on any IT services company, which explains why our developments and R&D are so fast and our IT expenses so low.

    What's very important for Artprice is that we have succeeded in building up the largest collection of annotated manuscripts and catalogues in the world. This colossal documentary fund has been entered on our expense account (income statement) using a precautionary principle, something that is very good news for our shareholders who have a balance sheet that does not reveal these assets which are, of course, significant.

    We add new data to our databases every day from the world over. We have bought up Anglo-Saxon, Chinese and Dutch databases, without which we could not work, even if we put the best art historians on the development, they could not get the same results. For example, for a Dutch painter called Dick Van, an extremely common name in Holland, it is impossible, without our databases, to be certain that we're talking about the same artist and his works.

    BOURSICA.COM: What do you reply to those who ask "why does everyone go on Artprice?"

    Thierry Ehrmann:
    Quite simply that we don't have any real competitors because we're the only ones who manage over a million biographies including artists who are not yet listed and 108 million images or engravings of works of art. Even someone who doesn't really like Artprice can but search our databases for any artist who is not yet very well known, or is even totally unknown. The same goes for a rare work of art that requires authentication.

    People only see the tip of the iceberg of Artprice, but Artprice is above all an enormous amount of work in the background, I even wonder myself how we've had the strength to do it! Passion, I believe, is the only rational explanation after all these decades…

    BOURSICA.COM: Is the money raised on the stock market, along with funds from the Serveur group and the Bernard Arnault group behind the success of Artprice acquisitions?

    Thierry Ehrmann:
    Yes, but only in part, because you should know that a cheque book is not the only thing needed to acquire these documentary funds; we're talking about famous Historians and Authors, infamously ill-tempered, who in some cases had received mind-boggling offers, but the financial aspect was only secondary to these people. We had to persuade them of the importance of our project, as was the case with Frank Van Wilder and Peter Hastings Falk, for example.

    These databases represent the wealth of Artprice and, as a precautionary measure, here again our balance sheets do not reflect the true value of our assets, which are truly significant. That is also a source of wealth for our shareholders for the years to come. IRFRS standards do not allow us to give the true value of our company, whence the stock market price which, as if by chance, is much closer to the truth; the Market is very seldom mistaken in over 10 years of continuous listing, as has been the case for Artprice.

    BOURSICA.COM: How do you manage reproduction rights for works on line?

    Thierry Ehrmann:
    Reproduction rights for the work is assured by the specific contract we have signed with the ADAGP, the most representative company in the world, which receives and distributes royalties in over 43 countries. This agreement was a real precursor (2007) in the digital economy and is regularly used as an example by the various different Ministries of Culture in Europe and particularly in France. There again, Artprice has taken the lead over any possible outsiders.

    BOURSICA.COM: Would it be possible to create another "Artprice"?

    Thierry Ehrmann:
    No, absolutely not. Everything is protected under intellectual property laws. Amongst other things I'm trained as a lawyer in literary and artistic property and in the 90's I was also the instigator of a lobby that aimed at protecting databases in Europe, which then became the "Sui Generis" law, the European law equivalent to what is known in the USA as software patents.

    To put it simply, anyone, even someone willing to invest several hundreds of millions of euros, would be prosecuted and forbidden from building up databases or an Artprice Standardised Marketplace, and sentenced for counterfeit and fined in proportion to the investments made, in addition to a ban on using their databases.

    Therefore a possible competitor would need to have not only a very large amount of funds available, he would also have to be able to reinvent ergonomics and a structure entirely different from Artprice's. By analogy, and simplifying the example to the extreme, you could say that we have protected the fact that a car has round wheels; an adversary would have to dream up a vehicle on tracks or on a rail, which as you can imagine is an extremely big obstacle to overcome.

    BOURSICA.COM: How are you sure you will do auctions?

    Thierry Ehrmann:
    Over 80% of Auction Houses worldwide draw up their catalogues based on our data; in real time they use the artist's biography, prices and indices, and the work traceability, in order to estimate the starting price. Between 2001 and 2003, we spent 2 years calling and visiting 3,600 Auction Houses and 7,400 experts. This marketing and engineering study was extremely expensive in terms of world travel and staff expenses. The Auction House world was devoid of any databases; at best Auctioneers had available Word or Excel files. Still today some of the world's greatest Auction Houses do not have any computerised databases.

    BOURSICA.COM: How is it possible to be so behind, in terms of computerisation and the Internet in 2011?

    Thierry Ehrmann:
    It's just crazy. That being said, an old IT rule says that the greater the power or knowledge of a profession or social body, the more it disdains or ignores IT until the day it is forced to give in to the its customers' demands. In this case, Artprice has arrived in the nick of time. Our professional clients are highly captive and return to us over the years. That's another proof of our professionalism to our shareholders.

    Using our intranet an auction house can produce its paper and Internet catalogue very quickly, and at the same time promote on the standardised Artprice market place its future sales with just a click of the mouse. It can, for example, electronically promote a contemporary sale including 63 different artists to our 1.3 million clients, only those who follow and research these 63 artists (or even certain specific periods of the artist concerned). This is the "killer application" every Auction House has dreamed of, whether large or small, even those who have spent fortunes in advertising and marketing campaigns. For a prestige sale, advertising and marketing can represent up to 70% or 80% of an Auction House's expenses, whereas with Artprice it will cost them only 4.5%.

    BOURSICA.COM: Why have you chosen the Abode of Chaos as Artprice's headquarters, is that provocation or strategy?

    Thierry Ehrmann:
    It's neither. The world of the Abode of Chaos is inseparable from the history of Artprice and of the Serveur Group, a historic Internet pioneer since 1985, the two of which have their headquarters in the heart of the Abode of Chaos. La Demeure du Chaos / Abode of Chaos, dixit he New York Times, was conceived by me in 1999, it feeds on the alchemy of chaos of our 21st century, both tragic and sumptuous, the embers of which came into being on September 11, 2001. It is almost the same age as Artprice, give or take 3 years.

    Today, with over 1,890 reports in the written and audiovisual press in 72 countries in just 12 years, it has become a "Factory", an essential Museum, unique in the world, according to the international art press. It's an open-air, free-entry museum, presenting over 3,627 works, welcoming 120,000 visitors every year. Every time the world art press talks about the Abode of Chaos, Artprice is of course mentioned.

    How could one build Artprice out of nothing, an almost-mythical company which sources 90% of the world press on art market information, without being oneself, body and soul, an artist who is passionate about the history of art? You can't imagine the number of visitors to my Museum, now number two in Lyon in terms of the number of visitors, who are Artprice clients or shareholders. Every year we hold our annual general meeting at the Abode of Chaos and all we've been given are encouragements for the past 10 years.

    In terms of clients, and particularly world art galleries, they are extremely aware of working with Artprice, whose founder has been registered for over 25 years with rights holder companies as a sculptor. Take a look at my entry in Who's Who and you'll understand. I have lots of work on show worldwide. You should be aware that the art world is highly sensitive and, in the 90's certain purists saw Artprice, with its indices, prices and statistics, as a group that did not understand the sensitivity of their world, not to mention the fact that we were listed on the Stock Market. But with the Abode of Chaos these same purists have become our most loyal customers. That's the real answer to your question!

    BOURSICA.COM: How would you value Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    For nearly 120 years, according to the comparables method, the value of an Auction House in the world is 80% the client file, at between $800 and $4,000 per client and 20% the Auction House's name, if it is well known. To understand the difference between one client valued at $800 and the other at $4,000, understand that the price is based on the strands of information we hold on the end customer.

    BOURSICA.COM: Could you be clearer, with a specific example?

    Thierry Ehrmann:
    Let's take the example of a sale by the sculptor Arman (1928/2005). You could define a degree 1 ($800) with the Auction House who tells you, I've got 4,500 clients who buy new realists like Yves Klein, César, Arman or Nikki de Saint-Phalle etc.... Degree 2 would be that the Auction House tells you that it also has clients who buy only Arman sculptures, in the knowledge that he is also a painter and a photographer. But the ultimate offer, the one that only Artprice can offer to date, is degree 3 where one can offer the 4,500 clients in the world who are looking for Arman sculptures on the highly specific theme of "organic waste". Within this context, holding this final information is the absolute Holy Grail for Auction Houses or Dealers. Because they can be certain that bids will reach a maximum. One can therefore presume that degree 3 is value in the upper bracket, at around $4,000 per client.

    This is the oldest method of valuing an Auction House. The great value of Artprice is that, for a sale, we can find collectors throughout the world who, by their presence, will double or even triple the selling price of a work of art. In a catalogued sale for a well-known artist, new collectors from the other side of the world can double the sale and, in this respect, Artprice is the only company to hold details of these famous collectors, in 210 different countries.

    We can state without any difficulty that we currently have on Artprice 100% of those who count in the art market, the great dealers, the great collectors, all the Auction Houses and Experts, the hard core, those who make and unmake prices, known as market-makers. They are all systematically clients of Artprice.

    BOURSICA.COM: Even your critics are on Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    Even our fiercest critics use our data. We have 1,300,000 clients, you can consider that value is made according to the level of research of clients. The more clients who are looking for something specific we have, the greater the value of these clients. We are certain of offering the narrowest search criteria. The narrower the search, the more the client is in a position to increase prices at auction and therefore this client is all the more interesting for the Auction House.

    We have an extremely complete client file with over 18 billion logs, respecting the demands of the CNIL and European and American authorities, which enables us to know exactly what our clients own or are looking for. Putting things into perspective I really believe that this is currently the best method by which to valorise an Auction House because it is 120 years old and is still up to date, tried and tested thousands of time over, worldwide.

    BOURSICA.COM: What will be the level of commission you earn on the transactions?

    Thierry Ehrmann:
    We are very competitive because intermediation is at 37.5% according to the Voluntary Sales Council, which is the AMF of the art market, whereas we will be at between 4.5% and 7%. We will be better than a bank for a gallery. We will take 4.5% for the transaction and, in addition, between 3% and 4.5% on the hire of the client file we have just talked about, which will enable Auction Houses to target potential buyers better, because we put into contact with the Auction House people looking for Arman works and, better still, offering them the "Arman Organic Waste" period customers, for example. Similarly, commission will be 4.5% on private sales.

    BOURSICA.COM: Is Artprice ripe for a takeover bid?

    Thierry Ehrmann:
    A hostile takeover bid is impossible due to the fact that the Serveur Group controls the Artprice capital, on the other hand a friendly takeover bid, why not, if it is logical in terms of the industry, notably with an auction house listed on the Stock Market, we would think about it.

    To better understand Artprice, its reference document or annual report should be consulted, those are real gold mines in terms of sensitive information and are really up to date and detailed.

    BOURSICA.COM: Does Artprice have any competitors?

    Thierry Ehrmann:
    No, that's stated clearly in the report, because everything is protected under intellectual property law. We only have, within a different perimeter, the company Artnet which achieves in volume in one year on the stock market, the same as we achieve in a week. Artnet is not in the same business as we are, it is listed only on a non-regulated stock market and its accounts are not audited. We see it as a luxury host site which does not own its own production tool. Also, it has not always respected copyright law in a certain number of countries. In addition it's had its brand Artnet snatched due to lack of vigilance by over 18 different depositors in 21 countries, some of which are major countries…. Finally, its rates are outrageous, with a limited number of requests per month, something which was done on the Internet at the beginning of the 90's. We consider that, in order to be world leader, you have to implement an extremely aggressive pricing policy, like Dell, which I see as a model and which has thrashed the world of PCs and Servers.

    BOURSICA.COM: Is Artprice abusing its dominant position?

    Thierry Ehrmann:

    No! Your question contains the answer, what is punished by the competition authorities is the abuse, not the dominant position, we haven't refused any sale, our prices reflect the reality of our costs and investments and we have no selective sales policy, but above all we are the original authors of all the products and services offered by Artprice, offering a new and innovative approach. Some people have attempted to make this claim, but their cases have been systematically dismissed.

    To take the market fairly but aggressively, such low prices would be necessary that a hypothetical competitor would immediately be operating at a loss since they would not have done like us and paid for all the investments over a 14 year period.

    The proof of this is that during the period 2000/2010 no competitor arrived on the scene, on the other hand countless numbers of art sites have gone bankrupt and closed down due to lack of traffic and therefore, turnover; Every week we get about ten requests for buyouts of brands, websites or DNS but they are absolutely of no interest to us, with the exception of some highly specific micro databases in emerging countries.

    BOURSICA.COM: Did you try and buy out Artnet?

    Thierry Ehrmann:
    We were asked three times to buy out Artnet, but it was of no interest to us, at the risk of being subject to a large number of lawsuits. As for the brand, in view of the fact that it is not registered worldwide we would have been immediately caught up in intellectual property conflicts with the other owners of Artnet, who are in their own rights.

    BOURSICA.COM: It would appear that other DNS can access the Artprice databases…

    Thierry Ehrmann:
    Yes, of course, such as for example Artmarket.com. We have 1,800 DNS which are generics around the Art market in 9 languages. If you type Artmarket into Google, you get Artprice as number 1 in ranking thanks to the DNS Artmarket.com. We registered the entire semantic at the beginning of the 90's, in order to address the art market.

    Some of them are worth their weight in gold today because there are generics in the purest state, such as Artmarket, but we refuse to sell them.

    BOURSICA.COM: Do you have any new clients?

    Thierry Ehrmann:
    Yes, we get new clients every day and we realise that the average age of our customers is increasing because we have people who discover the Internet, to such an extent that we have to help them in their navigation on the site, and on The Internet in general. We have a policy of going to seek out new clients, wherever they are, and accompanying them on Artprice. This clientele is called, amongst other things the "silver surfers", as defined by the giants in marketing as being surfers with silver (grey) hair, in other words, Seniors (over the age of 55). Similarly, we are seeing more and more young collectors, with an average age of 30/35 years, whence the phenomenal success of the Artprice Smartphone subscription. The Art Market has indeed increased worldwide from 500,000 collectors just after the war to a current total of almost 300 million art-lovers, collectors and professionals, whose favourite hunting grounds are the Internet with the market going virtual, notably with Artprice's normalised market place. And the Asian continent has created an explosion in the Art Market, in terms of market players.

    BOURSICA.COM: How is Artprice's financial health?

    Thierry Ehrmann:
    Unlike the vast majority of listed companies, we do not have a single cent in debt. No bank overdraft, short, medium or long term loans, no financial instruments to reimburse such as BSA and other derivative products… That's what very often amazes the AMF!! We also have a good cash flow and negative working capital requirements.

    I should point out that I am deeply hostile to any increases in capital which not only dilute shareholders but also, and this is often forgotten, prevent a listed company from seeing its price rising very rapidly. Proof is that Artprice has about 4 million shares in circulation. If we were like most of the companies on the regulated Eurolist, there would rather be between 20 and 40 million shares in circulation and we would have increased by only €2 or €3 in 2 months, whereas we have gained €22 for a volume processed in 45 market trading sessions of around €250 million.

    BOURSICA.COM: With the volumes we have seen, why hasn't the declaration threshold been crossed?

    Thierry Ehrmann:
    According to our latest TPI enquiry and estimates, we have increased from 18,000 shareholders to a possible estimate of around 27,000 shareholders. In 2010 81% of our clients were Artprice shareholders. This is a proof of security because they know almost everything about Artprice, sometimes they're the ones who identify targets for us to buy or give us ideas for improving our databases.

    BOURSICA.COM: What about the Chinese funds?

    Thierry Ehrmann:
    For them the notion of crossing a threshold is not one they understand, they enter through a multitude of accounts, which enables them to remain under the threshold limit. We have made conference calls to fund managers, 2/3 of whom are in Hong Kong. I've never seen that before and it's certain that they are not buying for French customers.

    BOURSICA.COM: How long do you think it will be before the legislative course is completed for the Law on the liberation of auction sales?

    Thierry Ehrmann:
    It's a question of weeks, at most. It should be pointed out that in less than 45 years France has moved from 1st to 4th place in the world, with China now in first place, followed by the USA in second place and the United Kingdom in third.

    Also, the Drouot scandal has weighed very heavily. Every week we come across consequences of that business, investigations have only just begun. I suggest you read the book "Adjugé Volé" ("Auctioned and Stolen") by Michel Deléan on this matter. 39 investigations have already started. The government would appear to have decided to go all the way, knowing that Drouot represents 45% of the French art market. We have exasperated the Europeans with adaptation of this directive into domestic law and there is enormous pressure on France. It's an affair of the State, with a risk of colossal fines being imposed by the European Court of Justice. Moreover, the French Art Market Authority, the CVV, considers that it would be suicidal for France to go for a minimal reform and after the injunctions from Brussels it is highly likely that the matter will go before the ECJ very soon.

    We were the first to draft the code of law, the Code des Ventes Volontaires et Judiciaires in 2000, which has now become the reference amongst French auctioneers. It's the only book (1800 pages) which refers to the first reform of 2000 and its non-application. That reform of 2000 was a gigantic farce because Auctioneers have remained with their monopoly of 1535 with, amongst other things, the obligation of requesting an authorisation for each sale.

    In cases where this was given just a few days or even a few hours before the sale it proved a real obstacle to free movement of products and services in Europe, particularly for auctions of works of art on the Internet.

    We have all the factors for success. The process has been definitely endorsed. The train of History is on its way and we are in that train, which nothing can stop now. We only had to be very patient and determined against this monopoly which has lasted almost 500 years, by following the way of the legislative cross for 10 years.

    BOURSICA.COM: Why haven't you moved away?

    Thierry Ehrmann:
    Because the cost of going would have been greater, not to mention other incidences such as communicating in a foreign language, a new stock market, physical moving of all the system, the staff, etc.

    BOURSICA.COM: What have you got to say about the ISF (tax on fortune)?

    Thierry Ehrmann:
    That's a very serious subject. It's the UMP parliamentary block that has made this proposal. Their analysis is to set up an ISF that targets only indisputable latent capital gains. I don't necessarily agree with it, I do not believe that it is the right solution but parliamentarians have understood that Artprice enables them to say to collectors that there is an exact gain for the works of art they own. On the other hand, clearly this will be good for the Artprice marketplace because people can benefit from remaining anonymous, with Artprice protecting the identities of both buyer and seller. This is not possible in actual auction sales rooms. We noticed that the number of creations of virtual portfolios by our clients exploded on the day the announcement was made and during the ensuing hours, to simulate the price of their collection.

    BOURSICA.COM: Can we be thinking about rapid transition to the SRD Long Only?

    Thierry Ehrmann:
    Maybe in September, it's up to the Euronext scientific committee to decide, but clearly we exceed the entry criteria.

    BOURSICA.COM: Have you backtested your system for future on-line auctions?

    Thierry Ehrmann:
    Yes of course we have. We have carried out beta tests abroad and everything is operational. Auction Houses are already linked up to our Intranet for catalogues. For the marketplace I think there will be 80% Auction Houses and professionals and 20% collectors and individuals. As soon as the law is passed our best clients will be the Auctioneers. They say themselves "we can only do it with Artprice". They let the Internet train pass them by at the end of the 90's and then again in 2005 and now it's too late and too expensive. The show has already sold out.

    BOURSICA.COM: How far has Artprice penetrated the Chinese market?

    Thierry Ehrmann:
    In order to succeed we have acquired lots of Chinese databases, otherwise it would have been impossible. We have had the extremely diplomatic help of the Chinese authorities; we had to have it because Chinese Auction Houses are partially controlled by the government. The cultural affairs department in China helped us to show that China was first in the world art market. We have Chinese staff in Lyon, it took us 4 years between the moment we decided to go for the Chinese market and the moment when we became operational.

    BOURSICA.COM: Did you have any difficulties in becoming world leader? You're sometimes criticised for your procedural attitude?

    Thierry Ehrmann:
    Yes, and I take 100% responsibility for it. We've had to face 126 law suits in 14 years in several countries, particularly brought by distributors of price list books which we had bought from the publishing houses and who wanted their share on The Internet, we have also had disputes with the numerous counterfeiters of Artprice, for whom we have zero tolerance. We have won 117 of these cases, including all the main ones. Such as those against the 5 French Auction Houses, some of which are with Drouot actually, they all refrained from going to the Appeal Court, except Camard whom we are prosecuting. The cases we lost were against third parties who had no impact on the life of the company, its accounts or its objectives. Christie's World is one of our greatest victories.

    BOURSICA.COM: Can we hope for a dividend in the near future?

    Thierry Ehrmann:
    Yes, I think in 2013/2014 according to our forecasts. Before that I think we will have enriched our shareholders quite considerably through the share price. First we will increase equity in order to finance the servers and other very expensive equipment we require to enable us to develop worldwide with maximum security. Remember that we are the only ones to own our own machine rooms. We are considered as Internet pioneers in France. The Serveur Group was the first French provider and the second in Europe according to Time Magazine. The wealth created for our shareholders will be such in terms of the share price that they can't have share and dividend to begin with! Particularly since we have never increased our capital.

    BOURSICA.COM: What will be the impact of the change of status after the law on the annual turnover figure?

    Thierry Ehrmann:
    It will absolutely explode! Growth will be colossal.

    BOURSICA.COM: Can we consider that at €30 we are only at the beginning of the story?

    Thierry Ehrmann:
    It will be noted that the price is returning to the levels reached in 2005/2006 when we started to talk about transposing the Services Directive. €30 is only the very beginning, a simple return to the level before France began its 5-year exasperation of Europe with its pathetic attitude. If we want to think about this seriously, we can only start with a basis of €67, which was the top price reached. We have kept all the commitments included in our introductory prospectus. We are even well above the commitments made in the 1999 prospectus. €67 was the market price when the standardised market didn't exist. We therefore have the right to expect, quite logically, a start price that will be positioned above €67. "Price seen, price re-seen" is a very old stock market rule.

    BOURSICA.COM: And to end with, what is your prediction for the future of Artprice?

    Thierry Ehrmann:
    With regard to our commitments, which at the time were very ambitious on the 1999 introductory prospectus, we have met them all, well beyond the prospectus actually, coming through the 2000 NASDAQ crisis, the terrorist attacks on September 11, 2001, the 2003 war in Iraq and the big financial crisis which began in 2007 and which is far from over. With this decade, which has been the most catastrophic in the past two centuries, I know of only very few companies listed on the regulated stock market which have come out alive, without increasing their capital and which, during this same period, have acquired an undisputed world-leader position. To close this interview, I sincerely believe that we have only seen 10% of the history of Artprice

    © 2002-2011 Boursica.com tous droits réservés - Translation Source: http://www.artprice.com (c)1987-2011 thierry Ehrmann

    http://www.boursica.com/informations-communiques-bourse/interview/artprice-thierry-ehrmann-5-juin-2011.php

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back


    Paris, June 1, 2011

    Artprice : analyse de l'ISF sur les œuvres d'art et vote final de la Directive Services à l'Assemblée.
    Selon Reuters et l'AFP, "la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale a adopté ce mercredi 1er juin un amendement co-signé par plusieurs députés de la Majorité, qui élargit l'assiette de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) aux oeuvres d'art, mais la manœuvre est susceptible d'échouer". "Une vraie révolution fiscale ! Car les œuvres d'art sont exclues de l'impôt sur la fortune depuis la naissance de cette taxe il y a trente ans".

    Artprice, par la voix de son fondateur et président, thierry Ehrmann, ne peut que constater la concomitance plus que troublante de deux événements majeurs à l'Assemblée Nationale le même jour : l'ISF sur les œuvres d'art et bien évidemment l'adoption définitive de la Directive Services visant notamment la libéralisation des Ventes aux Enchères électroniques qui passe en deuxième lecture pour le vote final ce jour même, qui est pour Artprice la consécration de son combat après un très long périple législatif (voir nos précédents communiqués).

    Il est évident que le Marché de l'Art longtemps considéré comme une valeur de placement ne générant pas de plus-values rapides est depuis 30 ans exempté d'ISF. L'apparition d'un leader mondial comme Artprice qui, tant par ses banques de données sur la cote et les indices que par sa Place de Marché Normalisée démontre, que ce marché de l'Art est en croissance exponentielle dans l'ensemble des continents, qu'il est désormais parfaitement modélisable, très proche des écrans financiers, avec des performances et des tableaux de lecture dont Artprice a le monopole en sa qualité d'auteur unique avec près de 25 ans de R&D.

    A ce titre, le Marché de l'Art attire naturellement l'attention de groupes parlementaires soucieux d'aller chercher les plus-values en période de crise, avec les outils de cotes et indices économétriques d'Artprice permettant le calcul de l'assiette fiscale. Il n'y a certes pas lieu de se réjouir de voir le Marché de l'Art français (673 millions d'euros) déjà relégué au quatrième rang, laminé par la Chine qui est devenu numéro un mondial. Concernant l'Art Contemporain, la France peut se vanter d'un piètre palmarès, 2,5 % de marché avec 18 millions d'euros pour l'exercice 2010 quand Artprice, la même année, confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'Art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée. Sur ce chiffre, l'Art Contemporain pèse un minimum de 30 %.

    On ne peut que conclure que nos députés considèrent désormais qu'avec la réforme des ventes aux enchères, notamment par voie électronique, entérinée avec la Directive Services, le Marché de l'Art serait assimilable aux valeurs mobilières de placement. Faudrait-il encore que la France ne se singularise pas par des scandales de type Drouot (45% du CA français) où l'on apprend pratiquement chaque semaine, la mise en examen de nouveaux commissaires-priseurs.

    Il est regrettable que ce nouvel impôt valide la maturité extraordinaire du Marché de l'Art sans prendre en compte la spécificité française. Le Marché de l'Art est effectivement passé dans le monde de 500 000 collectionneurs de l'après-guerre à désormais plus de 300 millions d'amateurs, collectionneurs et professionnels dont le terrain de chasse de prédilection est désormais l'Internet avec la dématérialisation notamment par la Place de Marché Normalisée d'Artprice qui fait l'objet de protection au titre de la propriété intellectuelle.

    Selon thierry Ehrmann, cette mesure contestable sur l'ISF mériterait une pédagogie et surtout un véritable accompagnement des pouvoirs publics à la jeune création française pour faire de la France à nouveau une place de marché de l'Art compétitive. De même, il serait nécessaire que les parlementaires comprennent que l'âge moyen des collectionneurs en France est passé en moins de 20 ans de 55 ans à 35 ans ; et que la construction de leur patrimoine n'obéit plus à un mode pyramidal où la collection d'art était l'aboutissement d'une réussite sociale mais est désormais un art de vivre où leurs collections précèdent les acquisitions de l'ancienne génération.

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back


    Paris, May 11, 2011

    Artprice T1 2011 : Croissance du C.A., Aboutissement de la Directive Services, passage à l'Assemblée Nationale.

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    1T 2011

    1T 2010

    Variation en %

    Internet 1 410 1 342 +5
    Indices et autres prestations 107 105 +2
    Edition 2 1 +100
    Total 1er Trimestre 1 519 1 448 +5

    Le chiffre d'affaires du T1 2011 progresse de 5 % par rapport au T1 2010 alors que la Place de Marché Normalisée d'Artprice est devenue entièrement gratuite depuis septembre 2010. Pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art et de nouveaux membres n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'a pas impacté le résultat 2010 ni celui de 2011.

    Selon thierry Ehrmann, Fondateur et Président d'Artprice, cette stratégie de gratuité intégrale mise en place fin 2010 uniquement pour sa Place de Marché Normalisée était nécessaire à Artprice pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères d'Art, par voie électronique.

    Désormais confortée par près de 7 ans de croissance exponentielle de l'offre (l'évolution par année est rappelée plus loin*). En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée.

    L'histoire de la dématérialisation du Marché de l'art est en train de s'écrire avec la plume du législateur sous la dictée de la Directive Européenne selon les propos des historiens, sociologues et des professionnels du Marché de l'Art

    Il faut préciser que seul Artprice, détient et protège, au titre de la propriété intellectuelle, le process unique au monde de dématérialisation du Marché de l'Art pour rejoindre la Place de Marché Normalisée et s'affranchir véritablement de l'ancien système des "salles des ventes physiques" que l'on peut aisément comparer avec les corbeilles des bourses et l'arrivée des ECN (Electronic Communication Network) qui ont littéralement laminé les corbeilles de l'ensemble des places boursières mondiales, en effondrant les coûts d'intermédiation.

    Artprice est prêt, dès la promulgation de la loi, à répondre à la demande de plus de 3 600 Maisons de ventes et près de 7 400 experts partenaires qui ont déjà manifesté de manière concrète le besoin impératif de rejoindre la Place de Marché Normalisée d'Artprice pour maintenir leurs rangs dans le Marché de l'Art mondial et passer le cap vital de la dématérialisation des ventes aux enchères d'Art où Internet, et plus généralement, la révolution du numérique, ont littéralement broyé l'économie des salles des ventes physiques. Les Maisons de Vente s'affranchiront ainsi des coûts devenus inutiles liés aux salles des ventes physiques, leur permettant d'économiser sur leurs coûts immobiliers.

    Ces salles de ventes physiques qui, de surcroît entraînent des frais démesurés vendeurs/acheteurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %) sont totalement dépassées vis à vis de leurs clients qui sont désormais mondiaux et réfractaire aux fuseaux horaires et déplacements. Il y a plus de 30 ans, qu'une œuvre d'Art ne s'achète qu'a la condition unique de posséder l'ensemble des certificats, attestations, documentations et catalogues raisonnés prouvant sa parfaite traçabilité et donc son authenticité incontestable. Ce que trouvent acheteurs et vendeurs sur la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

    Les banques de données d'Artprice ont depuis 1987 fait autorité sur ces sujets et à ce titre ont fait d'Artprice dans un premier temps (1987/2004) le leader mondial de l'information normalisée sur le Marché de l'Art avant d'aborder la dématérialisation qui passait forcément par la normalisation que constituent les 18 banques de données d'Artprice avec des acquisitions dans le monde entier de Sociétés d'éditions ou de fonds éditoriaux d'Art de 1700 à nos jours.

    L'ensemble des process industriels d'Artprice formant ses banques de données est déposé et protégé, entre autres, par l'A.P.P. (Agence de Protection des Programmes). Ces process industriels normalisent le Marché de l'Art (ID Artiste, ID oeuvre, ID catalogue raisonné, ID bibliographie, ID estimation/économétrie...) avec plus de 180 millions de données et indices propriétaires.

    Ce savoir-faire unique au monde est parfaitement expliqué dans la vidéo en 5 langues qui décrit Artprice : http://web.Artprice.com/video/

    Aboutissement de la Directive Services, passage en deuxième lecture à l'Assemblée Nationale.

    Comme annoncé en tête de communiqué, la proposition de loi de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, notamment par voie électronique, qui avait fait l'objet d'une deuxième lecture en séance publique par le Sénat le 26 avril 2011 lequel l'a adoptée de manière définitive sous le n° 3378, déposée le 27 avril 2011 et renvoyé à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république avec l'examen du texte à l'Assemblée Nationale le 11 mai 2011, 10h00, pour deuxième lecture va donc être adopté définitivement avant promulgation de la loi et de son décret d'application.

    Il convient de rappeler que la France aurait dû légalement transposer cette Directive en droit interne avant le 29 décembre 2009. La Commission Européenne a estimé que le retard pris dans la transposition a engendré des coûts importants pour les entreprises européennes et que la France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission sous peine de lourdes sanctions.

    Il peut donc être considéré qu'au terme d'un long périple législatif, la France se plie enfin à l'injonction de la Commission Européenne en mettant désormais très rapidement en application cette Directive portant sur la libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, notamment par voie électronique, qui, dans sa dernière version, satisfait pleinement Artprice.

    La transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    Perpectives techniques 2011 pour Artprice

    Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice," l'activité Internet progresse notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple, et l'O.S. Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers. De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien entendu, les enchères en ligne.

    Pour l'exercice 2011, les Smartphones pourraient représenter potentiellement 45% à 50% des connexions des clients nomades d'Artprice. A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde).

    Le 13 avril 2011, Artprice, par ses départements Marketing et Informatique, a lancé un abonnement dédié spécifiquement aux Smartphones incluant les différents O.S. (Androïd de Google, Smartphone Windows phone 7, I.O.S. d'Apple pour l'Iphone et l'Ipad).

    Les clients d'Artprice peuvent avoir les dépêches de son agence de presse ArtMarketInsight spécifiquement formatées pour les Smartphones. De même, un tarif préférentiel est appliqué comme le font les opérateurs télécom, pour inciter la clientèle d'Artprice (Experts, Commissaires-Priseurs en inventaire, Auctioneers, Galeristes, Amateurs et Collectionneurs d'Art sur le lieu de vente, Marchands d'Art, Courtiers, Artdealers, Assureurs en expertise et/ou sinistre, Douanes et Services Judiciaires internationaux,…) à découvrir par abonnement payant que la puissance de ses banques de données ont un impact économique extrêmement pertinent lorsque le client possède l'information Artprice dans le feu de l'action, à savoir, salle des ventes, achat-vente en Galerie, expert en mission d'inventaire chez le client ….

    Selon Thierry EHRMANN, très peu d'applicatifs d'information dans le monde ont réellement besoin d'une information en temps réel d'où la mise en place de campagnes marketing très agressives sur ce produit.

    Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres pour 2010 de My Art Collection by Artprice (service gratuit), le portefeuille d'oeuvres d'Art associé à l'ensemble des services d'Artprice accessible aussi avec une application Smartphone.

    Perpectives d'avenir pour Artprice - Note de synthèse à l'attention des lecteurs ne connaissant pas encore Artprice pour comprendre l'historique de cette dernière et son évolution actuelle 1999/2011

    Du fait de la crise économique et financière mondiale qui a changé, en une décennie, la géopolitique du Marché de l'Art mondial, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde, et principalement asiatiques, se rapprochent d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    Il est vrai qu'en une décennie, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 2,5 milliards d'internautes devenus consommateurs de biens et de services, mais il faut surtout prendre en compte l'arrivée plus récente des "Silver surfeur" que sont les plus de 50 ans à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'œuvres d'Art dans le monde.

    Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde. Ce fichier clients (conservation des logs de comportements clients en accord avec les différentes directives) est, dans le Marché de l'Art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'Art en Europe au début du XIXème siècle. A l'heure d'Internet, plus que jamais l'optimisation du fichier client "Fine Art" d'Artprice est implacable dans le rapprochement de l'offre et de la demande.

    Ceci explique le fait que l'écrasante majorité des 3600 Maisons de Ventes dans le monde, qui ont compris l'apport précieux voire vital dont pouvait leur faire bénéficier Artprice, sont partenaires et clientes d'Artprice ce qui rend pathétiques les attaques des 5 Maisons de Ventes dont l'entente illicite, contre laquelle Artprice a déposé une plainte devant l'Autorité de la Concurrence, a pour but d'anéantir un important concurrent, notamment avec l'entrée en vigueur de la Directive Services en droit interne (cf. Rapport Annuel 2010 - 139 pages).
    Face aux tensions du Marché de l'Art, Artprice confirme la tendance, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'œuvres mises en vente sur sa Place de Marché Normalisée désormais entièrement gratuite avec une accélération des achats-ventes.

    L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'Art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande grâce à la normalisation imposée par Artprice.

    L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs passe irrémédiablement par la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

    *Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le Marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros.

    En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'Art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'Art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat 2010 ni 2011.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux Directives Européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe notamment par voie électronique .

    Artprice qui est souvent questionnée sur la position française face à l'adoption de la Directive Services visant, entre autres, l'ouverture aux enchères électroniques par de nouveaux opérateurs, rappelle que, pour analyser la position de la France, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est pour le Marché de l'Art ce que l'A.M.F. est pour le Marché financier) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la Directive Services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel Article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.).

    Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice.

    Dans son dernier rapport annuel du Marché de l'Art (Avril 2011) Artprice souligne avec regret que la France avec sa perte de compétitivité constante, d'année en année fait d'elle la grande perdante de cette décennie alors qu'au même moment la Chine prend le leadership mondial devant les USA.

    Cet effondrement de la France s'appuie, entre autres, sur l'échec de la première réforme de 2000, le retard pris dans la réforme des ventes publiques exigée par la Directive Européenne pour le 28/12/2009 et le scandale Drouot qui démarre en 2009 (association de malfaiteurs, vol en bande organisée et recel) dont la saga judiciaire ne cesse de rejaillir avec la semaine dernière encore, de nouvelle mise en examen. Selon des sources proches de l'enquête, d'autres mises en examen de Commissaires-Priseurs liés à Drouot et connus de la place de Paris pourraient intervenir dans les jours et semaines à venir (source Journal des Arts / Artclair).

    Le Conseil des Ventes Volontaires "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur. De même, le C.V.V. note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes et 7400 experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    On peut logiquement considérer que la crise, puis la reprise accompagnée d'une violente et rapide correction du Marché de l'Art avec l'irruption de la Chine au premier rang en 2010 des ventes aux enchères de Fine Art devant le Royaume-Uni et les USA est une opportunité de forte croissance pour Artprice (dont l'intégralité des services, produits et 27 millions de pages de données sont en chinois) dans un Marché de plus en plus dématérialisé et mondial.

    En effet, l'économie du Marché de l'Art, comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui permettant de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants avec bien sur, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices en temps réel.

    La Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses banques de données (protégée au titre de la propriété intellectuelle) répondent exactement à ces cinq points.

    Début 2011, plus de 81% des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur notre Intranet Sécurisé. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du Marché de l'Art qu'Artprice connecte progressivement à sa Place de Marché Normalisée.

    Afin d'accroître le niveau de sécurité et de confiance dans l'économie numérique, Artprice s'est rapprochée en 2011 avec Interpol Monde où sur l'ensemble des pages clés des banques de données d'Artprice et principalement sur la place de Marché, figure de manière permanente le logo Interpol et le lien hypertexte vers INTERPOL's Stolen Works of Art database permettant à la clientèle d'Artprice de vérifier si l'œuvre présentée fait l'objet d'une poursuite judiciaire.

    A contrario de services de ventes aux enchères grand public et notoirement connus, Artprice impose à sa clientèle une présence judiciaire permanente donnant ainsi la confiance nécessaire au bon développement de sa Place de Marché Normalisée.

    De même, son alliance depuis 5 ans avec près de 70 polices judiciaires de différentes nationalités, a permis à Artprice d'établir un niveau de confiance rarement égalé sur l'Internet, renforcé par la collaboration constante avec les Artistes, les Ayants droits et les Experts.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art en 2011, face à l'incertitude, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du Marché de l'Art en temps réel), l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le Marché de l'Art et la presse économique, il constate et confirme une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du Marché de l'Art depuis fin 2009. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du Marché de l'Art mais aussi en Europe et bien sur en Asie.

    De même, la remontée des prix des œuvres d'Art (Artprice Global Index) sur l'ensemble des continents montre que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche.

    Les résultats spectaculaires en novembre 2010, notamment de Sotheby's, Leader mondial des ventes aux enchères et société cotée à la Bourse de New York, attestent les chiffres et prévisions d'Artprice. Pour information, la variation du cours de Sotheby's (code BID) au NYSE est de plus de 55% (9 mai 2011).

    De même au cours des 30 derniers jours (avril/mai2011) il s'est traité à Eurolist Paris sur le titre Artprice 8,5 millions de titres (soit plus de 2 fois l'intégralité de son flottant) avec un volume d'environ 180 millions d'Euros avec une progression depuis le 1 janvier 2011 de 210% (11 mai 2011).

    Cette confiance se retrouve aux USA. Au même titre que l'or, le Marché de l'Art, a toujours été, historiquement, une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale continue d'affronter de manière sporadique en 2011/2012.

    Enfin, Artprice invite ses nouveaux et futurs actionnaires qui désirent connaître l'historique de la Société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son rapport financier annuel et, notamment, au niveau des paragraphes 2.1 « Activité et événements importants survenus au cours de l'exercice » et 2.2: - « Evénements importants intervenus depuis la date de clôture, le 31 décembre 2010, et perspectives d'avenir » du rapport du Conseil d'Administration .

    Artprice avec plus de 10 ans de communication réglementée à l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, ActusNewsWire (www.actusnews.com).

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, April 29, 2011

    Artprice Rapport Financier Annuel 2010 : Croissance du C.A., Résultat bénéficiaire, Adoption de la Directive Services par le Sénat.
    Au 31/12/2010, Artprice dégage un résultat bénéficiaire de 174 KE en compte sociaux et un résultat net consolidé groupe de 153 KE. Il faut souligner la performance d'Artprice d'avoir maintenu un résultat positif et enregistré un chiffre d'affaires annuel de 5 220 KE en 2010, soit une croissance de 10.2 % par rapport au chiffre d'affaires de 2009, alors que la société est passée, en cours d'année 2010, d'un modèle semi payant à un modèle 100% gratuit pour sa Place de Marché Normalisée, permettant ainsi d'absorber plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes d'art de gré à gré sans la moindre perte d'exploitation.

    De même, tous les investissements relatifs à la Directive Européenne sur les services (libéralisation des ventes aux enchères par voie électronique) ont été comptabilisés en poste de charge sur l'exercice 2010.

    Selon thierry Ehrmann, Fondateur et Président d'Artprice, cette stratégie désormais confortée par près de 7 ans de croissance exponentielle de l'offre était nécessaire à Artprice pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères d'art, par voie électronique, par sa Place de Marché Normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle.

    Les capitaux propres, en comptes consolidés, s'améliorent à 13 064 KE, en 2010, contre 12 886 KE, en 2009. Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation en période d'instabilité économique mondiale et notamment sur le marché de l'Art. Artprice, en 14 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne inférieure à 40 personnes pour un groupe où l'intégralité des charges, incluant Artprice Images® demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de C.A.

    Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro et dispose d'une trésorerie conséquente. Le chiffre d'affaires annuel (comptes sociaux) s'est élevé à 5 220 KE, en 2010, contre 4 737 KE pour l'exercice précédent. Pour information, Artprice n'a jamais fait l'objet d'augmentation de capital à l'exception des opérations de levées d'options réservées à ses salariés. Ceci résulte d'une volonté affichée du Conseil d'Administration d'Artprice que de ne pas diluer ses actionnaires et affaiblir le cours de l'action.

    Le Rapport Financier Annuel 2010, incluant les honoraires des CAC et le rapport du Président sur le contrôle interne est disponible aux adresses suivantes :

    http://serveur.serveur.com/Press_Release/2011_communication_financiere.html

    http://www.actusnews.com/

    Comme annoncé en tête de communiqué, la proposition de loi de libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, notamment par voie électronique, a fait l'objet d'une deuxième lecture en séance publique par le Sénat le 26 avril 2011 lequel l'a adoptée.

    Elle est désormais renvoyée, en deuxième lecture, devant l'Assemblée Nationale pour l'adoption définitive avant promulgation de la loi et de son décret d'application. Artprice rappelle que ce processus, qui touche à sa fin et dont le texte final correspond en tout point aux objectifs et recommandations d'Artprice auquel elle a amené régulièrement son concours dans le cadre de commissions, est l'aboutissement d'un long calendrier législatif.

    En effet, cette Directive Services, portant notamment sur les ventes aux enchères électroniques, a fait l'objet d'une première lecture au Sénat le 12 janvier 2008 puis, après différents travaux de commission en 2009, d'une première séance publique au Sénat le 28 octobre 2009. Elle a, ensuite, été transmise à l'Assemblée Nationale pour première lecture le 29 octobre 2009. Après le dépôt du rapport et texte de commissions le 8 décembre 2010, l'Assemblée Nationale a adopté le texte, tel que modifié le 25 janvier 2011. Le texte a ensuite été transmis en deuxième lecture au Sénat le 26 janvier 2011 puis à fait l'objet d'amendements en vue de l'élaboration du texte de la Commission, de comptes rendus de la Commission des lois, d'un rapport (n°430) déposé le 13 avril 2011 et d'un texte de la Commission (n°431) du même jour.

    Le texte modifié a été présenté en séance publique au Sénat le 26 avril 2011 lequel l'a définitivement adopté.

    Il convient de rappeler que la France aurait dû légalement transposer cette Directive en droit interne avant le 29 décembre 2009. La Commission Européenne a estimé que le retard pris dans la transposition a engendré des coûts importants pour les entreprises européennes et que la France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission sous peine de lourdes sanctions.

    Il peut donc être considéré qu'au terme d'un long périple législatif, la France se plie à l'injonction de la Commission Européenne en mettant désormais très rapidement en application cette Directive portant sur la libéralisation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, notamment par voie électronique, qui, dans sa dernière version, satisfait pleinement Artprice.

    Perpectives d'avenir pour Artprice :

    On peut logiquement considérer que la crise, puis la reprise accompagnée d'une violente et rapide correction du marché de l'art avec l'irruption de la Chine au premier rang en 2010 des ventes aux enchères de Fine Art devant le Royaume-Uni et les USA est une opportunité de forte croissance pour Artprice (dont l'intégralité des services, produits et 27 millions de pages de données sont en chinois) dans un marché de plus en plus dématérialisé et mondial.

    En effet, l'économie du marché de l'art, comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui permettant de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants avec bien sur, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices. La Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses banques de données (protégée au titre de la propriété intellectuelle) répondent exactement à ces cinq points.

    Début 2011, plus de 81% des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur notre Intranet Sécurisé. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa Place de Marché Normalisée.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale qui a changé, en une décennie, la géopolitique du marché de l'art mondial, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde, et principalement asiatique, se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

    Il est vrai qu'en une décennie, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 2,5 milliards d'internautes devenus consommateurs de biens et de services, mais il faut surtout prendre en compte l'arrivée plus récente des "Silver surfeur" que sont les plus de 50 ans à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'œuvres d'art dans le monde.

    Afin d'accroître le niveau de sécurité et de confiance dans l'économie numérique, Artprice s'est rapprochée en 2011 d'Interpol Monde où sur l'ensemble des pages clés des banques de données d'Artprice et principalement sur la place de marché, figurent de manière permanente le logo Interpol et le lien hypertexte vers INTERPOL's Stolen Works of Art database permettant à la clientèle d'Artprice de vérifier si l'œuvre présentée fait l'objet d'une poursuite judiciaire. A contrario de services de ventes aux enchères grand public et notoirement connus, Artprice impose à sa clientèle une présence judiciaire permanente donnant ainsi la confiance nécessaire au bon développement de sa Place de Marché Normalisée. De même, son alliance depuis 5 ans avec près de 70 polices judiciaires de différentes nationalités, a permis à Artprice d'établir un niveau de confiance rarement égalé sur l'Internet, renforcé par la collaboration constante avec les artistes, les ayants droits et les experts.

    Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier clients (conservation des logs de comportements clients en accord avec les différentes directives) est, dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle. Ceci explique le fait que l'écrasante majorité des 3600 Maisons de Ventes dans le monde, qui ont compris l'apport précieux dont pouvait leur faire bénéficier Artprice, sont partenaires et clientes d'Artprice et les attaques pathétiques des 5 Maisons de Ventes dont l'entente illicite, contre laquelle Artprice a déposé une plainte devant l'Autorité de la Concurrence, a pour but d'anéantir un important concurrent, notamment avec l'entrée en vigueur de la Directive Services en droit interne.

    Face aux tensions du marché de l'art, Artprice confirme la tendance, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'œuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée désormais entièrement gratuite avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande grâce à la normalisation imposée par Artprice. L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs passe irrémédiablement par la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

    Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros. En 2010, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat 2010.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux Directives Européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe notamment par voie électronique .

    Artprice qui est souvent questionnée sur la position française face à l'adoption de la Directive Services visant, entre autres, l'ouverture aux enchères électroniques par de nouveaux opérateurs, rappelle que, pour analyser la position de la France, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est pour le marché de l'art ce que l'A.M.F. est pour le marché financier) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la Directive Services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.).

    Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice. Dans son dernier rapport annuel du marché de l'Art (Avril 2011) Artprice souligne avec regret que la France avec sa perte de compétitivité constante, d'année en année fait d'elle la grande perdante de cette décennie, notamment par l'échec de la première réforme de 2000, le retard pris dans la réforme des ventes publiques exigée par la Directive Européenne pour le 28/12/2009 et le scandale Drouot dont la saga judiciaire ne cesse de rejaillir.

    Le C.V.V. "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur. De même, le C.V.V. note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes et 7400 experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Ce courant historique qui décrit la mutation sans précédent du marché de l'art, se retrouve dans le documentaire d'Artprice, http://web.artprice.com/video existant en version française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne, qui démontre la dématérialisation du marché de l'Art par la Place de Marché Normalisée d'Artprice (1987/2011). La version DVD est désormais distribuée dans les principales foires d'Art dans le monde.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art en 2011, face à l'incertitude, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel), l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art depuis fin 2009. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art mais aussi en Europe et bien sur en Asie.

    De même, la remontée des prix des œuvres d'art (Artprice Global Index) sur l'ensemble des continents montre que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche.
    Les résultats spectaculaires en novembre 2010, notamment de Sotheby's Leader mondial des ventes aux enchères et société cotée à la Bourse de New York, attestent les chiffres et prévisions d'Artprice.

    Cette confiance se retrouve aux USA. Au même titre que l'or, le marché de l'Art, a toujours été, historiquement, une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale continue d'affronter de manière sporadique en 2011/2012.

    Enfin Artprice invite ses nouveaux actionnaires qui désirent connaître l'historique de la Société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son rapport financier annuel et, notamment, au niveau des paragraphes 2.1 « Activité et événements importants survenus au cours de l'exercice » et 2.2: - « Evénements importants intervenus depuis la date de clôture, le 31 décembre 2010, et perspectives d'avenir » du rapport du Conseil d'Administration .

    Artprice avec plus de 10 ans de communication réglementée, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des marchés financiers, mais aussi aux néophytes du marché de l'art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site et sur celui de son diffuseur, homologué par l'AMF, ActusNewsWire (www.actusnews.com).

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, April 5, 2011

    Artprice: the 2010 art market annual report – China winner of the past decade
    During the past decade, two strong trends have emerged: firstly, as per the words of Thierry Ehrmann, the Ceo and founder of Artprice, the world leader in art market information, "we have seen a veritable revolution in the geopolitics of the global art market… Over the last 10 years, China jumped from ninth place to first place in 2010, becoming the world's largest auction marketplace for Fine Art and overtaking the United States and the UK, the grand masters of the market since the 1950s." France, constantly loosing competitiveness year after year, comes out the big looser of the past decade, as shown by delay in implementing the auction reform required for 28 Dec. 2009 by the European Directive, and by the Drouot scandal, which is an ongoing judicial saga.

    The second strong trend in the year 2010 is the unanimous statement by art market players that an unprecedented mutation has affected the commerce of art. The market's very structure has changed, with the evolution of Internet and its 2 billion and a half users who have triggered the dramatic acceleration of online art sales. The competition generated by the more than 260 art fairs organised each year around the world and the importance of investors and investment funds in the market. The example they set and the media attention they received was sufficiently strong to make investment in art a new socio-cultural phenomenon. The assimilation of art to a financial asset by a minority of investors clearly gave birth to a new model: that of an "art exchange". China seems to have been a pioneer in this field as the Chinese government launched in 2009 the Shenzen Cultural Assets and Equity Exchange (SZCAEE).

    The year 2010 was rich in events: after the strong price inflation between 2004 and 2008 and the severe market contraction from October 2008 to the summer of 2009, a rapid recovery followed, taking the market to unprecedented highs. In short… the decade saw a very substantial acceleration of the market and a considerable shift of its polarity towards Asia.
    After the previous art market meltdown in 1991, it took 4 years of patience before prices began to recover. This time round it took only 18 months.

    In 2008, after the collapse of Lehman Brothers, China became the motor of global economic recovery. At the same time, the Chinese government showed the importance it attributes to art and culture at events such as the Olympic Games in 2008, the World Expo in Shanghai in 2010 and with the groundwork performed by the Ministry of Culture and Finance to make museums free in China. The pride of Chinese culture has also been clearly expressed by its valuation on world markets. Chinese collectors are regarded as role models, working for the good of the nation. Indeed, on the back of the sponsorship and investment patronage of these collectors, Chinese artists have closed the price gap on Western artists incredibly quickly.

    This year, Artprice's annual art market report – based on 5.4 million auction results from 3,600 auction houses around the world and distributed to over 6,300 media organisations and international institutions every year in 7 languages – will focus particularly on China's successful conquest of the global art market. Our 2010 Art Market Trends contain macro- and micro-economic analyses providing the keys to understanding the annual evolution of the global auction market. It discusses the major trends in the market, analysed throughout the year on the ArtMarketInsight page of our website, by the Artprice press agency and by our Econometrics Department. To complement this objective appreciation of the art market based on a year of global auction results, Artprice also offers numerous original rankings such as the Top 500 artists by auction revenue and the Top 100 auction results of the year.

    Download the entire document in PDF format (free of charge)
    http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2010_en.pdf

    Content

    Editorial
    Roller coaster
    Post-War and Contemporary Art in the global market
    2010: Renewed competition
    A mixed return for Contemporary signatures: the "successes" of Hirst, Murakami and Koons
    China: the new global leader
    New York vs Beijing
    Catching up on Old Masters and imposing their Contemporary artists
    France's place in the art world
    Art Market Confidence Index – 2010, a positive year
    Twitter: 2010 in 140 characters
    Top 10 Artists
    Top 100 auction performances in 2010
    Top 500 artists by auction revenue in 2010

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, March 19, 2011


    Shock wave through the art market…
    China now ranks first, ahead of the USA and the UK
    According to Thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice, world leader in art market information, “this unprecedented news represents a turning point in the history of the global art market: China is now the number 1 in terms of Fine art auction revenue”. It took just three years for China to jump from third place (previously occupied by France) in 2007 to first place in 2010, ahead of the UK and the USA, the grand masters of the market since the 1950s.

    To reverse the polarity of the global art market from West to East, China has done without artifices such as hypothetical figures from art galleries ( an opaque market compared to public auctions) or even that of furniture or traditional Chinese art objects (the prices of which are shooting up worldwide). Since the 1950s, the reference ranking for the art market has been that of Fine Art at Public Auctions.

    In 2010, China accounted for 33% of global Fine Art sales (paintings, installations, sculptures, drawings, photography, prints), versus 30% in the USA, 19 %in the UK and 5% in France *.

    Moreover, there were 4 Chinese artists in the Top-10 ranking of global artists by auction revenue for 2010 (vs. 1 in 2009), the lowest of whom generated $112 million dollars during the year. Qi Baishi was in 2nd place ahead Andy Warhol and ahead of his compatriot Zhang Daqian; Xu Beihong took 6th place with a total of $176m and Fu Baoshi was 9th. The younger generation of Chinese artists is now imposing itself even more forcefully that their older counterparts: More than half of the 2010 global Top 10 of Contemporary artists are Chinese (Zeng Fanzhi, Chen Yifei, Wang Yidong, Zhang Xiaogang, Liu Xiaodong and Liu Ye) compared with just three Americans (Basquiat, Koons, and Prince)*.

    The heart of the market now beats in Beijing, Hong Kong and Shanghai, the new driving hubs of the global art market. In 2010 Sotheby's Hong Kong revenue amounted for 2%. At the same time, Christie's 2010 Hong Kong total was 2,5% and China’s big 4 annual revenues were: Poly International (7,4%), China Guardian (5,32%), Beijing Council (2,07%), Hanhai Art Auction in Beijing (2,74%)*.

    Not only has China’s economic strength (second global power in 2010) boosted its art market and projected its culture around the world, but China’s art sector has benefited from the support of its government and of Chinese collectors who are as patriotic as they are prompt to invest. China has understood the Power of Art in the history of nations. In addition, the number of auction records for Chinese artworks is bound to increase as the number of Chinese billionaires rises by 20% per year through 2014 vs. 5.6% p.a. for the rest of the planet.

    * Extracts from Artprice art market report 2010, freely downloadable starting 5th April 2011 at www.artprice.com in English, French, Chinese, German, Spanish, Italian

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, February 9, 2011

    Artprice : T4, confirmation d'une croissance à deux chiffres pour 2010, perspectives 2011


    Chiffre d'affaires en K€

    2 010

    2 009

    Variation en %

    Internet

    4 939

    4 342

    +14

    Indices et autres prestations

    446

    496

    -10

    Edition

    8

    15

    -53

    Total C.A. Annuel

    5 393

    4 853

    +11


    Chiffre d'affaires en K€

    4T2010

    4T2009

    Variation en %

    Internet

    1 448

    1 453

    0

    Indices et autres prestations

    199

    240

    -17

    Edition

    2

    4

    -75

    Total C.A. Trimestriel

    1 649

    1 697

    -3

    Artprice : confirmation d'une croissance à deux chiffres pour 2010, perspectives 2011

    Le chiffre d'affaires du T4 est similaire à celui de 2009, pour rappel, un facteur principal et très provisoire explique ce chiffre pour le T4 2010.

    En effet, Artprice depuis le 15 septembre 2010, vient de passer d'un modèle semi payant à un modèle 100% gratuit pour sa Place de Marché Normalisée permettant ainsi d'absorber plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré. La progression du nombre d'oeuvres constatée entre le 15 septembre et le 30 janvier 2011 est de + 92%. Pour information, le C.A. T4 2010 Internet est supérieur au C.A.T4 Internet de la même période en 2009 à périmètre égal (hors Place de Marché Normalisé).

    Antérieurement, la gratuité n'était accordée que pour les membres actifs des 90 derniers jours, elle est désormais ouverte à 100% des visiteurs d'Artprice qui s'inscrivent gratuitement en déclinant leur identité complète, à l'exception des Artprice Stores (services payants) pour les professionnels de l'art qui comportent des outils de supervision et d'aide à la décision pour gérer des milliers d'oeuvres et notamment les transactions.

    De même, la politique marketing très agressive en 2010 sur le prix des abonnements a permis à Artprice de constater la prise de parts de marché très conséquente sur son outsider Allemand. Le but final pour Artprice étant de posséder le fichier clients le plus qualifié pour sa Place de Marché Normalisée.

    L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande. L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs et l'absence d'intermédiaires passe irrémédiablement par la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

    Le chiffre d'affaires de l'année 2010 progresse de 11% par rapport au CA 2009 et confirme ainsi les prévisions d'Artprice sur le retour d'une croissance à 2 chiffres pour 2010. Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice," l'activité Internet progresse notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple, et l'O.S. Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers ".

    De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien sûr, les enchères en ligne et aussi, à la demande des membres d'Artprice, la mise en place d'un réseau social vertical dédié exclusivement aux acteurs du Marché de l'Art, intégré au cœur d'Artprice, et préservant les intervenants sur leurs données personnelles.

    Pour l'exercice 2011, les Smartphones vont représenter potentiellement 45% des connexions des clients nomades d'Artprice (Experts, Commissaires-Priseurs en inventaire, Auctioneers, Galeristes, Amateurs et Collectionneurs d'art sur le lieu de vente, Marchands d'art, Courtiers, Art dealers, Assureurs en expertise et/ou sinistre, Douanes et Services Judiciaires internationaux, ...)

    A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe (prévisions de vente de Smartphone/Tablettes pour 2011: 425 millions - Source : Deloitte). Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (Source : Le Monde). L'Ipad 2 et ses concurrents possédant un capteur photo/vidéo permettront à Artprice de vendre des produits et services sans équivalent dans le monde de l'Art et protégés au titre de la propriété intellectuelle : reconnaissance de signatures et monogrammes, Artpricing en temps réel.

    Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres pour 2010 de My Art Collection by Artprice (service gratuit), le portefeuille d'oeuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.

    Renforcement des relations contractuelles avec les 3600 Maisons de Ventes internationales.

    En janvier 2011, plus de 81 % des catalogues PDF et/ou données des 3600 Maisons de Ventes mondiales, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur l'Intranet Sécurisé d'Artprice. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les Experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte de manière exponentielle à sa Place de Marché Normalisée (PMN) protégée au titre de la propriété intellectuelle (droit sui generis et droit d'auteur).

    Le droit de reproduction des œuvres étant assuré par le contrat spécifique conclu avec l'ADAGP, société la plus représentative au monde, qui perçoit et répartit les droits d'auteurs dans plus de 43 pays. Cet accord très précurseur (2007) dans l'économie numérique est régulièrement pris en exemple par les différents Ministères de la Culture en Europe et notamment en France.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi-totalité des Maisons de ventes et Experts dans le monde se rapprochent d'Artprice qui travaille avec eux en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser leurs catalogues de ventes formatés par les données normalisées d'Artprice et dès l'adoption de la Directive Services, les enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres.

    Ce qui explique la présence des données d'Artprice dans la majorité des catalogues de ventes, papier et Internet, des Auctioneers et Maisons de Ventes où désormais, chaque artiste et chaque œuvre possède un identifiant unique en provenance des banques de données Artprice. Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde, très loin des Majors. Ses bases de données comportementales clients constituent pour le marché de l'art, les bases de la réussite des ventes aux enchères cataloguées depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIXe siècle.

    Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art depuis 7 ans, notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2009, l'offre était de 5,85 milliards d'euros d'oeuvres d'art.

    Pour l'année 2010, Arprice valide, avec, depuis le 15 septembre 2010, son modèle 100% gratuit, une croissance relevée à une fourchette de 21 à 23% de sa Place de Marché Normalisée sur l'année en offre d'œuvres d'art. Artprice confirme avoir constaté un taux de vente estimé de l'ordre du tiers environ, sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée en attente de l'application de la directive Européenne.

    Pour 2011, dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux Maisons de Ventes et Experts leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe.

    De même, le Conseil des Ventes Volontaires, qui est l’Autorité de Régulation du marché des ventes aux enchères, note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes dans le monde (incluant bien sûr, les 378 Maisons de Ventes Françaises) et les 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Bref chronologie législative de la transposition effective de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français.

    La transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données durant ces années et que l'on retrouve intégralement dans tous les textes de lois présentés au Sénat et à l'Assemblée.

    Pour mémoire, la Commission Européenne a épinglé sévèrement la France avec un avis motivé, pour le retard pris dans la transposition de la directive services pour l'enjoindre de lui signaler les mesures réglementaires qu'elle compte prendre pour transposer cette directive européenne sur les services au plus vite. C’est le deuxième coup de semonce des services du commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier. Cette directive, dont l’ancienne version était plus connue sous le nom de "Directive Bolkenstein", devait être transposée au plus tard le 27 décembre 2009, mais la France a pris un retard important et injustifié, pénalisant fortement les acteurs européens comme Artprice qui fera prévaloir ses droits.

    La Commission estime que le retard pris dans la transposition engendre des coûts importants pour les entreprises européennes. La France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission.

    Après une première lecture au Sénat (Texte n° 210 rectifié (2007-2008) de MM. Philippe MARINI et Yann GAILLARD, déposé au Sénat le 12 janvier 2008) puis le Rapport n° 533 (2008-2009) de Mme Marie-Hélène DES ESGAULX, fait au nom de la commission des lois, déposé le 8 juillet 2009, le texte n° 13 (2009-2010) a été adopté par le Sénat le 28 octobre 2009. De ce fait, le texte n° 2002 a donc été transmis à l'Assemblée nationale le 29 octobre 2009.A l'Assemblée Nationale, le Rapport n° 3019 de M. Philippe HOUILLON, député, fait au nom de la Commission des Lois, déposé le 8 décembre 2010 en première lecture, puis une deuxième lecture (Texte n° 599) modifié par l'Assemblée Nationale le 25 janvier 2011. Ce texte n° 254 (2010-2011) à été transmis au Sénat le 26 janvier 2011 pour une clôture prochaine des débats. La rapidité en ce début d'année d'adoption définitive des textes témoigne de cette prise de conscience de nos élus, des sanctions Européennes.

    Thierry Ehrmann a rappelé aux différentes autorités de tutelle que la France, en matière de Marché de l'Art, ne cessait, depuis 30 ans, de perdre régulièrement des places avec désormais la Chine durablement ancrée en sa qualité de numéro trois mondial. Chiffres à l'appui, le PDG d'Artprice a démontré, de manière incontestable, que la réforme du 10 juillet 2000 n'a pas été bénéfique pour la France, de par son manque d'ambition et son côté protectionniste. Malgré des chiffres en trompe-l'œil sur le segment "Fine Art", voire lamentablement manipulés par certains, la perte de marché pour la France ne cesse de s'accélérer dans un secteur où les pertes d'emploi se comptent désormais en milliers (source Rapport économique édité par Le Serveur Judiciaire/Artprice 2010).

    En ce début d'année 2011, la synthèse de l'année 2010 pour la France est tout simplement affligeant en perte de parts de marché et d'image de marque (cf. Drouot). Le célèbre rapport annuel d'Artprice repris chaque année par 6300 médias qui est en bouclage va hélas confirmer l'effacement durable de la France en matière de Marché de l'Art.

    Les tribunaux ont confirmé la position d'Artprice sur l'absence de droits d'auteurs sur les catalogue de ventes aux enchères dans le cadre de 5 assignations.

    En 3 ans, la société Artprice a été assignée en tout et pour tout devant le Tribunal de Grande Instance de Paris par 5 Maisons de Ventes que sont Christie’s, Artcurial, Neret-Minet, Aguttes et Camard sur des fondements similaires ou connexes tendant à faire croire principalement que le catalogue de ventes est une œuvre de l'esprit et doit être à ce titre, protégée par le droit d'auteur.

    Il est nécessaire de préciser que l'immense majorité des Maisons de Ventes Françaises et Experts (94,5%) travaillent depuis 1987 avec Artprice et considèrent ces assignations comme une pure hérésie.

    Dans ces 5 affaires, les jugements rendus, durant l’exercice 2010, par la célèbre Troisième Chambre du Tribunal de Grande instance de Paris (qui traite exclusivement, dans le cadre de ses quatre sections, des affaires de propriété intellectuelle et dont, à ce titre, les décisions font autorité en la matière), ont débouté ces Maisons de ventes de leurs demandes principales basées sur le droit d'auteur en confirmant l’absence de droit d’auteur sur leurs catalogues de vente, l’absence de reconnaissance de la qualité de base de données aux archives constituées par les catalogues de vente et l’absence de violation de marque.

    Les Tribunaux ont donc entériné la validité en PLA des process d'Artprice depuis 1987, sur le droit d'auteur. A contrario de l'absence de droit d'auteur sur les catalogues de ventes, Artprice crée bel et bien en permanence un droit d'auteur spécifique par les commentaires de ses historiens et un droit sui generis de ses bases de données.

    Concernant Christie’s, alors qu’elle demandait à ce qu’Artprice soit condamnée à plus de 63 millions d’euros, le tribunal l’a simplement condamnée à 47 K€ en raison de la renommée spécifiquement importante, à l’international, de la marque semi figurative de Christie’s et seulement sur 3 des 2 223 catalogues, sur lesquels Christie’s demandait la condamnation d’Artprice, mais uniquement parce que ces 3 catalogues comportaient de manière exceptionnelle, des notices manuscrites et explicatives particulièrement conséquentes, en sus des informations habituelles et des images serviles des œuvres mises en vente et incluses à ce titre dans ces catalogues de ventes.

    Artprice a, entre autres, déposé une plainte pénale avec constitution de partie civile contre Christie's pour manipulation de cours sur le fondement de l'article L.465-2 du code monétaire et financier et accrédite les propos d'Artprice dans le Financial Times et The Art Newspaper.

    Comme Artprice l’a toujours défendu, et comme viennent de le confirmer les différents jugements rendus dans les affaires ci-dessus mentionnées, le catalogue de vente n’est pas en lui-même une œuvre de l'esprit et donc ne crée pas de droit d’auteur.

    D’ailleurs les maisons de ventes, qui en étaient secrètement bien conscientes, ont toutes renoncé au bénéfice de la Cour d'Appel…

    Il faut préciser que c'est la célèbre Troisième Chambre du TGI de Paris (qui traite exclusivement, dans le cadre de ses quatre sections, des affaires de propriété intellectuelle et dont, à ce titre, les décisions font autorité en la matière) qui a rendu ces jugements.

    Exception faite de Camard et Briolant, affaire spécifique dans laquelle Artprice a déposée une plainte pénale avec partie civile, actuellement en cours d’instruction, pour faux et usage de faux, escroquerie et tentative d’escroquerie au jugement, et dont les demandes du photographe ont toutes été déboutées.

    Nouveaux éléments à charge communiqués début janvier 2011 dans les plaintes diligentées par Artprice contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente illicite, devant l'Autorité de la Concurrence.

    En Janvier 2011, de nouvelles pièces confondantes et incontestables mettant en cause l'entente illicite de ces 5 maisons de ventes viennent d'être cotées au B.C.P. de la plainte enregistrée à l'Autorité de la Concurrence au premier trimestre 2010.

    Artprice confirme l'instruction de sa plainte contre les 5 maisons de ventes parisiennes citées au précédent paragraphe pour entente, devant l'Autorité de la Concurrence, face aux 3 600 Maisons de ventes, clientes et partenaires d'Artprice, et aux 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet dans le monde.

    En effet, il existe, selon Artprice, des liens indiscutables, des personnes communes, des participations capitalistiques et des mandats sociaux communs, des organes de directions communs, des ventes publiques communes, des courriers, notes et déclarations internes d'organismes syndicaux comme le SYMEV, des P.V. communs sur la stratégie contre Artprice, des refus de ventes prohibés comme la Gazette de l'Hôtel Drouot (propriété des principales sociétés incriminées) malgré des mises en demeure, des stratégies similaires avec des indices sérieux et concordants pouvant établir une action de concert et/ou une entente mûrement méditée mais sévèrement réprimée par, entre autres, l'article L.420-1 du Code de Commerce.

    Ces manoeuvres ont comme intérêt commun d’entraver, par tous moyens, l’entrée d’un acteur économique, comme Artprice, sur le marché émergent des enchères en ligne avant l’entrée en vigueur, en droit français, de la Directive Européenne des enchères électroniques.

    On peut entre autres considérer avec un certain recul, que la problématique de Drouot est loin d'être terminée… A ce titre le livre très documenté "Adjugé Volé" du grand reporter Michel Deléan en dit long sur l'ampleur du dossier Drouot avec les récentes mises en examen (association de malfaiteurs, vol en bande organisée et recel - Source : Les Echos 7/02/2011) de ce début février 2011.

    Par ailleurs, différents grands titres de la presse internationale mènent des investigations poussées sur la plainte d'Artprice sur l'entente illicite, devant l'Autorité de la Concurrence visant les 5 Maisons de Vente sus nommées et enquête, par ailleurs, sur le scandale Drouot et ses déboires futurs (pour mémoire, Drouot pèse près de 45% du nombre de transactions en France selon Artprice).

    Au plan Européen et aux USA, certaines de ces Maisons de Ventes ont été très lourdement condamnées pour ces faits. Ces actions de concert tendent à limiter l'accès et le libre exercice de la concurrence, notamment par Artprice, sur le marché des ventes aux enchères publiques électroniques tel que prévu par la Directive Européenne "Services " qui aurait dû être adoptée en droit interne depuis le 27/12/2009.

    Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne, du traité de Lisbonne qui a pris effet le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra-minoritaire qui voit son monopole franco-français s'effondrer.

    Concernant le Dossier Marc Tallec / Claire Morin (affaires civiles et pénales et renvoi en correctionnelle pour Marc Tallec cf. document de référence), au 18 janvier 2011, la Cour de Cassation en Chambre Sociale, saisie par la société Artprice, casse et annule l'arrêt de la Cour d'Appel de Lyon qui avait condamné Artprice à verser à Madame Claire Morin une somme très conséquente au titre de dommages et intérêts en réparation de la perte du droit de lever des options sur titres. Madame Claire Morin doit donc restituer de suite les dites sommes indûment perçues. L'ensemble des procédures pénales et civiles de Tallec / Morin est à suivre sur :

    http://www.groupeserveur.com/FR/artprice-contre-marc-tallec.html

    Evolution du Marché de l'Art au premier semestre 2011.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'Art Market Confidence Index (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) qui est la référence mondiale dans le marché de l'art et la presse économique, il confirme en janvier 2011, une hausse régulière de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art.

    A l'invitation des dirigeants de la foire d'art contemporain de Singapour "Art Stage" Artprice par ses banques de données, notamment en Chinois, a pu constater sur place le dynamisme et la prise de relais incontestable du marché de l'Art par l'Asie et principalement la Chine.

    De même, la remontée des prix des œuvres d'art (Artprice Global Index) sur l'ensemble des continents montre que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche. (www.artmarket.com)
    Les résultats spectaculaires au dernier trimestre 2010 notamment de Sotheby's, leader mondial des ventes aux enchères, cotée à la Bourse de New York attestent les chiffres et prévisions d'Artprice.

    Cette confiance se retrouve aux USA, qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art, mais, aussi, en Europe et surtout en Asie. Au même titre que l'Or, le marché de l'Art, historiquement, a toujours été une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale va continuer d'affronter de manière sporadique en 2011.

     

    Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, November 9, 2010

    Artprice : CA T3 croissance à deux chiffres - Directive Européenne des enchères électroniques

    CA consolidé troisième trimestre 2010

    Chiffre d'affaires en K€

    3T10

    3T09

    Variation en %

    Internet

    1231

    1 138

    +8

    Indices et autres prestations

    65

    42

    +55

    Edition

    2

    4

    -50

    Total 3ème Trimestre

    1298

    1 184

    +10%

    Artprice : confirmation d'une croissance à deux chiffres pour 2010, perspectives 2010/2011

    Le chiffre d'affaires du T3 2010 progresse de 10% sur le T3 2009 et confirme ainsi les prévisions d'Artprice sur le retour d'une croissance à 2 chiffres pour 2010 (hors Place de Marché Normalisée). Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice," l'activité Internet progresse notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple, et l'O.S. Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers. De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien sur, les enchères en ligne.

    Pour l'exercice 2011 les Smartphones pourraient représenter potentiellement 40% des connexions des clients nomades d'Artprice (Experts, Commissaires-Priseurs en inventaire, Auctioneers, Galeristes, Amateurs et Collectionneurs d'art sur le lieu de vente, Marchands d'art,  Courtiers, Art dealers, Assureurs en expertise et/ou sinistre, Douanes et Services Judiciaires internationaux,…)

    A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde). Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres pour 2010 de My Art Collection by Artprice (service gratuit), le portefeuille d'œuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.

    Artprice depuis le 15 septembre 2010 passe d'un modèle de quasi-gratuité à un modèle 100% gratuit pour sa Place de Marché Normalisée à l'exception des Artprice Stores pour les professionnels de l'art.

    Artprice depuis le 15 septembre 2010 passe d'un modèle de quasi-gratuité à un modèle 100% gratuit pour sa Place de Marché Normalisée permettant ainsi d'absorber plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré. La progression constatée entre le 15 septembre et le 30 octobre 2010 est de + 54% .
    Antérieurement, la gratuité n'était accordée que sur les membres actifs des 90 derniers jours, elle est désormais ouverte à 100% des visiteurs d'Artprice qui s'inscrivent gratuitement en déclinant leur identité complète à l'exception des Artprice Stores (services payants) pour les professionnels de l'art qui comportent des outils de supervisions et d'aide à la décision pour gérer des milliers d'œuvres et notamment les transactions.

    L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une œuvre est de plus en plus courte. Certaines œuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande. L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs passe irrémédiablement par la Place de Marché Normalisée d'Artprice.

    Artprice s'ouvre à 72 réseaux sociaux sur l'ensemble de ses Banques de données.
    L'intégralité des produits et services d'Artprice sont désormais en un seul clic intégrés dans les principaux réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Delicious, Digg, Delicious, Linkedin, Viadeo, Hotmail (Microsoft), Google (Reader, Blogspot, Blogger…), Yahoo, AOL, MySpace, WordPress, Baïdu… Ce qui bien évidemment, amplifie dans la communauté du monde de l'art et de l'Internet, la position de Leader mondial d'Artprice. Pour information, l'analyse des logs de connexion aux banques de données d'Artprice.com place Baïdu (Chine) devant Google.

    Artprice par sa présence à la KIAF (Corée du Sud), à ArtForum Berlin et à la FIAC prend acte qu'elle est désormais incontournable par son information normalisée et sa Place de Marché avec un taux de reconnaissance frôlant les 93% (source A.M.I.). De même, son rapport annuel du marché de l'art contemporain co-édité chaque année avec la FIAC et traduit dans 5 langues étrangères en mode papier et électronique connaît une croissance de 27% par rapport à 2009.

    Artprice va mettre en place avec PayPal, le Leader mondial des paiements sur Internet, une solution de micro-paiement sécurisé qui bouleverse l'économie de l'Internet.

    Paypal permet désormais aux éditeurs de contenus d'agrandir la palette de leurs prix et services par la mise à disposition d'une solution de micro-paiement avec, pour la 1ère fois, un coût de traitement bancaire extrêmement faible, ouvrant ainsi à Artprice, un marché de plusieurs millions de demandes très ponctuelles de consommateurs d'informations sur les cotes et indices du marché de l'art qui ne souhaitent pas dans un premier temps une formule annuelle d'abonnement par l'aspect occasionnel de leur actes marchands. Grâce à l'analyse des logs de connexions lors de la décision d'achat, Artprice peut quantifier le nombre de clients assujettis à une demande unique et ponctuelle. Pour information, Artprice est considérée "World Seller" et grand compte chez PayPal depuis son origine.

    Renforcement des relations contractuelles avec les 3600 Maisons de Ventes internationales.

    En octobre 2010, plus de 77,2 % des catalogues PDF et/ou données des 3600 Maisons de Ventes mondiales, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur l'Intranet Sécurisé d'Artprice. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les Experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte de manière exponentielle à sa Place de Marché Normalisée (PMN) protégée au titre de la propriété intellectuelle (droit sui generis et droit d'auteur).

    Le droit de reproduction des œuvres étant assuré par le contrat spécifique conclu avec l'ADAGP, société la plus représentative au monde, qui perçoit et répartit les droits d'auteurs dans plus de 43 pays. Cet accord précurseur (2007) dans l'économie numérique est régulièrement pris en exemple par les différents Ministères de la Culture en Europe et notamment en France.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi-totalité des Maisons de ventes et Experts dans le monde se rapprochent d'Artprice qui travaille avec eux en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser leurs catalogues de ventes formatés par les données normalisées d'Artprice et dès l'adoption de la Directive Services, les enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres.

    Ce qui explique la présence d'Artprice dans la majorité des catalogues de ventes, papier et Internet, des Auctioneers et Maisons de Ventes où désormais, chaque artiste et chaque œuvre possède un identifiant unique en provenance des banques de données Artprice. Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde. Ses bases de données comportementales clients constituent pour le marché de l'art, les bases de la réussite des ventes aux enchères cataloguées depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIXe siècle.

    Le modèle de la Place de Marché Normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d’œuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d’œuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d’œuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d’œuvres d'art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'œuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers environ, sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée.

    En 2010, Arprice confirme avec désormais depuis le 15 septembre son modèle 100% gratuit, une croissance de 18 à 20 % de sa Place de Marché Normalisée en offre d'œuvres d'art.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux Maisons de Ventes et Experts leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe et adoptée par le Sénat le 28 octobre 2009. De même, le Conseil des Ventes Volontaires, qui est l’Autorité de Régulation du marché des ventes aux enchères, note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes dans le monde (incluant bien sur, les 378 Maisons de Ventes Françaises) et les 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Transposition effective de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français pour 2010.

    La transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    La Commission Européenne a épingler sévèrement la France avec un avis motivé, pour le retard pris dans la transposition de la directive services pour l'enjoindre de lui signaler les mesures réglementaires qu'elle compte prendre pour transposer cette directive européenne sur les services au plus vite. C’est le deuxième coup de semonce des services du commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier. Cette directive, dont l’ancienne version était plus connue sous le nom de «Directive Bolkenstein», devait être transposée au plus tard le 27 décembre 2009, mais la France a pris un retard important et injustifié, pénalisant fortement les acteurs européens comme Artprice.

    La Commission estime que le retard pris dans la transposition engendre des coûts importants pour les entreprises européennes. La France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission. Désormais, Bruxelles peut donc légitimement saisir la Cour de justice de l'UE, entamant ainsi la troisième étape de la procédure d'infraction européenne.

    Thierry Ehrmann a rappelé au différentes autorités de tutelles que la France, en matière de Marché de l'Art, ne cessait, depuis 30 ans, de perdre régulièrement des places avec désormais la Chine durablement ancrée en sa qualité de numéro trois mondial. Chiffres à l'appui, le PDG d'Artprice a démontré, de manière incontestable, que la réforme du 10 juillet 2000 n'a pas été bénéfique pour la France, de par son manque d'ambition et son côté protectionniste. Malgré des chiffres en trompe-l'œil sur le segment "Fine Art", la perte de marché pour la France ne cesse de s'accélérer dans un secteur où les pertes d'emploi se comptent désormais en milliers (source Rapport économique édité par Le Serveur Judiciaire/Artprice 2010).

    C'est donc un calendrier législatif comportant un contexte politique et économique extrêmement favorable à Artprice qui se met en place par l'injonction de la commission où la France avait jusqu’au 24 août 2010 pour satisfaire à cette dernière.

    Dans un récent entretien aux Echos, le Ministre de la Justice, a fait état que << la proposition de loi débattue au Sénat l'année dernière doit passer devant l'Assemblée Nationale le plus rapidement possible >>. De même Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture, lors de son discours à la FIAC, a réitéré son souci de faire appliquer cette directive au plus vite. Artprice ne peut que se réjouir de cette volonté politique commune pour sauver la place de la France dans le marché de l'Art mondial où elle ne cesse de chuter.

    Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne, du traité de Lisbonne qui a pris effet le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra-minoritaire qui voit son monopole franco-français s'effondrer.

    Il est nécessaire de préciser que l'immense majorité des Maisons de Ventes Françaises et Experts (94,5%) travaillent depuis 1987 avec Artprice.

    Nouveaux éléments à charge communiqués début Novembre 2010 dans les plaintes diligentées par Artprice contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente illicite, devant l'Autorité de la Concurrence.

    Artprice confirme enfin sa plainte contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente, devant l'Autorité de la Concurrence, face aux 3 600 Maisons de ventes, clientes et partenaires d'Artprice, et aux 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet dans le monde.

    En effet, il existe, selon Artprice, des liens indiscutables, des personnes communes, des participations capitalistiques et mandats sociaux communs, des organes de directions communs, des ventes publiques communes, des notes et déclarations internes d'organismes syndicaux comme le SYMEV, des P.V. communs sur la stratégie contre Artprice, des refus de ventes prohibés comme la Gazette de l'Hôtel Drouot (propriété des principales sociétés incriminées) malgré des mises en demeure, des stratégies similaires avec des indices sérieux et concordants pouvant établir une action de concert et/ou une entente mûrement méditée mais sévèrement réprimée par, entre autres, l'article L.420-1 du Code de Commerce. On peut entre autres considérer avec un certain recul, que la problématique de Drouot est loin d'être terminée…
    Cf. communiqué du 10 septembre 2010
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseFR.htm#20100910

    Au plan Européen et aux USA, certaines de ces Maisons de Ventes ont été très lourdement condamnées pour ces faits. Ces actions de concert tendent à limiter l'accès et le libre exercice de la concurrence, notamment par Artprice, sur le marché des ventes aux enchères publiques électroniques tel que prévu par la Directive Européenne «Services » qui aurait dû être adoptée en droit interne depuis le 27/12/2009.

    En novembre 2010, de nouvelles pièces confondantes et incontestables mettant en cause l'entente illicite de ces 5 maisons de ventes viennent d'être cotées au B.C.P. de la plainte enregistrée à l'Autorité de la Concurrence au premier trimestre 2010.

    Evolution du Marché de l'Art au deuxième semestre 2010.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'Art Market Confidence Index (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) qui est la référence mondiale dans le marché de l'art et la presse économique, il confirme en novembre 2010, une hausse régulière de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art.

    De même, la remontée des prix des œuvres d'art (Artprice Global Index) sur l'ensemble des continents montre que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche. (www.artmarket.com).
    Les résultats spectaculaires en novembre 2010 notamment de Sotheby's, Leader mondial des ventes aux enchères, cotée à la Bourse de New York attestent les chiffres et prévisions d'Artprice.

    Cette confiance se retrouve aux USA, qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art, mais, aussi, en Europe et surtout en Asie. Au même titre que l'Or, le marché de l'Art, historiquement, a toujours été une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale continue d'affronter de manière sporadique en 2010.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, October 19, 2010

    Artprice.com: The Artprice / FIAC Contemporary Art Market report is out!
    Artprice and the FIAC are pleased to announce the distribution of their latest report on the Contemporary Art Market 2009/2010. This report will be freely available to the press and visitors to the FIAC at the Grand Palais and the Cour Carrée du Louvre from 21 to 24 October 2010 (while stocks last).

    According to Thierry Ehrmann, Artprice's founder and chairman, this 37th edition of the FIAC is opening under good auspices with the AMCI (Artprice's Art Market confidence Index) three points higher than at the opening of the last FIAC in 2009.

    This fourth edition of our Contemporary Art Market report is an essential document for all amateur and professional buyers or collectors of Contemporary art wishing to stay abreast of the key developments in the market. The report contains market trends for more than 72 countries and analyses top-selling individual artists' resistance to the deflated speculative bubble… How has the contemporary art market evolved through a period of doubt and uncertainty … and where is the market heading tomorrow?
    One thing is certain: this crisis cannot be compared to that of the early 1990s. Of course, compared to 2006/2008, million-plus auction sales have become scarce; but the contemporary art market is today more dynamic than ever and is showing a rare degree of maturity that many regulated markets would envy.

    This year, the report analyses the Contemporary art market per artistic medium. Indeed, although the utility of a per-medium ranking may not be immediately apparent, this approach has the advantage of clearly revealing which media are the most sought-after and which are still having difficulties imposing themselves on the market.
    The report also presents the world's 500 top-selling current artists (i.e. born since 1945) and has a Galleries' viewpoint section as well as a Collectors viewpoint section. There is a special chapter dedicated to the design market with a particular focus on the strong rise in value of sculptural and decorative furniture and on the recent evolution of the design market, whose physiology increasingly resembles that of the Contemporary art market.

    Download this multilingual report (English/French/German/Spanish/Italian/Chinese) online for free (PDF) :
    http://web.artprice.com/AMI/ami.aspx?l=en

    SUMMARY:

    THE LATEST TRENDS
    Top-end meltdown
    The classics of Contemporary Art
    Contemporary art at Christie's and Sotheby's
    The trials and tribulations of Phillip's de Pury & Company
    Current art seeks a higher profile
    Looking East

    THE ARTS AND THEIR MEDIA

    GALLERY'S INSIGHT

    COLLECTORS' INSIGHT

    THE DESIGN MARKET

    THE 500 BEST RATED CURRENT ARTISTS

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Follow the Art Market in real time:
    Twitter Code: http://twitter.com/artpricedotcom/

    Back

    Paris, October 5, 2010 (updated October 6 with English translation)

    Artprice.com: The Hôtel Drouot affair is not yet buried…

    The damaging Hôtel Drouot scandal just won’t go away... Vincent Noce, an international art market specialist who has already attacked the major auction houses (Christie’s vs Sotheby’s New York) is the author of a vitriolic and apocalyptic article in the French daily newspaper Libération entitled "Drouot, embrouilles en vase clos" (literally "Drouot - monkey-business in a sealed container"). Noce describes the mess the Hôtel Drouot is in and, more generally, the destitution of the French art market which no-one seems capable of saving from itself. In 2010, according to Artprice’s econometrics and market research department, Drouot represents 46.5% of transactions and 23% of auction sales proceeds for the art market in France. Artprice knows Drouot well following its attempted acquisition of the Gazette de l’Hôtel Drouot in February 2002 (cf "In the wake of a damning report on famous Drouot" [sept. 2010]). Thierry Ehrmann, Chairman and Chief Executive Officer of Artprice, reiterated that, in terms of the art market, France has been steadily losing ground for the past 30 years with China now safely established as the global number three (see page 10 of the Artprice 2010 half year financial report).

    Has gangrene set in at the Hôtel Drouot? Liberation has obtained copies of three confidential documents that give very contrasting views on the subject and, above all, expose the confusion that reigns at government level. Since France’s Bureau for the prevention of illicit trading in cultural assets descended on the company’s packers, there is generalised panic in the house. Everyone new that theft was common at Drouot.

    Now an official report describes it as "almost institutionalised fraud". The Minister for Justice, Michèle Alliot-Marie, wants to revive a reform that was rejected by the French Parliament, after carefully emasculating its essence (Libération, 23 July 2009). The investigation which began more than a year and a half ago is likely to continue for quite some time as the police interview the organisation’s 110 packers and 70 auctioneers. For the time being, no-one knows just how far the charges (if any) will go against these venerable figures who enjoy excellent relations with the magistracy and the legal profession.

    Five months ago a commission delivered its report to the minister, but no action was taken. On 10 September, the French daily "Les Echos" published extracts of this report, accompanied by an interview with the Madame Alliot-Marie, who was clearly doing her best to prevent an explosion of the affair before Sarkozy’s much announced forthcoming government reshuffle. The report’s 75 pages constitute a very severe critique of the Drouot organisation.

    But also, to an even greater extent, of the French authorities who have never understood "the real economic importance" of an art market or of its need for modernisation in the face of globalisation stresses. "Outdated working methods"… "diminishing quality of the goods for sale": the auction sales house operates as a "closed shop" with "no strategic vision". Journal publisher, auction room owner / renter and service provider, the Drouot cartel is "an organised conservatism", which, by negligence, has opened the door to "malpractice" …/… Copyright Libération, Vincent Noce, 5/10/2010 00 :00 (see full article on Drouot, embrouilles en vase clos). Artprice, in its role as art market observer and analyst, has frequently highlighted the problems inherent to this sector of the French economy since the 1950s; problems crystallised by the Parke-Bernet syndrome when Drouot contemptuously rejected acquisition offers from the largest US auction company without even looking at the dossier and despite the fact that Parke-Bernet was owned by a Francophile.

    Subsequently, Sotheby’s – with Peter Wilson at the helm – immediately bought the New York firm Parke-Bernet which was at the time by far America’s largest auction house. In 1977, Sotheby’s was triumphantly listed on the stock market. It was only in the 1990s that in great secrecy, the auctioneer-owners of the Hôtel Drouot came close listing the company on the second marché (Artprice has the IPO prospectus in its archives): what should have been a great success – equivalent to Sotheby’s IPO on the NYSE – ended once again with an internal fiasco that scuppered Drouot’s stock market pretentions. And yet… according the sociologist Alain Quemin, one in three of France’s authorized auctioneers had a market trader in the family (who, since the reform, have been integrated into the Compagnie de bourse).

    Then in 2000, Artprice’s analysis in great detail of the reform of Voluntary and Judicial Sales published that year (edited by Serveur Judiciaire, 1,432 pages) stated unambiguously that the French art market was heading straight into the wall. Ten years later, the reform has proved to be an unequivocal failure. France, despite the numerous calls from Brussels for it to adopt the European Directive on auction sales, has not even reacted to the latest deadline set by European Commissioner Barnier (24 August 2010).

    Henceforward, it’s the European Court of Justice that is will be responsible for dealing with France’s breach of the Services Directive. France has already betrayed Europe once with its empty reform of 2000. Meanwhile, China has definitively taken France’s place in the global auction revenue ranking.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF
    Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm

    Back

    Paris, September 10, 2010 (updated September 13 with English translation)

    In the wake of a damning report on famous Drouot, Artprice analyses France's collapsing position in the art market
    France's major economic newspaper Les Echos reports, in an article by Martine Robert, having had access to the famous report on the Paris auction place commissioned by French Minister for Justice after the Savoyards scandal. The 10 September 2010 report highlights the decline and lack of transparency of the 70 auction houses.

    "Organised conservatism", "minimalist governance", a "closed statutory system" and "outdated working methods" without mentioning "the declining quality of its merchandise" are the damning conclusions of the report commissioned by French Minister for Justice, Michèle Alliot-Marie, to which Les Echos had access following the scandal which broke in late 2009.

    "The conclusions are probably even more damning than expected and the government wants to give itself time to modernise Drouot", antique dealer Hervé Aaron recently confided. "Originally an item of news trivia, this is turning into a matter of State", added Hervé Chayette, Chairman of Symev, the representative body for public auction companies and auctioneers. "Drouot needs a complete overhaul. We're not going to accept the usual suspects on the pretext that they are now regrouped in a new company!" stated, for his part, Claude Aguttes.

    In 2010, according to Artprice's econometrics and market research department, Drouot represents 46.5% of transactions and 23% of auction sales proceeds for the art market in France. Artprice knows Drouot well following its attempted acquisition of the Gazette de l'Hôtel Drouot in February 2002 (Source: Les Echos #18578, 23 January 2002 – La Tribune, 25 January 2002).

    Francine Mariani-Ducray, Chairperson of the Conseil Supérieur des Ventes Volontaires, the art market's regulatory board, who acted as reporting counselor to the Justice Ministry for the Drouot report, believes that "Drouot must pursue a group strategy and leverage its world-wide reputation in order to develop internationally".

    According to Les Echos, the French Minister for Justice's position is very specific: "In commissioning this report, my aim was clear: to ensure that, in future, the Drouot group and its 70 member auction houses are stronger than in the past. The main concern must be the economic situation of Drouot and its players when faced with increasing international competition, the emergence of new markets and some fierce, particularly British and American, operators." Furthermore, "Drouot is experincing a crisis which has made it the subject of legal proceedings on which, given my position, I cannot comment".

    In the same Les Echos interview, the Minister for Justice stated that "the draft law debated in the Senate last year should come before the Assemblée Nationale at the earliest opportunity". Artprice can only welcome this governmental commitment to rescuing France's position in the global art market where it continues to lose ground.

    Within the framework of an official meeting on 27 July 2010, attended by Francine Mariani-Ducray, Chairperson of the Conseil Supérieur des Ventes Volontaires, the art market's regulatory equivalent to the SEC for the financial markets, Thierry Ehrmann, Chairman and Chief Executive Officer of Artprice, reiterated that, in terms of the art market, France has been steadily losing ground for the past 30 years with China now safely established as the global number three (see page 10 of the Artprice 2010 half year financial report).

    Artprice's Chairman and CEO proffered some figures incontestably showing that the reform of 10 July 2000 was not beneficial for France due to its lack of ambition and protectionist nature (Source: Code des ventes volontaires et judiciaires (Code of Voluntary and Judicial Auction Sales), 1,430 pages, published by Artprice in 2001). Despite some deceptive figures on the Fine Art segment, France's loss of market share is still accelerating in a sector where job losses now amount to some thousands (Source: Economic report published by Le Serveur Judiciaire/Artprice 2010).

    In addition to the scandal that has sustainably rocked the history of the Drouot group and its member auction houses, the situation in France is no better: this year, the French auction houses are again losing market share. The first firm to appear, Artcurial, only ranks number nine behind Dorotheum, the Austrian auction house, and far behind the Chinese and British players. In 2006, there were six French auction houses in the global top thirty but today there are only three.

    However, beyond the Drouot scandal, the complaints lodged by Artprice before the Autorité de la Concurrence (Competition Authority) against five Paris auction houses for price fixing have opened up a new legal battlefront.

    Artprice confirms having lodged a complaint, before the Autorité de la Concurrence, against five Paris auction houses for price fixing opposite 3,600 auction houses, who are Artprice's clients and partners and 7,400 valuers with whom Artprice has been working since 1987 over the world-wide internet (see the Litigation chapter of Artprice's 2010 first half financial report).

    According to Artprice, there are unquestionable links, individuals in common, holdings in share capital and common social mandates, common management bodies, common public auction sales, internal notes and declarations of union bodies like the SYMEV, chaired by Hervé Chayette, common minutes on the strategy versus Artprice, prohibited refusals to sell such as the Gazette de l'Hôtel Drouot (owned by the main companies accused) despite formal notices, similar strategies with serious and concordant indications of a concert party action and/or long-meditated agreement but clearly contravening for example, article L.420-1 of the Code of Commerce. With a little perspective, one might consider, amongst other things, the Drouot problem to be far from over…

    At European level, a number of these auction houses have been very seriously condemned for such practices. These concert party actions tend to limit the access to and free exercise of competition, notably by Artprice, on the electronic public auction market as provided by the European Services Directive that should have been transposed into local law by 27 December 2009.

    Lastly, on 8 July 2010, the Third Chamber (4th Section) of the Paris Court of First Instance (which, within the framework of its four sections, exclusively handles intellectual property cases and whose decisions are considered authoritative on this matter) handed down an important ruling within the framework of the dispute between Artprice and one of the five auction sale companies. The ruling of the judges was very clear that the sale catalogues of the SVV (Voluntary Auction Sale Company) Claude Aguttes are not protected by copyright. The Third Chamber of the Court accordingly held that Artprice could not have committed acts of forgery and dismissed the Aguttes case.

    The first section of the same jurisdiction handed down a similar ruling on 30 March 2010 within the framework of the litigation between Artprice and SVV Artcurial Briest Poulain F. Tajan (one of the five auction houses suing Artprice). Again the judges found that the catalogues published by Artcurial are not protected by copyright and the court dismissed the auction sale company's forgery claim against Artprice. This ruling was not appealed and is thus final.

    These legal precedents, involving two major auction houses, strengthen Artprice's position within the framework of three similar cases that are still pending as well as the outcome of the price fixing claim lodged with the Competition Authorities by Artprice. At the end of July 2010, some staggering and incontestable new evidence accusing these five auction houses of price fixing has just been cited in the schedule listing documents relied in support of the claim lodged with the Autorité de la Concurrence during the 2010 first quarter.

    It should be specified that Artprice pays royalties under the terms of the specific contract concluded with the ADAGP, the French society for collective management in the visual arts and the largest in the world, which receives and redistributes copyright fees to visual artists in more than 43 countries. This pioneering agreement (2007) in the digital economy is regularly cited as exemplary by the different Ministers for Culture in Europe and particularly in France.

    Artprice also confirms that it is the plaintiff, before the most senior examining magistrate, in a claim against Christie's for, amongst other things, infringement of France's Monetary and Financial Code. In the fullness of time, this claim turns out to be similar to a Christie's case against Artprice in 2001, when Christie's dropped the claim without any concession whatsoever from Artprice.

    Transposition of the European Electronic Sales Directive into French law and 2010 outlook

    The transposition into local law of the EC Services Directive 2006/123/CE including the notion of online operators of electronic auctions is perfectly in accordance with the different government projects and commissions to which Artprice has already given its support and data.

    The European Commission has just singled out France with a substantiated recommendation, criticizing it for the delay in transposing the Services Directive and enjoining it to inform the Commission of the legal measures it plans to take to expedite the transposition of this European Services Directive into French law. This is the second warning shot from the department of Michel Barnier, the European Commissioner for the Internal Market. This Directive, formerly better known as the Bolkenstein Directive, should have been transposed into local law by 27 December 2009, but there has been a very serious and unjustified delay in France, heavily penalising European players such as Artprice.

    The Commission considers that the delay in transposing the Directive will involve significant costs for European companies. France thus had until 24 August 2010 to respond to the Commission. Brussels may now legitimately refer the case to the European Union Court of Justice, thus initiating the third stage in the European action for breach procedure. In September, a legislative calendar involving a political and economic context that is extremely favourable to Artprice is thus being established by the Commission injunction in which France had until 24 August 2010 to comply with the latter.

    Lastly, the adoption by the 27 Member States of the European Union of the Treaty of Lisbon that came into force on 1 December 2009 considerably strengthens Artprice's legal and judicial position in defending itself against an ultra-minority camp that is witnessing the collapse of its Franco-French monopoly. It should be specified that the majority of French auction houses and valuers (94.5%) have worked with Artprice since 1987.

    Artprice proposes to reinstate France as a leader of the global art market

    As a result of the global economic and financial crisis, nearly all the auction houses and valuers around the world are moving closer to Artprice, which has been working in close collaboration with them since 1987, in order to produce their auction catalogues formatted by the Artprice standardised data and, as soon as the Services Directive is adopted, organise online auctions through Artprice's standardised market place and its 1.3 million members.

    In addition to its market place, Artprice owns the largest Fine Art client portfolio in the world. For the art market, these client behaviour databases constitute the basis for the success of catalogued auction sales with information dating back to the origins of art auction sales in Europe in the early nineteenth century.

    The standardised market place model has now been tried, tested and validated by the Art market particularly during a period of major crisis. The figures speak for themselves: according to the 2005 activity report from the Conseil Supérieur des Ventes Volontaires "the Artprice offer amounted to EUR 1.3 billion of works of art". In 2006, the offer stood at EUR 2.7 billion of works of art before rising to EUR 4.32 billion in 2007 and EUR 5.4 billion in 2008. For 2009, Artprice confirms recording a volume of around EUR 5.85 billion of works of art with an estimated sale rate of around a third on which Artprice does not yet receive a commission. In 2010, Artprice expects growth of between 18% and 20%.

    With the context of globalisation, Artprice is in a leading position in that it has all the assets needed to offer the auction houses and valuers the optimal conditions for integral online migration by accelerating their sales and reducing buyer/seller costs (between 36% and 37.5% according to the Conseil Supérieur des Ventes Volontaires). Artprice is thus ready for online auction sales in accordance with the European Directives (2006/123/CE on services voted 12 December 2006) on liberalising auctions in Europe and adopted by the Senate on 28 October 2009.

    Similarly, the Conseil Supérieur des Ventes Volontaires, the regulatory authority for the auction sales market, notes that "French auction houses have not followed the online sales process proportionally to the explosion in the global internet", which also supports Artprice in its vocation to be the reference online auction sales platform for the 3,600 auction houses worldwide (including, of course, the 378 French auction houses) and the 7,400 valuers with whom Artprice has been working over the internet since 1987.

    In August 2010, within the framework of specific agreements, more than 77.4% of the PDF catalogues and/or data of 3,600 international auction houses were sent to Artprice on its Secure Intranet.

    This reflects, better than any other demonstration, the trust and confidence that characterises Artprice's relations with auction houses. Likewise, thanks to Artprice's database on valuers (a large number of whom organise auctions themselves) there are no fewer than 7,400 key art market players that Artprice is gradually connecting to its standardised marketplace (SMP) with intellectual property rights protection (sui generis and copyright law).

    This explains Artprice's presence in most of the printed and online auction sales catalogues of the auctioneers and auction houses, in which each artist and work of art now has a unique reference coming from the Artprice databases.

    In conclusion, the expediting by French Minister for Justice of the adoption of the European Directive by the Assemblée Nationale is excellent news when it comes to defending the common interests of both Artprice and French auction houses in the art market.



    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back

    Paris, August 31, 2010

    Artprice.com : 1er Semestre 2010 croissance de 23 % du C.A, perspectives 2ème Semestre

    Le groupe est constitué de 2 filiales, ARTPRICE USA et LSJE, toutes détenues en totalité par la société consolidante, Artprice.com

    Le rapport financier semestriel au 30 juin 2010 est disponible :
    - sur le site actusnews : http://www.actusnews.com
    - sur le site artprice :
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/2010_communication_financiere.html

    Chiffres clés du premier semestre 2010

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    1er semestre 2010

    1er Semestre 2009

    Variation en %

    Internet

    2 260

    1 767

    +28

    Indices et autres prestations

    176

    212

    -17

    Télématique

    0

    1

    /

    Edition

    4

    5

    -20

    Total

    2 440

    1 985

    +23

    Le Chiffre d'affaires du premier semestre 2010 a progressé de 23 % et celui lié à l'activité Internet est en hausse de 28 % par rapport au premier semestre 2009. Ces chiffres viennent corroborer les prévisions d'Artprice sur le retour d'une croissance à 2 chiffres pour 2010 (hors place de marché).

    Le résultat net au 30 juin 2010 s'améliore à -57 K€ contre -155 K€ au 30 juin 2009. Il serait positif sans une charge exceptionnelle du fait de tierces commentée en page 3 et suivantes du rapport financier semestriel.
    La poursuite de la hausse de l'activité Internet s'explique, notamment, par la démocratisation de l'Iphone, l'Ipad et l' OS Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers.

    Les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde ). Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres pour 2010 de My Art Collection by Artprice, le portefeuille d'œuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.

    De même, tous les investissements relatifs à la directive européenne sur les services (libéralisation des ventes aux enchères par voie électronique au 28/12/2009) ont été comptabilisés en poste de charge sur le 1er semestre 2010.

    Enfin, Artprice avec son modèle de quasi-gratuité de sa place de marché normalisée, absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré sans la moindre perte d'exploitation.

    Selon thierry Ehrmann, Fondateur et Président d'Artprice, cette stratégie désormais éprouvée par plus de 5 ans de croissance exponentielle de l'offre était nécessaire pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères par voie électronique au 28/12/2009 par sa place de marché normalisée. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'œuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée dans l'attente de la Directive Services propres aux enchères en ligne où elle pourra alors être commissionnée.

    Les capitaux propres en comptes consolidés s'améliorent à 12 813 kEuros contre 12 468 kEuros. Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation en période de crise économique mondiale et notamment sur le marché de l'Art. Artprice.com, en 13 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne inférieure à 40 personnes pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images(R) demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de CA.

    Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro et dispose d'une trésorerie conséquente.

    Perspectives d'avenir :

    Transposition de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2010

    Artprice publiera un communiqué à la rentrée, dédié spécifiquement à la Directive Européenne portant sur les enchères électroniques et sa position.

    La transposition, en droit interne, de la Directive Communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    La Commission Européenne vient d'épingler sévèrement la France avec un avis motivé, pour le retard pris dans la transposition de la Directive Services, pour l'enjoindre de lui signaler les mesures réglementaires qu'elle compte prendre pour transposer cette directive européenne sur les services au plus vite.

    C'est le deuxième coup de semonce des services du commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier. Cette Directive, dont l'ancienne version était plus connue sous le nom de Directive Bolkenstein, devait être transposée au plus tard le 27 décembre 2009, mais la France a pris un retard très important et injustifié, pénalisant fortement les acteurs européens comme Artprice.

    La Commission estime que le retard pris dans la transposition engendre des coûts importants pour les entreprises européennes. La France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission. Désormais, Bruxelles peut légitimement saisir la Cour de justice de l'UE, entamant ainsi la troisième étape de la procédure d'infraction européenne.

    Dans le cadre d'un rendez-vous officiel, le 27 juillet 2010, devant la présidente du Conseil des Ventes Volontaires, Autorité de régulation du marché de l'art, comme l'est l'AMF pour les marchés financiers, Thierry Ehrmann, PDG d'Artprice, a rappelé que la France, en matière de Marché de l'Art, ne cessait, depuis 30 ans, de perdre régulièrement des places avec, désormais, la Chine durablement ancrée en sa qualité de numéro trois mondial (voir page 10 du rapport financier semestriel).

    Chiffres à l'appui, le PDG d'Artprice a démontré, de manière incontestable, que la réforme du 10 juillet 2000 n'a pas été bénéfique pour la France, de par son manque d'ambition et son côté protectionniste. Malgré des chiffres en trompe-l'oeil sur le segment "Fine Art", la perte de marché pour la France ne cesse de s'accélérer dans un secteur où les pertes d'emploi se comptent désormais en milliers (source : Rapport économique édité par Le Serveur Judiciaire/Artprice 2010).

    C'est donc un calendrier législatif comportant un contexte politique et économique extrêmement favorable à Artprice qui se met en place en septembre par l'injonction de la commission où la France avait donc jusqu'au 24 août 2010 pour satisfaire à cette dernière.

    Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne du traité de Lisbonne, qui a pris effet le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra-minoritaire qui voit son monopole franco-français s'effondrer.

    Il est nécessaire de préciser que l'immense majorité des Maisons de Ventes Françaises et Experts (94,5%) travaillent depuis 1987 avec Artprice.

    Evolution du Marché de l'Art au second semestre 2010

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (l'Art Market Confidence Index est l'indice de confiance du marché de l'art en temps réel), la référence dans le marché de l'art et la presse économique, en Août 2010, une hausse de confiance, à la lecture de l'AMCI, est constatée sur l'ensemble des pays qui couvre 90 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art. Les résultats spectaculaires de Sotheby's, leader mondial des ventes aux enchères, cotée à la Bourse de New York avec une hausse de 116 %, attestent les chiffres et prévisions d'Artprice.


    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, August 11, 2010

    Artprice : CA T2 +17 % - Directive Européenne des enchères électroniques - Plaintes d'Artprice devant l'Autorité de la Concurrence

    CA consolidé deuxième trimestre 2010

    Chiffre d'affaires en Keuros 2T 2010 2T 2009 Variation en %
    Internet 918 755 +22
    Indices et autres prestations 77 97 -21
    Edition 3 2 50
    Total 2ème Trimestre 998 854 +17

    Chiffre d'affaires en Keuros

    1er Semestre 2010

    1er Semestre 2009

    Variation en %

    Internet 2 260 1 767 +28
    Indices et autres prestations 176 212 -17
    Edition 4 5 -20
    Total 1er Semestre 2 440 1 985 +23

    Artprice : retour confirmé de la croissance à deux chiffres pour 2010, perspectives 2ème Semestre

    Le chiffre d'affaires du T2 2010 progresse de 17% sur le T2 2009 et confirme ainsi les prévisions d'Artprice sur le retour d'une croissance à 2 chiffres pour 2010 (hors place de marché). Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.D.G. d'Artprice," l'activité Internet progresse de 28 % au 1er se

    mestre 2010, par rapport au 1er semestre 2009, tirée notamment par l'Ipad, l'Iphone de Apple, et l'O.S. Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers. De nouvelles applications dédiées sont en préparation pour, entre autres, les enchères en lignes ".

    Les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en 2015 (source : Le Monde). Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres pour 2010 de My Art Collection by Artprice, le portefeuille d'œuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.

    Depuis début Août 2010, Artprice a contracté et mis en production par sa propre fibre optique, avec Verizon Communications, Inc (Usa) permettant de satisfaire aux demandes particulières de sa clientèle américaine (principal marché d'Artprice) et notamment à New York en expérimentant de nouveaux protocoles avec Artprice Inc. Pour autant, Artprice renouvelle sa confiance à ses opérateurs historiques en les maintenant. De même, les relations contractuelles entre Artprice et Google bénéficieront de cet accord.

    Concernant les accords avec Baidu.com, leader des moteurs chinois, plus de 27 millions de pages en chinois ont été parsées, enregistrées et mises à disposition des internautes chinois et asiatiques. (Baidu, en accord avec Artprice, génère une moyenne quotidienne de 700 000 logs d'analyses).

    Renforcement des relations contractuelles avec les 3600 Maisons de Ventes internationales

    En Août 2010, plus de 77,4 % des catalogues PDF et/ou données des 3600 Maisons de Ventes mondiales, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur l' Intranet Sécurisé d'Artprice.

    Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les Experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte de manière exponentielle à sa Place de Marché Normalisée (PNM) protégée au titre de la propriété intellectuelle (droit sui generis et droit d'auteur).

    Le droit de reproduction des œuvres étant assuré par le contrat spécifique conclu avec l'ADAGP, société la plus représentative au monde, qui perçoit et répartit les droits d'auteurs dans plus de 43 pays. Cet accord précurseur (2007) dans l'économie numérique est régulièrement pris en exemple par les différents Ministères de la Culture en Europe et notamment en France.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi-totalité des Maisons de ventes et Experts dans le monde se rapprochent d'Artprice qui travaille avec eux en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser leurs catalogues de ventes formatés par les données normalisées d'Artprice et dès l'adoption de la Directive Services, les enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres.

    Ce qui explique la présence d'Artprice dans la majorité des catalogues de ventes, papier et Internet, des Auctioneers et Maisons de Ventes où désormais, chaque artiste et chaque œuvre possède un identifiant unique en provenance des banques de données Artprice.

    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde. Ses bases de données comportementales clients constituent pour le marché de l'art, les bases de la réussite des ventes aux enchères cataloguées depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIXe siècle.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'œuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers environ, sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée. En 2010, Arprice attend une croissance de 18 à 20 %.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux Maisons de Ventes et Experts leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon le Conseil des Ventes Volontaires entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe et adoptée par le Sénat le 28 octobre 2009.

    De même, le Conseil des Ventes Volontaires, qui est l'Autorité de Régulation du marché des ventes aux enchères, note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes dans le monde (incluant bien sur, les 378 Maisons de Ventes Françaises) et les 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Transposition effective de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français pour 2010

    La transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    La Commission Européenne vient d'épingler sévèrement la France avec un avis motivé, pour le retard pris dans la transposition de la directive services, pour l'enjoindre de lui signaler les mesures réglementaires qu'elle compte prendre pour transposer cette directive européenne sur les services au plus vite.

    C'est le deuxième coup de semonce des services du commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier. Cette directive, dont l'ancienne version était plus connue sous le nom de « Directive Bolkenstein », devait être transposée au plus tard le 27 décembre 2009, mais la France a pris un retard important et injustifié, pénalisant fortement les acteurs européens comme Artprice.

    La Commission estime que le retard pris dans la transposition engendre des coûts importants pour les entreprises européennes. La France a donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission. Sinon, Bruxelles pourrait saisir la Cour de justice de l'UE, entamant ainsi la troisième étape de la procédure d'infraction européenne.

    Thierry Ehrmann a rappelé que la France, en matière de Marché de l'Art, ne cessait, depuis 30 ans, de perdre régulièrement des places avec désormais la Chine durablement ancrée en sa qualité de numéro trois mondial. Chiffres à l'appui, le PDG d'Artprice a démontré, de manière incontestable, que la réforme du 10 juillet 2000 n'a pas été bénéfique pour la France, de par son manque d'ambition et son côté protectionniste. Malgré des chiffres en trompe-l'œil sur le segment "Fine Art", la perte de marché pour la France ne cesse de s'accélérer dans un secteur où les pertes d'emploi se comptent désormais en milliers (source Rapport économique édité par Le Serveur Judiciaire/Artprice 2010).

    C'est donc un calendrier législatif comportant un contexte politique et économique extrêmement favorable à Artprice qui se met en place par l'injonction de la commission où la France a donc jusqu'au 24 août 2010 pour satisfaire à cette dernière.

    Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne, du traité de Lisbonne qui a pris effet le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra-minoritaire qui voit son monopole franco-français s'effondrer.

    Il est nécessaire de préciser que l'immense majorité des Maisons de Ventes Françaises et Experts (94,5%) travaillent depuis 1987 avec Artprice.

    Nouveaux éléments à charge dans les plaintes diligentées par Artprice contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente illicite, devant l'Autorité de la Concurrence.

    Artprice confirme enfin sa plainte contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente, devant l'Autorité de la Concurrence, face aux 3 600 Maisons de ventes, clientes et partenaires d'Artprice, et aux 7400 Experts avec lesquels Artprice travaille depuis 1987 avec Internet dans le monde.

    En effet, il existe, selon Artprice, des liens indiscutables, des personnes communes, des participations capitalistiques et mandats sociaux communs, des organes de directions communs, des ventes publiques communes, des notes et déclarations internes d'organismes syndicaux comme le SYMEV, des P.V. communs sur la stratégie contre Artprice, des refus de ventes prohibés comme la Gazette de l'Hôtel Drouot (propriété des principales sociétés incriminées) malgré des mises en demeures, des stratégies similaires avec des indices sérieux et concordants pouvant établir une action de concert et/ou une entente mûrement méditée mais sévèrement réprimée par, entre autres, l'article L.420-1 du code de commerce. On peut entre autres considérer avec un certain recul, que la problématique de Drouot est loin d'être terminée…

    Au plan Européen, certaines de ces Maisons de Ventes ont été très lourdement condamnées pour ces faits.

    Ces actions de concert tendent à limiter l'accès et le libre exercice de la concurrence, notamment par Artprice, sur le marché des ventes aux enchères publiques électroniques tel que prévu par la Directive Européenne « Services » qui aurait dû être adoptée en droit interne depuis le 27 décembre 2009.

    Fin juillet 2010, de nouvelles pièces confondantes et incontestables mettant en cause l'entente illicite de ces 5 maisons de ventes viennent d'être cotées au B.C.P. de la plainte enregistrée devant l'Autorité de la Concurrence au premier trimestre 2010.

    Enfin, le 8 juillet 2010, la Troisième Chambre (4ème Section) du Tribunal de Grande instance de Paris (qui traite exclusivement, dans le cadre de ses quatre sections, des affaires de propriété intellectuelle et dont, à ce titre, les décisions font autorité en la matière) a rendu un important jugement dans le cadre du litige opposant Artprice à une des cinq sociétés de ventes volontaires l'ayant attrait. Les juges ont estimé, de façon très claire, que les catalogues de vente de la SVV Claude Aguttes ne sont pas protégés par le droit d'auteur. La Troisième Chambre du Tribunal a en conséquence jugé que la société Artprice ne pouvait avoir commis des actes de contrefaçon et a débouté la société Aguttes de cette demande.

    La même juridiction, prise en sa première section, en avait décidé de même, le 30 mars 2010 dans le cadre du contentieux opposant Artprice à la SVV Artcurial Briest Poulain F. Tajan (une des cinq sociétés de ventes volontaires l'ayant attrait en justice). Là encore, les magistrats ont jugé les catalogues édités par Artcurial comme non protégés par le droit d'auteur et le tribunal a débouté cette société de ventes de son action en contrefaçon à l'encontre d'Artprice. Ce jugement n'a pas été frappé d'appel et est donc définitif.

    Ces jurisprudences, concernant deux sociétés de ventes d'envergure, confortent Artprice dans le cadre des trois autres litiges similaires, encore pendants, ainsi que dans l'issue de la plainte déposée par Artprice pour entente illicite auprès des autorités en charge de la concurrence.

    Artprice confirme aussi s'être constituée partie civile, devant le Doyen des juges d'instruction, contre Christie's, pour, notamment, une violation du Code monétaire et financier. Cette plainte, au regard du temps, est réitérative d'une action de Christie's contre Artprice en 2001, où Christie's avait abandonné toute prétention sans qu'Artprice consente quoi que ce soit.

    Evolution du Marché de l'Art au deuxième semestre 2010

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'Art Market Confidence Index (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) qui est la référence mondiale dans le marché de l'art et la presse économique, il confirme en Août 2010, une hausse régulière de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art.

    De même, la remonté des prix des œuvres d'art (Artprice Global Index) sur l'ensemble des continents montre que la reprise du Marché de l'Art est définitivement en marche. (www.artmarket.com)
    Les résultats spectaculaires de Sotheby's, leader mondial des ventes aux enchères, cotée à la Bourse de New York avec une hausse de 116 %, attestent les chiffres et prévisions d'Artprice.

    Cette confiance se retrouve aux USA, qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art, mais, aussi, en Europe et surtout en Asie. Au même titre que l'Or, le marché de l'Art, historiquement, a toujours été une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale continue d'affronter de manière sporadique en 2010.


    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, June 28, 2010

    ARTPRICE : Compte rendu de l'Assemblée Générale Ordinaire du 25 06 10, mise en demeure de la Commission Européenne à la France sur la directive services.
    L'ensemble des actionnaires présents, représentés ou ayant voté par correspondance à l'Assemblée Générale Ordinaire Annuelle d'Artprice, qui s'est réunie le 25 juin 2010 au siège social, représentait 2 172 986 actions et 4 311 247 droits de vote soit 33,98 % des titres ayant le droit de vote de la société Artprice et 50,80 % des droits de vote.

    A l'occasion de cette assemblée, le Président et Fondateur d'Artprice, Thierry EHRMANN, a répondu aux interrogations des actionnaires présents.

    En premier lieu, les actionnaires ont tenus à être informés de l'état de la transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères qui est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené son concours et ses données.

    Dans ce cadre, le Président d'Artprice, thierry Ehrmann a indiqué que le même jour de l'assemblée générale, la Commission Européenne vient d'épingler la France avec un avis motivé, pour le retard pris dans la transposition de la directive services pour l'enjoindre de lui signaler les mesures réglementaires qu'elle compte prendre pour transposer cette directive européenne sur les services au plus vite.

    C'est le deuxième coup de semonce des services du commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier. Cette directive, dont l'ancienne version était plus connue sous le nom de «Directive Bolkenstein», devait être transposée au plus tard le 27 décembre 2009. Mais la France, comme certains Etats européens, a pris du retard.

    La Commission estime que le retard pris dans la transposition engendre des coûts importants pour les entreprises européennes. «Selon des estimations prudentes, précise Bruxelles dans un communiqué, les avantages économiques potentiels de la directive «services» pourraient se situer dans une fourchette allant de 60 à 140 milliards d'euros, ce qui représente une croissance potentielle de 0,6 à 1,5% du PIB de l'UE».

    La France a donc jusqu'au 24 août 2010 pour répondre à la Commission. Sinon, Bruxelles pourrait saisir la Cour de justice de l'UE, entamant ainsi la troisième étape de la procédure d'infraction européenne.

    Thierry Ehrmann a rappelé que la France, en matière de Marché de l'Art ne cessait, depuis 30 ans, de perdre régulièrement des places avec désormais la Chine durablement ancrée en sa qualité de numéro trois mondial. Chiffres à l'appui, le PDG d'Artprice a démontré de manière incontestable que la réforme du 10 juillet 2000 n'a pas été bénéfique pour la France, de par son manque d'ambition et son côté protectionniste.

    Il est bon de préciser que cette réforme avait été faite suite à une plainte parfaitement légitimée de Sotheby's pour lutter contre le monopole des commissaires-priseurs en France en invoquant à juste titre l'article 59 du Traité de Rome.

    Par l'adoption de cette directive Européenne sur les ventes aux enchères en ligne, le modèle de la place de marché normalisée d'Artprice est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure.

    Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'œuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'œuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'œuvres d'Art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'œuvres d'Art.

    Pour 2009, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers, ventes sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'œuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat annuel.

    Artprice a donc rappelé à ses 18 000 actionnaires, que de manière mathématique, le surcroît très important de chiffre d'affaires Fine Art qu'elle générerait par sa place de marché normalisée, en restant en France en sa qualité d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères, Artprice permettrait ainsi à la France de remonter en très peu de temps à nouveau sur le podium des trois pays les plus puissants du Marché de l'Art dans le monde.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres.

    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est, dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.

    En juin 2010, plus de 74,7 % des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur l' Intranet Sécurisé d'Artprice.

    Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa place de marché normalisée.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe et adoptée par le Sénat le 28 octobre 2009.

    Artprice qui est souvent questionnée par la position française face à l'adoption de la directive services visant, entre autre, l'ouverture aux enchères électroniques par de nouveaux opérateurs, rappelle, que pour analyser la position de la France, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est l'équivalent de l'A.M.F. pour le marché de l'art) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la directive services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.). Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice.

    Le C.V.V. "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur.

    De même, le C.V.V. note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui a vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes et 7400 experts avec lesquelles Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    C'est donc un calendrier législatif comportant un contexte politique et économique extrêmement favorable à Artprice qui se met en place par l'injonction de la commission où la France a donc jusqu'au 24 août 2010 pour satisfaire à cette dernière.

    Les autres sujets qui ont été abordés sont entre autres :

    La progression du chiffre d'affaire à 2 chiffres pour 2010 est confirmé par Artprice.

    Artprice souligne que la pénétration du marché Chinois a été plus rapide que prévu grâce à Baidu.com dont les requêtes contractuelles sont désormais supérieures en nombre à Google.

    Artprice a commenté l'explosion des demandes clients de services Artprice sur leurs iPad et iPhone d'Apple avec de nouvelles applications très spécifiques pour septembre 2010 principalement pour les ventes aux enchères en ligne.

    Concernant les accords avec Google Premium (2005) qui se reconduisent d'année en année, l'intégralité des 27 millions d'entrées sur les banques de données d'Artprice sont désormais présentes sur l'Internet.

    Nouvel état des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l'OrgAne et Artprice contre Marc Tallec :
    http://www.serveur.com/FR/artprice-contre-marc-tallec.html
    Marc tallec fait l'objet d'un renvoi devant le tribunal correctionnel pour avoir introduit frauduleusement, supprimé ou modifié des données dans un système de traitement automatisé de données d'Artprice. Faits prévus et réprimés par les articles 323-3, 323-5, 323-7 du Code pénal. M. Marc Tallec, qui se voit reprocher différentes infractions et délits, bénéficie de la présomption d'innocence tant que sa culpabilité n'a pas été légalement et définitivement établie, exception faite du bien fondé du caractère fautif (faute lourde), et des délits qui en découlent, constatés par la Cour d'Appel de Lyon dans son arrêt du 17 février 2010.

    Artprice confirme la croissance à 3 chiffres de My Art Collection by Artprice, le portefeuille d'œuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.

    Artprice confirme aussi s'être constituée partie civile, devant le Doyen des juges d'instruction, contre Christie's pour, notamment, une violation du Code monétaire et financier. Cette plainte, au regard du temps, est réitérative d'une action de Christie's contre Artprice en 2001, où Christie's avait abandonné toute prétention sans qu'Artprice consente quoi que ce soit.

    Artprice confirme enfin sa plainte contre 5 maisons de ventes parisiennes pour entente, devant l'Autorité de la Concurrence, face aux 3 600 Maisons de ventes clientes et partenaires d'Artprice dans le monde. En effet, il existe, selon Artprice, des liens, des personnes communes, des antériorités, des stratégies similaires avec des indices sérieux et concordants pouvant établir une action de concert/une entente mûrement méditée mais réprimée par, entre autres, l'article L.420-1 du code de commerce. Ces actions de concert tendent à limiter l'accès et le libre exercice de la concurrence, notamment par Artprice, sur le marché des ventes aux enchères publiques électroniques tel que prévu par la Directive Européenne «Services » qui être adoptée en droit interne prochainement.

    Les résolutions proposées au vote des actionnaires portaient sur l'ordre du jour suivant :

    - Présentation du rapport de gestion établi par le Conseil d'Administration sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2009,
    - Présentation du rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels de l'exercice,
    - Présentation du rapport de gestion établi par le Conseil d'Administration sur les comptes consolidés clos le 31 décembre 2009,
    - Présentation du rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés de l'exercice,
    - Approbation des comptes annuels de l'exercice clos le 31 décembre 2009, des comptes consolidés et quitus aux administrateurs,
    - Affectation du résultat de l'exercice,
    - Présentation du rapport du conseil d'administration sur les travaux du conseil et sur les procédures de contrôle interne,
    - Présentation du rapport des Commissaires aux Comptes sur le rapport du conseil sur les procédures de contrôle interne,
    - Lecture du rapport du conseil d'administration sur les opérations réalisées au titre des options de souscriptions ou d'achat d'actions visées par l'article 225-184 du Code de Commerce,
    - Présentation du rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions visées à l'article L. 225-38 du Code de commerce et approbation desdites conventions,
    - Pouvoirs pour l'accomplissement des formalités.
    - Questions diverses.

    L'ensemble des résolutions concernant l'approbation des comptes sociaux et consolidés, l'affectation du résultat de l'exercice, les rapports sur le contrôle interne, le rapport spécial sur les opérations réalisées au titre des options de souscription ou d'achat d'actions, le rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées et le pouvoir au porteur de copies pour remplir toutes les formalités de droit, a été adopté à l'unanimité des actionnaires présents, représentés ou ayant voté par correspondance.

    Le Président remercie l'ensemble des actionnaires ayant pris part au vote et ayant massivement exprimé leur soutien et leur satisfaction quant à la gestion de la société, son activité durant l'exercice clos et ses projets tels qu'ils leur ont été présentés.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back



    Paris, June 7, 2010

    Artprice becomes the 'killer application' for Apple's iPad in the Art World
    Artprice, the world leader in art market information, has launched a series of Apple's iPad® services (mostly pay-services) for its 1.3 million members and anyone who owns an iPad throughout the world.

    According to thierry Ehrmann, the founder and CEO of Artprice: "the typical Artprice user relies heavily on our services and needs urgent access to our data whilst on the move, for example, when the decision to buy or sell an artwork cannot be postponed. Consequently, Artprice effectively becomes the 'killer application' for iPad in the art market."

    Artprice is one of the only content publishers in the world to have successfully imposed, since 1987, the notion of paid contents, via it status as global leader in the field. In this context, the conversion of Artprice's clients to iPad in pay-for mode is completely natural compared with other publishers whose clienteles have been addicted to free information for many years.

    As of the 3rd quarter of 2010, Artprice will enter into specific partnerships with two major clients: the first is one of the largest auctioneers in the world, and the second is one of the principal associations of Fine Art valuers. Economically, the primary interest of these partnerships is their revenue-generating capacity; however, they will also give Artprice access to data feedback from professional clients that will be immediately adjusted and implemented by Artprice's internal iPad marketing and IT teams. In fact, the art market, essentially consisting of valuations and commercial exchanges, has been nomadic by nature for many centuries. The iPad is so well suited to the needs of the market that Artprice will soon be offering iPads on-line, already loaded with subscriptions to Artprice data and a number of very specific Artprice applications, giving preference to its existing clients. Artprice Europe and Artprice Inc. in the USA have both launched a first call for proposals for iPads in bulk.

    Likewise, as of this June, a series of promotion campaigns will allow Artprice's clients to spread the "iPad/Artprice addiction" throughout the art world in complete harmony with the French Consumer Code.

    At the same time, Artprice is developing new applications using Google's Android for various different operators and Smartphone manufacturers. According to thierry Ehrmann, "the internet acquired its first billion users via PC; the next two billion are arriving via mobile devices… well before 2015". Indeed, after a series of fruitful meetings with Telecom operators, thierry Erhmann is now convinced that Internet kiosks, paid by the minute or per download, will begin to appear later this year. Numerous operators are apparently preparing multi-level kiosk offers.

    Users will be able to access downloaded Artprice data, even available off-line, at any time or place. Using their iPhone and now, with even greater facility, their iPad, Artprice clients can access all of Artprice's services: art prices and indices databases with more than 27 million indices and auction results covering 405,000 artists; databases containing 108 million high-definition images of artworks, and the world's largest market place for buying and selling art along with the full range of Artprice services.

    For over a year Artprice users have been using http://web.artprice.com/iphone/ to discover the new Artprice applications dedicated to iPhone. They use their iPhones notably to access the latest global art market information and they can download, in one operation, the 20 latest articles posted by Artprice's press agency –ArtMarketInsight– that is a reference for more than 6,300 international press and audio media around the world.

    In just over one year, more than 540,000 applications have been downloaded. Artprice consultations via Safari iPhone today represent 12.6% of total Artprice consultations. Users can immediately find the Artprice application on their Home screen by downloading the Artprice logo to their iPhones… and now to their iPads. It is therefore clear, considering the habits observed with the iPhone (where the screen size remains a limiting factor), that more than 50% of Artprice's clientele will now switch to iPads… and probably very quickly indeed.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, May 11, 2010

    Artprice : CA T1 +30% - prise de marché en Chine - Directive Européenne des enchères électroniques - retour de la croissance à deux chiffres pour 2010.

    CA consolidé premier trimestre 2010

    Chiffre d'affaires en Keuros

    1T 2010

    1T2009

    Variation en %

    Internet

    1 342

    996

    +36

    Indices et autres prestations

    105

    116

    -9

    Edition

    1

    5

    -80

    Télématique*

    0

    1

    Total 1er Trimestre

    1 448

    1 118

    +30

    *arrêt total de l'activité Télématique

    Artprice : retour de la croissance à deux chiffres pour 2010
    Le chiffre d'affaires du T1 2010 progresse de 30% sur le T1 2009 et confirme ainsi les prévisions d'Artprice sur le retour d'une croissance à 2 chiffres pour 2010 (hors place de marché). Selon thierry Ehrmann fondateur et P.D.G. d'Artprice," l'activité Internet progresse de 36%, tirée notamment par l'Iphone, Ipad et l' OS Android de Google qui amènent un fort relais de croissance pour l'activité d'Artprice dont l'immense majorité de ses clients dans le monde sont des CSP+ nomades de par leurs métiers. Les Smartphones vont permettent ainsi de doubler le CA Internet a une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,5 milliards de personnes auront accès à Internet (source : Le Monde du 10.05.10).

    Artprice : prise de marché en Chine avec des accords avec les principaux moteurs Chinois et les Maisons de Ventes Chinoises.
    Artprice, en 2010 a fait de la Chine son objectif principal, en résonance avec l'exposition universelle de Shangaï 2010 (Expo 2010 Shanghai China), avec une implication particulière du groupe, car l'histoire du marché de l'Art, au 21ème siècle, s'inscrit en Chine, selon les statistiques et indices d'Artprice. Après plusieurs rencontres fructueuses avec les Maisons de ventes en Chine depuis 2007, des accords spécifiques font d'Artprice, la référence occidentale sur le marché chinois. Toute une série de bases de données et services propres au marché de l'Art en Chine sont déployés progressivement par Artprice depuis Février 2010. Selon thierry Ehrmann: "la Chine, 3ème sur le podium à ce jour, dépassera inéluctablement les USA qui sont encore numéro un, à l'horizon 2015. L'extraordinaire résistance du marché de l'Art Contemporain chinois en pleine crise économique mondiale a démontré la volonté de la Chine de faire du marché de l'art chinois un enjeu de politique internationale".

    Depuis début mars 2010, l'intégralité des 25 millions de pages html des produits et services d'Artprice sont disponibles en chinois http://web.artprice.com/start.aspx?l=zh-CN

    Ce développement et la traduction sont le résultat de 18 mois de travail d’équipe dont l'intégralité des frais a été comptabilisée en poste de charges en 2009. Artprice dans le cadre d'accords de soumission de ses banques de données est désormais indexé sur : www.baidu.com, www.yahoo.cn, www.sogou.com, www.zhongsou.com, www.accoona.cn

    Voir la vidéo d'Arprice en chinois : http://web.artprice.tv/zh

    Renforcement des relations contractuelles avec les Maisons de Ventes
    En Mai 2010, plus de 72 % (soit 23% de progression en un semestre) des Maisons de ventes, toutes nationalités et tailles confondues au niveau mondial, ont transmis, dans le cadre d'accords spécifiques, à Artprice sur son Intranet Sécurisé, leurs catalogues de ventes et données internes. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa place de marché normalisée d'Artprice protégée au titre de la propriété intellectuelle (droit sui generis et droit d'auteur) ; le droit de reproduction des œuvres étant assuré par le contrat spécifique conclu avec l'ADAGP, société la plus représentative au monde, qui perçoit et répartit les droits d'auteurs dans plus de 43 pays. Cet accord précurseur (2007) dans l'économie numérique est régulièrement pris en exemple par les différents Ministères de la Culture en Europe et notamment en France.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi-totalité des maisons de ventes dans le monde se rapprochent d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser leurs catalogues de ventes formatés par les données normalisées d'Artprice et dès l'adoption de la Directive Services, les enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres. Ce qui explique la présence d'Artprice dans la majorité des catalogues de ventes, papier et Internet, des Auctioneers dans le monde où désormais, chaque artiste et chaque œuvre possède un identifiant unique en provenance des banques de données Artprice.

    Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde. Ses bases de données comportementales clients constituent pour le marché de l'art, les bases de la réussite des ventes aux enchères cataloguées depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIXe siècle.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'œuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée .

    Transposition effective de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français pour 2010.
    La transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données. Selon des sources européennes, la France vient de se faire poliment rappeler à l'ordre par Bruxelles pour codifier au plus vite l'application de la directive service sur les ventes aux enchères électroniques qui a pris effet depuis le 28/12/2009. Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne du traité de Lisbonne qui prend effet depuis le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra-minoritaire qui voit son monopole franco-français s'effondrer.

    Evolution du Marché de l'Art au premier semestre 2010.
    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'Art Market Confidence Index (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) qui est la référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme en mai 2010, une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art mais aussi en Europe et en Asie. Au même titre que l'Or, le marché de l'Art historiquement, a toujours été une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d'actifs financiers que l'économie mondiale continue d'affronter en 2010.

    Pour simple information, le documentaire d'Artprice http://web.artprice.com/video
    en versions française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne sur l'Alchimie entre Artprice et le marché de l'Art (1987/2010) devient un phénomène sociétal qui a été visionné plus d'1,44 millions de fois en 1 an exactement. La version DVD est distribuée dans les principales manifestations, expositions et magazines d'art dans le monde.(Il est aussi disponible gratuitement auprès d'Artprice).

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, April 30, 2010

    Artprice Rapport Financier Annuel 2009 : résultat bénéficiaire maintenu malgré la crise.
    Au 31/12/2009, pour les comptes sociaux, Artprice dégage un résultat bénéficiaire de 511 kEuros contre 551 kEuros en 2008. Il faut souligner la performance exceptionnelle d'Artprice d'avoir maintenu un résultat bénéficiaire quasi identique à l'exercice 2008, alors que la société a, d'une part, affronté une crise économique et financière mondiale sans précédent, qui a frappé violemment le marché de l'Art (-45%), et que, d'autre part, Artprice a été victime d'une attaque en déni de service distribué de très forte envergure selon les sources judiciaires (DDOS) à partir du 2 juin 2009 pendant près d'un mois (C.F. communiqués officiels diffusés les 5 et 9 juin 2009) entraînant des pertes de chiffres d'affaires importantes et des charges imprévues.

    De même, tous les investissements relatifs à la directive européenne sur les services (libéralisation des ventes aux enchères par voie électronique au 28/12/2009) ont été comptabilisés en poste de charge sur l'exercice 2009. Enfin, Artprice avec son modèle de quasi-gratuité de sa place de marché normalisée, absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré sans la moindre perte d'exploitation.

    Selon thierry Ehrmann Fondateur et Président d'Artprice, cette stratégie désormais éprouvée par 5 ans de croissance exponentielle de l'offre était nécessaire pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères par voie électronique au 28/12/2009 par sa place de marché normalisée.

    Les capitaux propres en comptes consolidés s'améliorent à 12 886 kEuros contre 12 618 kEuros. Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation en période de crise économique mondiale et notamment sur le marché de l'Art. Artprice.com, en 13 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne inférieure à 40 personnes pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images® demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de CA.

    Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro et dispose d'une trésorerie conséquente. Le chiffre d'affaires (comptes sociaux) s'est élevé à 4 751 kEuros contre 6 013 kEuros pour l'exercice précédent, traduisant principalement l'attaque DDOS de près d'un mois (voir 1er paragraphe).

    Artprice confirme le retour de sa croissance à 2 chiffres dés le premier trimestre 2010.

    Le Rapport Financier Annuel 2009, incluant les honoraires des CAC et le rapport du Président sur le contrôle interne est disponible aux adresses suivantes :
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/2010_communication_financiere.html
    http://www.actusnews.com/

    On peut logiquement considérer que la crise du marché de l'art est une opportunité de forte croissance pour Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants. La place de marché normalisée d'Artprice (protégée au titre de la propriété intellectuelle) répond exactement à ces quatre points.

    En 2009, plus de 68 % des catalogues PDF et/ou données des Maisons de Ventes, ont été transmis à Artprice, dans le cadre d'accords spécifiques, sur notre Intranet Sécurisé. En fin Avril 2010 ce chiffre passe à 72 %. Ceci traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7 400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa place de marché normalisée.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres.

    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est, dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.
    Ce qui explique les attaques pathétiques de 5 maisons de ventes françaises qu'Artprice poursuit, entre autres, en droit de la concurrence face aux 3 600 Maisons de ventes clientes et partenaires d'Artprice dans le monde.

    Face aux tensions du marché de l'art, Artprice confirme la tendance, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande. L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs passe irrémédiablement par la place de marché normalisée d'Artprice.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'Art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constatée un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impacte pas le résultat 2009.

    Dans le contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prête aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe et adoptée par le Sénat le 28 octobre 2009.

    Artprice qui est souvent questionnée par la position française face à l'adoption de la directive services visant entre autre l'ouverture aux enchères électroniques par de nouveaux opérateurs rappelle, que pour analyser la position de la France, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est l'équivalent de l'A.M.F. pour le marché de l'art) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la directive services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.). Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice.

    Le C.V.V. "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition de dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur.. De même, le C.V.V. note que "les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde", ce qui, là aussi, conforte Artprice qui à vocation à être la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 3600 Maisons de Ventes et 7400 experts avec lesquelles Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Ce courant historique qui décrit la mutation sans précédent du marché de l'art, se retrouve dans le documentaire d'Artprice, http://web.artprice.com/video existant en version française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne, qui démontre la dématérialisation du marché de l'Art par la place de marché normalisée d'Artprice (1987/2010). La version DVD est désormais distribuée dans les principales foires d'Art dans le monde. En effet, le film HD mis en ligne le 17 avril 2009, a été consulté en mode vidéo en ligne et/ou téléchargé plus d'un 1,44 million de fois en 1 an précisément. Ce qui traduit bien, la très forte demande du marché de l'Art face à la révolution du numérique et de l'Internet.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art en 2010 face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art depuis fin 2009. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art mais aussi en Europe et en Asie.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, March 11, 2010

    Artprice: Annual Art Market Report for 2009
    According to thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice: "2009 will go down in history as a year when the art market shed its excesses and narrowly avoided a complete meltdown". A drastic purge of the Contemporary art segment, slashed revenue figures and renewed interest in Old Masters and Modern art… "but also a strong signal that the art market has reached a stage of maturity that allows its to fluctuate at the same speed as economic indicators and financial assets"; "the key point to remember about 2009 is this historical and sociological change in the art market".

    We are light-years away from the 1991 crisis when the art market was incapable of implementing crisis strategies. Artprice's annual art market report analyses the major dislocations generated by the bursting of the speculative bubble in the art market and provides an insight into how the market's key players individually and collectively worked to prevent a worst-case scenario.

    In 2009, the global economy experienced its worst crisis since WWII with more than 80 countries in recession until the latter half of the year. At the same time, the global art market suffered the deflation of an unprecedented speculative bubble. 2009 saw auction houses around the world implementing strategies to attenuate the negative effects of the economic crisis on the art market, foremost of which was the sharp contraction at the high end of the Contemporary art market, particularly in markets considered 'emerging' at the beginning of the millenium.

    The crisis profoundly modified the market's psychology with modish considerations giving way to artistic judgement, prudence prevailing over impulsive buying and reflection overriding the herd instinct. It alienated a large number of speculators who had been attracted by the lure of easy profits and it refocused auctioneers and collectors on quality rather than quantity and on more established artistic values.

    Contrary to all expectations, China maintained its third place in the global geographical revenue ranking and even substantially raised its global market share at the expense of the USA and above all the UK which suffered sharp revenue contractions. As for France (excluding the Pierre Bergé/Yves Saint Laurent sale which accounted for 40% of its annual auction revenue from Fine Art), its loss of global competitiveness each year is relegating the country towards the bottom of the global art market league, particularly with respect to its lateness in adopting the European Services Directive which should have been implemented on 28 December 2009.

    Artprice publishes its exclusive art market report distributed to over 6,300 media organisations and international institutions every year. Based on roughly 5.4 million auction results from approximately 3,600 auctioneers, the annual report "Art Market Trends in 2009" contains micro- and macro-economic analyses focusing on individual sales and general price evolutions in all segments of the market. Edited by ArtMarketInsight (Artprice's press agency) in collaboration with Artprice's Econometrics team, the report also contains a number of original rankings such as the TOP 500 artists by sales revenue and the year's 100 highest hammer prices.

    Download the entire document in PDF format (free of charge)
    http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2009_en.pdf

    Crisis... and reaction
    Correction
    Purge in Contemporary Art
    Records during the crisis
    Autumn 2009: the market shows tentative signs of recovery
    United States / UK / China / France: the fight for market supremacy
    Art Market Confidence Index - a vital tool during 2009
    2000-2009: summary of the decade's key figures

    Top 10 artists
    Top 100 auction performances in 2009
    Top 500 artists by auction revenue in 2009

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover the universe and future of Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Or contact Artprice for a DVD to be sent to you free of charge.

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, February 18, 2010

    Artprice launches penal proceedings against Christie's and a simultaneous referral to the competition authorities.
    Following the press release of Tuesday 9 February 2010 in which Artprice openly explained the claim brought by Christie's, Artprice hereby emphatically declares that it is launching penal proceedings based on Article L.465-2 of the French Monetary and Financial Code and confirms the statements made by Artprice in the weekend Financial Times of 14 February 2010. In effect, the Christie's Group, an opaque and unlisted company, is making exorbitant demands, without any serious grounds whatsoever, in an attempt to force Artprice into declaring a potential liability to its 18,000 shareholder. The apparent objective of this strategy is to deflate Artprice's share price so that the company might become vulnerable to a hostile takeover bid. It should also be said that this is Christie's second attempt at such a manœuvre, and that in their latest writ, there is no mention of their previous failed legal assault on Artprice in 2001.

    More details of Christie's manœuvres in relation to this case are available in our 9 February press release (3 pages clearly describing the unsubstantiated and gratuitous legal action brought by Christie's). In response, Artprice has referred the matter to the competition authorities, with particular reference to Article 420-1 of the French Code of Commerce directed principally at Christie's, but also at Camard, Artcurial, Neret-Minet and Aguttes, for having expressly or tacitly collaborated in an attempt to limit access to the market and the free competition of other companies.

    According to Artprice, the application in 2010 of the French government's transposition of the European Directive concerning online auctions is the principal economic motive that has pushed the above-mentioned parties into taking the actions and committing the offences against which we have decided to take firm legal actions.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, February 14, 2010

    Artprice : CA T4, plaintes contre Christie's, Directive Européenne des enchères électroniques, retour de la croissance à deux chiffres pour 2010.

    CHIFFRE D'AFFAIRES CONSOLIDE 4E TRIMESTRE 2009

    Chiffre d'affaires en Keuros

    4T09

    4T08

    Variation en %

    Internet

    1 453

    1 637

    -11

    Indices et autres prestations

    240

    88

    173

    Edition

    4

    11

    -64

    Télématique

    0

    9

    -100

    Total 4ème Trimestre

    1 697

    1 745

    -3


    CA annuel en Keuros

    2 009

    2 008

    Variation en %

    Internet

    4 357

    5 396

    -19

    Indices et autres prestations

    495

    295

    68

    Edition

    11

    40

    -73

    Télématique

    1

    21

    -95

    Total CA annuel

    4 864

    5 752

    -15

    Le chiffre d'affaires du T4 progresse de 43 % sur le T3. Il est quasi-identique au T4 2008 ; pour rappel, un facteur principal explique cette baisse très provisoire qui est la rupture conventionnelle par décision unilatérale d'Artprice de tous les contrats de partenariats médias et opérateurs Internet (ex.: Boursorama) où Artprice mettait ses banques de données à disposition des sociétés tierces, moyennant rétribution. Ces ruptures ne concernent pas le partenariat avec Google. Cette action impacte pour la dernière fois le CA du 4T mais la clôture de ces contrats intervenue fin 2008 ou début 2009 permet mécaniquement à Artprice de retrouver en direct, sa clientèle avec 100 % du chiffre d'affaires acquis à Artprice au lieu d'une reversion minorée réalisée par le Partenaire au profit d'Artprice. La société Artprice, dans le cadre de la réforme des ventes aux enchères en ligne (Directive Européenne sur les services) se doit juridiquement de contrôler 100 % des flux acheteurs et vendeurs de sa place de marché.

    Artprice : retour de la croissance à deux chiffres pour 2010.

    Pour information, le mois de janvier 2010 est en progression de 15,3 % par rapport à janvier 2009.

    D'autre part, le C.A. T4 2009 est supérieur en C.A. Internet au C.A. T4 2008 Internet de la même période à périmètre égal (hors contrats de partenariat). Artprice confirme renouer, pour 2010, avec une croissance à deux chiffres de son C.A.. L'année 2009 selon thierry Ehrmann "a été principalement impactée par l'attaque DDOS de juin dont des pistes sérieuses émergent (Voir les 3 communiqués officiels des 5, 9 et 30 juin 2009) et la crise du marché de l'Art".

    Artprice attaque au pénal le groupe Christie's et, par ailleurs, saisit les autorités de la Concurrence.

    Suite au communiqué du mardi 9 février 2010, dans lequel Artprice explique en toute transparence le conflit qui l'oppose au groupe Christie's, Artprice confirme avec fermeté déposer plainte au pénal sur le fondement de l'article L.465-2 du code monétaire et financier et accrédite les propos d'Artprice dans le Financial Times du W.E. 14 février 2010. En effet, le groupe Christie's société opaque et non coté, en formulant des demandes exorbitantes sans aucun fondement sérieux, a uniquement pour intention de faire en sorte que les sommes demandées soient prises en compte par Artprice et rendues publiques à ses 18 000 actionnaires pour impacter le cours de Bourse d'Artprice et tenter ainsi, des manœuvres, dont son propriétaire François Pinault est coutumier du fait depuis fort longtemps. Il est vrai aussi, que le groupe Christie's est récidiviste, ayant, dans sa nouvelle demande, soigneusement dissimulé au tribunal avoir déjà conduit contre Artprice en 2001 une poursuite similaire qui s'est soldée par un échec la même année.

    Le détail précis de l'ensemble des agissements du groupe Christie's relevant de ce délit est disponible dans notre communiqué du 9 février 2010. (3 pages qui décrivent avec transparence et précision l'action illégitime de Christie's). De même, Artprice saisit les autorités en charge de la concurrence, notamment au visa de l'article 420-1 du Code de Commerce à l'encontre principal du groupe Christie's, mais également de Camard, Artcurial, Neret-Minet et Aguttes, pour une action concertée, entente expresse ou tacite ou coalition, visant à limiter l'accès au marché ou le libre exercice de la concurrence par d'autres entreprises.
    La concomitance de ces infractions et l'entrée en vigueur de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français pour 2010 constitue le principal enjeu économique entre les parties susnommées.

    Perpectives 2010 : Transposition effective de la Directive Européenne des enchères électroniques en droit français pour 2010.

    Thierry Ehrmann, fondateur et président d'Artprice, confirme que la transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    Pour mémoire : le Sénat a adopté le 28 octobre 2009 la proposition de loi des sénateurs UMP Philippe Marini et Yann Gaillard libéralisant les ventes volontaires aux enchères afin de "donner plus de concurrence" notamment au marché de l'art selon l'AFP. Durant les débats, le Sénat a cité régulièrement Artprice, concernant les différents rapports que notre groupe a fourni pour les travaux parlementaires de la réforme.

    Enfin, l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne du traité de Lisbonne qui prend effet depuis le premier décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et les actions judiciaires d'Artprice face à des actions concertées d'un courant ultra minoritaire que la groupe Christie's incarne…

    Le groupe Christie's avec ses propriétaires François Pinault et Artemis, ainsi que 4 uniques Maisons de Vente dans le monde ont compris que la Directive Services allait permettre aux 3600 Maisons de Ventes concurrentes et 7400 Experts dans le monde d'accéder pour des coûts infiniment inférieurs aux coûts d'intermédiation actuelle (36 à 37,5 % source CVV) aux 1,3 millions de membres Artprice avec sa place de marche normalisée et protégée par le Droit sui generis. La vieille Dame issue de l'ère Victorienne doit assumer la révolution de l'Internet plutôt que de chercher des conflits fictifs et intellectuellement malhonnêtes .

    La place de marché normalisée et protégée d'Artprice au titre de la propriété intellectuelle a donc permis à cette dernière d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prête à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 3600 Maisons de Ventes.

    De surcroît, les Maisons de Ventes de 72 pays, dans le cadre d'accords spécifiques, transmettent à Artprice plus de 71 % de leurs catalogues et données sur notre Intranet Sécurisé (soit 23 % de progression en un semestre). Ce qui traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7400 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa place de marché normalisée.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi-totalité des maisons de ventes dans le monde se rapprochent d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Service, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 millions de membres. Artprice possède le fichier clients qualifié "Fine Art" le plus important au monde. Ses bases de données comportementales clients constituent pour le marché de l'art, les bases de la réussite des ventes aux enchères cataloguées depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIXe siècle.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des Ventes Volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2009, Artprice confirme avoir constatée un volume d'environ 5,85 milliards d'euros d'œuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Evolution du Marché de l'Art au premier semestre 2010.

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme en février 2010, une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art mais aussi en Europe et en Asie. Artprice constate depuis début 2010 une reprise de confiance du marché de l'art et une remontée de la cote des oeuvres, et ce, dès le premier trimestre, avec notamment, le record mondial absolu de Sotheby's avec la vente d'un bronze de Giacometti à Londres.

    Artprice, en ce tout début d'année du Tigre (14 février 2010 / 3 février 2011 selon le calendrier Chinois luni-solaire), fait de la Chine son objectif principal, en résonance à l'exposition universelle de Shanghai 2010, avec une implication très particulière du groupe, car l'histoire du marché de l'Art, au 21 ème siècle, s'inscrit en Chine selon les statistiques et indices d'Artprice. Toute une série de services et bases de données propres au marché de l'Art en Chine seront déployés par Artprice à partir de ce mois-ci. Selon thierry Ehrmann: "la Chine, 3 ème sur le podium à ce jour, dépassera inéluctablement les USA qui sont encore numéro un, à l'horizon 2015".

    Pour simple information, le documentaire d'Artprice http://web.artprice.com/video
    en versions française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne sur l'Alchimie entre Artprice et le marché de l'Art (1987/2010) devient un phénomène sociétal qui a été visionné plus d'1,2 millions de fois en 37 semaines. La version DVD est distribuée dans les principales foires et magazines d'art dans le monde.(Il est aussi disponible gratuitement auprès d'Artprice).

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, February 9, 2010

    Artprice: Christie's makes another vain attempt to take control of Artprice at a lower price…
    With complete transparency, Artprice, represented by its founder Thierry Ehrmann, hereby wishes to inform its 18,000 shareholders and the markets that Christie's Manson and Woods Ltd, Christie's France SAS and Christie's France SNC have launched a civil claim concerning our use of their sales catalogues and corporate identities (which they consider a "brand") and what they call acts of "parasitism" in using the announcements and results of their public sales.

    Despite the complete absence of any serious claim from the point of view of intellectual property rights, Christie's has decided - 48 hours before the closure of the trial court's (first instance) pre-hearing preliminary proceedings (February 2010) and nearly two years after the beginning of the case which has not been subject to a court-ordered appraisal - to raise its claim from 2 million euros to 63 millions euros without any shadow of a new or serious increase in motive.

    It should be said pointed out that Christie's has a previous history of this type of action. In its new demand, Christie's has taken care not to reveal to the court that already in 2001 it launched a similar claim against Artprice concerning its catalogues (Christie's/ SG Archibald vs Artprice /Cabinet Alain Jakubowicz) which ended with Christie's dropping the claim without any concession from Artprice, whose readiness to defend its copyrights in France and the world has already been amply demonstrated.

    At the time, Artprice's principal financial partner was the group headed by Bernard Arnault via Europatweb and Agafin. History is repeating, not by coincidence, just a couple of weeks ahead of the adoption of EU Services Directive 2006/123/CE including the notion of "online auction operators" which France had until 28 December 2009 to apply.

    Artprice therefore wishes to communicate a) the details of the completely unfounded claims against it, and b) to inform the public that as a listed company traded on a regulated market without interruption since 2000, Artprice considers this manœuvre a violation of France's Monetary & Financial Code. By contrast, Christie's an opaque and unlisted company, has all the freedom to act without the constraints of a supervisory authority. This information should therefore be considered as a supplement to the chapter "current litigation" (which already mentions this case) published by Artprice each year in its annual report and its regulated half-yearly report.

    With respect to point (b) above, Artprice is justified in making a counter-claim for damages equal (at the very least) to the unfounded claim launched by Christie's. Artprice's defence is being organised by one of the best literary and artistic property rights specialists in France, Emmanuel Pierrat.

    The auction sales catalogues are not considered as creative works qualifying for copyright protection for the following reasons (amongst others):

    Containing highly summarized and simplified information, the auction sales catalogues are documents destined to provide the public with information that the auctioneers have no liberty with (decree n° 81-255 of 3 March 1981 amended by decree n° 2001-650 of 19 July 2001) as stated quite clearly by the Voluntary Sales Advisory in its practical guide for professionals (Guide Pratique, II, C).

    As it happens, Christie's is perfectly aware that its catalogues cannot qualify for copyright since, like all the other auction companies, it deliberately elects to apply the normal VAT rate to the sale of its catalogues instead of the 5.5% rate which is applied to creative works (Art. 278 bis, 6° of the French General Tax Code).

    In effect, since the French Tax Code gives catalogue publishers the right to opt for the reduced VAT rate in copyright situations or the normal VAT rate where no copyright is applicable, Christie's has knowingly opted for the normal rate and has therefore recognised, despite the extra cost to its clients, that its catalogues are not "creative works".

    This choice is moreover in line with the French government's taxation doctrine which expressly excludes from qualification for the low VAT rate catalogues with no creative content, whose essential purpose is the sale of the products presented and, among such catalogues, it specifically mentions sales catalogues for public auctions (bulletin officiel des impôts n° 82 of 12 May 2005, § 12).

    Christie's has the nerve to claim Artprice is guilty of "parasitism", causing losses in their business of catalogues when , as officially recorded by Artprice's bailiffs, Christie's gives free access to its online sales catalogues, notably in PDF format, without further requirement nor prior registration.

    Moreover, Artprice has detected that these very same catalogues contain information from Artprice's proprietary data sources and econometrics such as indexes, prices and analyses, and has taken measures to have these facts officially recorded. In accordance with its declarations to the independent French National Commission for Information Technology and Civil Liberties (CNIL), Artprice possesses logs of the connections by all its clients such as Auctioneers, Valuers and experts, Art Institutions, Collectors, etc.

    Unlike the auction houses, which just offer visitors to their websites the possibility to download their catalogues, Artprice dissects these catalogues in order to analyse the data within a specific industrial process and then restructures the analysed data into several variable fields constituting Artprice's original databases which are protected by sui generis copyright protection laws.

    The sui generis law (L341-1 et seq. Intellectual Property Code.) was designed in Europe and in French domestic law to protect the substantial investments in databases (financial, material and/or human) that such an enterprise implies. The protection is granted to the producer of the database. It protects against the unauthorised retrieval and re-utilisation of all or a substantial part of the database. Violation of the sui generis law is punishable in the same terms as the crime of forgery. Artprice has regularly taken legal action against non-contractual usage of its databases and intends to exercise its rights in the framework of the case brought by Christie's.

    Artprice then makes these enriched databases available online accompanied by commentaries by its own experts and historians which are protected by the law of 11 March 1957 on Literary and Artistic Property.

    In fact, all the industrial processes involved in "Artprice Catalogs Library ®" are patented and protected by the Agency for the Protection of Programmes (A.P.P). These industrial processes analyse each broken-down page of a sales catalogue that has been reviewed by an Artprice writer. In addition, each of the text fields of the sales catalogue is linked by referential integrities to the different databases which standardise the art market (artist ID, works ID, catalogue raisonné ID, bibliography ID, estimates / econometrics ID etc.).

    This entire unique process is perfectly described in the video entitled Alchemy and the Future of Artprice at http://web.artprice.com/video/

    We might add that since the end of 2007 Artprice has opened a new service relying on its databases: Artprice Images®. This service offers access by lot and by artist to a database of international public sales catalogues from 1700 to the present day for which Artprice pays royalties to the ADAGP (French society for collective management in the visual arts) representing 43 copyright societies in different countries.

    Artprice is one of the ADAGP's best clients in terms of the payment of copyright fees. The international press sees this agreement as a veritable success reconciling respect of copyright law with the globalisation of art market information, ensuring a fair remuneration of the authors, or their beneficiaries, who are members of the ADAGP.

    This innovative legal approach proves that Artprice has always made every effort to comply with copyright laws. Indeed Artprice's approach is regularly cited as exemplary by different government Ministers and it is perfectly in line with the Minister for Culture Frédéric Mitterand's ambition to foster proper enforcement of copyright laws in the internet era.

    The real difference compared with Christie's is that Artprice is the global leader of art market information, owns hundreds of copyright protections under the sui generis law on databases, and continually applies for copyright protection for its commentaries and newsflashes that are distributed to 6,300 media organisations around the world.

    Another particularly surprising aspect of this case is as follows: 3,600 auction houses around the world have been working in complete confidence with Artprice for 23 years and consider rely on Artprice as a vector of market acceleration and as contributing to the credibility of their promotions for public auctions, implemented by artists watch alerts to 1.3 million Artprice subscribers (member log in). Artprice therefore wonders what motives are pushing Christie's, which has not suffered any prejudice, to try to swim against the very clear direction that history is taking?

    Francois Pinault's attempts to portray himself a swashbuckling filibuster have been irrevocably undermined by numerous books and reports in the French and international press. The heavy and lengthy litigation history associated with François Pinault and his Artemis holding company (Executive Life, etc.) that owns Christie's allows a very clear interpretation of the motives behind this latest attack on Artprice.

    Thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice, confirms that the translation into French law of the EU Directive 2006/123/CE on Services, including the notion of online operators of electronic auctions, is perfectly in accordance with the different governmental projects and commissions to which Artprice has already given its support and its data.

    On 28 October 2009, the French Senate adopted a bill proposed by the UMP senators Philippe Marini and Yann Gaillard liberalising voluntary auction sales in order to "foster greater competition, notably to the art market" according to the AFP (Agence France-Presse). During the debate, the Senate made frequent reference to Artprice and the different reports that our group has contributed to the parliamentary work on the reform.

    Lastly, the adoption by the 27 Member States of the European Union of the Treaty of Lisbon that came into force on 1 December 2009, considerably strengthens Artprice's legal and judicial position as well as its economic capacity to defend itself against the sort of ultra-minority protectionist reflexes that Christie's has embarked upon.

    Artprice's standardised and IP protected market place has therefore allowed our company to test and implement its online model since 2004 and to be ready to switch to online auctions, mainly as an operator, for the 3,600 Auction Houses.

    In addition, the auction houses of 72 countries, in the framework of specific agreements, send Artprice more than 68% of their catalogues and data on our Secure Intranet (up 18% in just 6 months). This reflects, better than any other demonstration, the trust and confidence that characterises Artprice's relations with the Auction Houses. Likewise, thanks to Artprice's database on valuers (a large number of whom organise auctions themselves) there are no less than 7,400 key art market players that Artprice is gradually connecting to its standardised marketplace.

    As a result of the global economic and financial crisis, nearly all the auction companies around the world are moving closer to Artprice (which has been working in close collaboration with them since 1987) in order to organise their auctions online as soon as the Directive is adopted, thanks to Artprice's standardised marketplace and its 1.3 million members. Artprice owns the largest "Fine Art" client portfolio in the world. For the art market, these client behaviour databases constitute the basis for the success of catalogued auction sales.

    Christie's and its owners François Pinault and Artemis have understood that the Services Directive will allow the 3,600 auction houses and 7,400 valuers around the world to access Artprice's 1.3 million clients through its standardised marketplace protected by sui generis law at an infinitely smaller cost than the current premium rates (36% to 37.5% - source: CVV). The old lady from the Victorian era should wake up to the internet revolution rather than seeking to engage in bogus conflicts.

    Francois Pinault being also a collector and a patron of the arts, according to his famous and explosive interview in: "The Book of Vanities" p. 32 by Elisabeth Quin, would have real reasons to exchange with Thierry Ehrmann who is also a sculptor and an artist with his Abode of Chaos and his Vanities, on "their religion of art" rather than through their lawyers.

    Source: www.artprice.com ©1987-2010 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/

    Artprice is the world leader in art market information with over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, November 12, 2009

    Artprice : CA T3, adoption de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2010

    CHIFFRE D'AFFAIRES CONSOLIDE 3EME TRIMESTRE 2009 

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    3T09

    3T08

    Variation en %

    Internet

    1 138

    1 293

    -12

    Indices et autres prestations

    42

    46

    -9

    Edition

    4

    17

    -76

    Télématique

    0

    3

    -100

    Total 3ème Trimestre

    1 184

    1 359

    -13

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    2T09

    2T2008

    Variation en %

    Internet

    755

    1 123

    -33

    Indices et autres prestations

    97

    91

    7

    Edition

    2

    6

    -67

    Télématique

    0

    5

    -100

    Total 2emeTrimestre

    (attaque DDOS juin 2009)

    854

    1 225

    -30

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    1T2009

    1T2008

    Variation en %

    Internet

    996

    1 343

    -26

    Indices et autres prestations

    116

    70

    66

    Edition

    5

    6

    -17

    Télématique

    1

    4

    -75

    Total 1er Trimestre

    1 118

    1 423

    -21

    Le chiffre d'affaires du T3 est en légère baisse exceptionnelle de 13 %, pour rappel, un facteur principal explique cette baisse très provisoire qui est la rupture conventionnelle par décision unilatérale d'Artprice de tous les contrats de partenariats médias et opérateurs Internet (ex.: Boursorama) où Artprice mettait ses banques de données à disposition des sociétés tierces, moyennant rétribution. Ces ruptures ne concernent pas le partenariat avec Google. Cette action impacte donc le CA du 3T mais la clôture de ces contrats intervenue fin 2008 ou début 2009 permet mécaniquement à Artprice de retrouver en direct, sa clientèle avec 100 % du chiffre d'affaires acquis à Artprice au lieu d'une reversion minorée réalisée par le Partenaire au profit d'Artprice. La société Artprice, dans le cadre de la réforme des ventes aux enchères en ligne (directive européenne sur les services) se doit juridiquement de contrôler 100 % des flux acheteurs et vendeurs de sa place de marché.

    Pour information, le C.A. T3 est supérieur en C.A. Internet au C.A. Internet de la même période en 2008 à périmètre égal (hors contrats de partenariat ). Ce qui laisse prévoir que Artprice renoue avec la croissance de son C.A. après l'attaque DDOS de juin (Voir les 3 communiqués officiels des 5, 9 et 30 juin 2009) et la crise du marché de l'Art et ce, dès le second semestre 2009.

    Perpectives 2009/2010

    Transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009-2010

    Thierry EHRMANN, fondateur et président d'Artprice, confirme que la transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques est parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    "Le Sénat le 28 octobre 2009 à voté un texte de loi libéralisant les ventes aux enchères.
    Le Sénat a adopté la proposition de loi, des sénateurs UMP Philippe Marini et Yann Gaillard libéralisant les ventes volontaires aux enchères afin de "donner plus de concurrence" notamment au marché de l'art" selon l'AFP. Artprice se félicite de cette loi qui correspondent pleinement à ses attentes. Durant la discussion, le Sénat a cité régulièrement Artprice, concernant les différents rapports que notre groupe a fourni pour les travaux parlementaires de la réforme.

    La proposition de loi, forte d'une quarantaine d'articles très techniques et complexes, répond également à la nécessité de transposer en droit français, d'ici le 28 décembre 2009, la directive européenne "services" dite Bolkestein du 12 décembre 2006, notamment sur les enchères sur Internet d'œuvres d'art (source AFP). La position audacieuse et très libérale de ces lois, satisfait pleinement les propositions d'Artprice.

    Enfin l'adoption par les 27 Etats membres de l'Union Européenne du traité de Lisbonne qui prend effet au 01 décembre 2009, renforce considérablement la position juridique et judiciaire d'Artprice ainsi que ses capacités économiques face à d'éventuels réflexes protectionnistes d'un courant ultra minoritaire…

    La place de marché normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle a donc permis à Artprice d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prêt à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 2900 Maisons de Ventes.

    Pour information, les Maisons de Ventes de 72 pays, dans le cadre d'accords spécifiques, transmettent à Artprice plus de 68 % de leurs catalogues et données sur notre Intranet Sécurisé (soit 18% de progression en un semestre). Ce qui traduit, mieux que toute démonstration, la relation de confiance entre les Maisons de ventes et Artprice. De même, grâce à la base de données d'Artprice sur les experts (dont une grande partie dans le monde font eux mêmes des enchères) ce ne sont pas moins de 7000 acteurs incontournables du marché de l'art qu'Artprice connecte progressivement à sa place de marché normalisée.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 millions de membres.

    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.

    Face aux tensions du marché de l'art, Artprice confirme la tendance du 2T 2009 avec, au 3T 2009, une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande. L'optimisation de la recherche de liquidités pour les vendeurs passe irrémédiablement par la place de marché normalisée d'Artprice.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Dans ce contexte de mondialisation, Artprice plus que quiconque, dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité est au plus tard le 28/12/2009.

    Evolution du Marché de l'Art au second semestre 2009/ Prévision 2010

    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme en octobre 2009, une hausse continuelle de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 90 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art mais aussi en Europe et en Asie. Artprice émet en prévision pour 2010 une reprise en volume du marché de l'art et une remontée de la cote des oeuvres, et ce dès le premier semestre.

    Pour simple information, le documentaire d'Artprice confirme qu'il devient bien un phénomène de société. Ce documentaire en version française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne sur l'Alchimie entre Artprice et le marché de l'Art (1987/2009) devient un phénomène de société qui a été visionné 1 000 242 fois en 23 semaines. La version DVD est désormais distribuée dans les principales foires d'art dans le monde.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, August31, 2009

    Le groupe est constitué de 2 filiales, ARTPRICE USA et LSJE, toutes détenues en totalité par la société consolidante, Artprice.com.

    Le rapport financier semestriel est disponible :

    - sur le site actusnews : http://www.actusnews.com

    - sur le site artprice : http://serveur.serveur.com/Press_Release/2009_communication_financiere.html

    Résultats du premier semestre 2009 :

    • Chiffres clés du premier semestre 2009 

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    1er Semestre 2009

    1er Semestre 2008

    Variation en %

    Internet

    1 767

    2 466

    -28

    Indices et autres prestations

    212

    161

    32

    Télématique

    1

    9

    -89

    Edition

    5

    12

    -58

    Total

    1 985

    2 648

    -25

    Le chiffre d'affaires du deuxième semestre 2009 est en baisse exceptionnelle de 25 %, le facteur principal est la perte de Chiffre d'affaires de la quasi intégralité du mois de juin 2009 suite à l'attaque DDOS dont Artprice a été la cible (cf. communiqués officiels d'Artprice des 5, 9 et 30 juin 2009) . Le résultat net au 30 juin 2009 est de -155 KE contre 330 KE au 30 juin 2008.

    Pour information, la période du 01 juillet 2009 au 15 août 2009 est nettement supérieur, en C.A Internet, au C.A Internet de la même période en 2008 à périmètre égal. (En données brutes non retraitées +48%) Ce qui laisse à penser que Artprice renoue avec la croissance de son C.A. après l'attaque DDOS de juin et la crise du marché de l'Art et ce, dès le second semestre 2009.

    Par ailleurs et pour mémoire, deux autres facteurs expliquent cette baisse très provisoire. Le premier est la rupture conventionnelle par décision unilatérale d'Artprice dans les règles de l'art de tous les contrats de partenariats médias et opérateurs Internet (exemple: Boursorama) en France et à l'internationale où Artprice mettait ses banques de données à disposition des sociétés tierces, moyennant rétribution. Ces ruptures ne concernent pas le partenariat avec Google. Cette action impacte donc le chiffre d'affaires du premier semestre mais la clôture de ces contrats intervenue fin 2008 va permettre mécaniquement à Artprice de retrouver en direct, cette déperdition de sa clientèle au profit du partenaire avec dans ce nouveau cadre, 100 % du chiffre d'affaires acquis à Artprice au lieu d'une reversion réalisée par le Partenaire Internet/média franchisé au profit d'Artprice. La société Artprice, dans le cadre de la réforme des ventes aux enchères en ligne (directive européenne sur les services) se doit juridiquement de contrôler 100 % des flux acheteurs et vendeurs de sa place de marché.

    Dans le cadre du second facteur, la croissance des clients se maintient en positive mais les moyens de paiement sont de plus en plus mensualisés compte tenu de la conjoncture actuelle. Pour information, ces deux facteurs figuraient dans le rapport financier annuel 2008 en chapitre Risques (rapatriement des différentes bases de données Artprice en provenance d'éditeurs et médias Internet ; marché de l'art, cf. pages 23 et 31).

    Sans la baisse exceptionnelle du chiffre d'affaires du premier semestre 2009, l'absorption des charges structurelles aurait été complète d'autant plus que la société a considérablement réduit son poste de charges de personnel, lequel s'élève à 692 KE au 30/06/09 contre 912 KE au 30/06/08, du fait que les Maisons de Ventes, d'un commun accord spécifique, transmettent à Artprice plus de 50 % de leurs données sur notre Intranet Sécurisé.

    Les capitaux propres s'améliorent à 12 468 k€ contre 11 995 k€ pour 2008. Ces résultats confirment la maîtrise des coût d'exploitation. Artprice, en 12 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter le nombre de salariés à 36 personnes au 30 juin 2009, pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images® demeurent inchangées jusqu'à 30 millions d'euros de CA. Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro euro et dispose d'une trésorerie positive.

    Perspectives d'avenir :

    Transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009-2010

    Thierry EHRMANN, fondateur d'Artprice, a confirmé que la transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques était parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions de juillet 2009 auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.
    La position audacieuse et très libérale de ces travaux parlementaires de cet été 2009, satisfait pleinement les propositions d'Artprice.
    La place de marché normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle a donc permis à Artprice d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prêt à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 2900 Maisons de Ventes.
    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 millions de membres.
    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.
    Face à la crise du marché de l'art, Artprice confirme la tendance du 1 T 2009 avec, au 2T 2009, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Dans ce contexte de crise mondiale, Artprice plus que quiconque dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité (au plus tard le 28/12/2009) est accélérée à la demande des autorités de tutelle française et de l'ensemble des acteurs du marché en Europe, compte tenue de la crise mondiale.

    Evolution du Marché de l'Art au second semestre 2009
    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme en Août 2009, une hausse de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 80 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art.

    Artprice mettra en ligne au cours de l'exercice 2009 la banque de données mondiale la plus exhaustive sur les Experts propres au marché de l'Art. De même, elle mettra en ligne la banque de données "Le Catalogue des Catalogues Raisonnés ®" et le site catalogueraisonne.com ®.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF

    Back
    Paris, August 12, 2009


    Artprice : CA T2, transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009
    CHIFFRE D'AFFAIRES CONSOLIDE 2EME TRIMESTRE 2009

    Chiffre d'affaires en En Keuros

    2T2009

    2T2008

    Variation en %

    Internet

    755

    1 123

    -33

    Indices et autres prestations

    97

    91

    7

    Edition

    2

    6

    -67

    Télématique

    0

    5

    -100

    Total 2ème Trimestre

    854

    1 225

    -30


    Chiffre d'affaires en En Keuros

    1er Semestre 2009

    1er Semestre 2008

    Variation en %

    Internet

    1 767

    2 466

    -28

    Indices et autres prestations

    212

    161

    32

    Télématique

    1

    9

    -89

    Edition

    5

    12

    -58

    Total 1er semestre

    1 985

    2 648

    -25

    Le chiffre d'affaires du T2 est en baisse exceptionnelle de 30 %, le facteur principal est la perte de C.A. de la quasi intégralité du mois de juin 09 suite à l'attaque DDOS dont Artprice a été la cible (Voir les 3 communiqués officiels des 5, 9 et 30 juin 2009).

    Pour information, la période du 01 juillet 2009 au 10 août 2009 est nettement supérieur en C.A Internet au C.A Internet de la même période en 2008 à périmètre égal. (En données brutes non retraitées +45%) Ce qui laisse à penser que Artprice renoue avec la croissance de son C.A. après l'attaque DDOS de juin et la crise du marché de l'Art et ce, dès le second semestre 2009.

    Pour rappel, deux autres facteurs expliquent cette baisse très provisoire, le premier est la rupture conventionnelle par décision unilatérale d'Artprice dans les règles de l'art de tous les contrats de partenariats médias et opérateurs Internet (exemple: Boursorama) en France et à l'internationale où Artprice mettait ses banques de données à disposition des sociétés tierces, moyennant rétribution. Ces ruptures ne concernent pas le partenariat avec Google. Cette action impacte donc le chiffre d'affaires du premier semestre mais la clôture de ces contrats intervenue fin 2008 va permettre mécaniquement à Artprice de retrouver en direct, cette déperdition de sa clientèle au profit du partenaire avec dans ce nouveau cadre, 100 % du chiffre d'affaires acquis à Artprice au lieu d'une reversion réalisée par le Partenaire Internet/média franchisé au profit d'Artprice. La société Artprice, dans le cadre de la réforme des ventes aux enchères en ligne (directive européenne sur les services) se doit juridiquement de contrôler 100 % des flux acheteurs et vendeurs de sa place de marché.

    Dans le cadre du second facteur, la croissance des clients se maintient en positive mais les moyens de paiement sont de plus en plus mensualisés compte tenu de la conjoncture actuelle. Pour information, ces deux facteurs figuraient dans le rapport financier annuel 2008 en chapitre Risques (rapatriement des différentes bases de données Artprice en provenance d'éditeurs et médias Internet ; marché de l'art, cf. pages 23 et 31).

    Concernant l'attaque DDOS du 3 juin 2009 qui est désormais terminée, Artprice, par les différentes mesures conservatoires, investigations et expertises, ainsi que les différentes poursuites pénales, a désormais acquis un faisceau de preuves et d'indices qui vont lui permettre de déposer une première plainte avec constitution de partie civile en France et une deuxième plainte aux USA avec Artprice Inc. de par une législation américaine très répressive sur ce type de délits. Ces deux plaintes documentées comporteront des informations techniques précises et témoignages recueillis qui aboutissent à cibler au principal, des opérateurs issus du marché de l'art.

    Cette attaque DDOS est considérée par les experts comme l'une des plus importantes en Europe. Elle est riche d'enseignements en matière de criminalité informatique, d'intelligence économique avec un mode opératoire très abouti, traduisant ainsi une signature particulière de l'organisation criminelle. Cette attaque qui a échoué, notamment par une défense très intrusive d'Artprice, est actuellement modélisée par nos équipes et sera proposée comme une solution novatrice dans un environnement où les grandes compagnies sont de plus en plus victimes de DDOS. (Cf. Twitter et Facebook début Août 2009)

    Transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009-2010
    Thierry EHRMANN, fondateur d'Artprice, a confirmé que la transposition, en droit interne, de la Directive communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères électroniques était parfaitement conforme aux différents travaux parlementaires et commissions de juillet 2009 auxquels Artprice a amené préalablement son concours et ses données.

    La position audacieuse et très libérale de ces travaux parlementaires de cet été 2009, satisfait pleinement les propositions d'Artprice.

    La place de marché normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle a donc permis à Artprice d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prêt à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 2900 Maisons de Ventes.

    Du fait de la crise économique et financière mondiale, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987, pour réaliser, dès l'adoption de la Directive, leurs enchères en ligne grâce à la place de marché normalisée d'Artprice et ses 1,3 millions de membres.

    Au delà de sa place de marché, Artprice possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.

    Face à la crise du marché de l'art, Artprice confirme la tendance du 1 T 2009 avec, au 2T 2009, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    Le modèle de la place de marché normalisée est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1, 3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Dans ce contexte de crise mondiale, Artprice plus que quiconque dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité (au plus tard le 28/12/2009) est accélérée à la demande des autorités de tutelle française et de l'ensemble des acteurs du marché en Europe, compte tenue de la crise mondiale.

    Evolution du Marché de l'Art au second semestre 2009
    Concernant l'évolution du Marché de l'Art face à la crise mondiale, Artprice indique que, grâce à l'AMCI (indice de confiance du marché de l'art en temps réel) l'Art Market Confidence Index qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique, il constate et confirme en Août 2009, une hausse de son indice de confiance sur l'ensemble des pays qui représente 80 % du marché de l'art. Cette confiance se retrouve particulièrement aux USA qui ont été les premiers touchés par la crise du marché de l'Art.

    Le documentaire d'Artprice devient un phénomène de société.
    L'intérêt croissant des clients, actionnaires et Maisons de ventes partenaires d'Artprice se témoigne avec la mise en ligne du documentaire d'Etienne Perrone HD de 23 minutes sur l'Histoire d'Artprice, la révolution du marché de l'art et son avenir. Ce film, désormais en ligne sur http://web.artprice.com/video/ en version française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne, dépasse désormais les 513 000 consultations en 12 semaines. Ces chiffres de consultation, pour un documentaire d'entreprise, sont hors normes et montrent la face non visible d'Artprice. Les 2900 Maisons de ventes et 18 000 principales galeries qui ont reçu le DVD ont produit des témoignages exceptionnels sur le savoir faire et les process d'Artprice depuis 1987.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, June 09, 2009

    Communication n°2 du groupe Artprice sur l'attaque DDOS
    Mardi 9 juin 2009, 13h00

    Comme annoncé précédemment, le groupe Artprice est victime d'une attaque en déni de service distribué (DDOS) depuis le 2 juin 2009 à 23h32. Malgré la continuité de l'attaque avec une croissance exponentielle, et comme mode opératoire l'ensemble des protocoles Internet, Artprice a retrouvé une qualité de service de 97,2% pour ses 1,3 millions de membres. Les moyens mis en oeuvre permettent à Artprice sur des sites miroirs de différents pays, d'une part d'analyser l'organisation criminelle et constater d'autre part la continuité permanente des délits visés entre autres par l'article 323-2 du Code Pénal.

    A ce titre, l'enquête de flagrance se perpétue, compte tenu de la continuité du délit. Les conjonctures d'Artprice sur les possibles commanditaires se constituent progressivement et semblent rejoindre son premier communiqué visant entre autres les parties au paragraphe 2.3 - Faits exceptionnels et litiges du rapport annuel 2008 publié le 30 avril 2009. De même, Artprice a fait notifié par P.V. d'audition à la Gendarmerie la concomitance de cette attaque avec le débat ce même jour sur l'adoption de la Directive Communautaire 2006/123/CE sur les services incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères.

    Des mesures conservatoires par officier ministériel sont prises plusieurs fois par jour. En parallèle, l'analyse de plusieurs milliards de logs permet aux OPJ (Officier de Police Judiciaire) de déterminer les modes de l'attaque, son évolution et les traces chez les opérateurs Télécom dont la conservation des logs leur incombe par la loi LEN (Loi sur l'économie numérique).

    Une deuxième plainte pénale sera certainement déposée par Artprice Inc. (USA) permettant ainsi de bénéficier des mesures coercitives du législateur américain. L'enquête judiciaire en France évolue rapidement avec une bonne cohabitation des différents services judiciaires spécialisés en cyber-criminalité.

    Artprice va être en mesure dans le cadre de sa constitution de partie civile selon le nouveau délai du Code de procédure pénale, d'amener les matériaux nécessaires aux OPJ, puis au Magistrat instructeur pour caractériser les crimes et délits et leurs incriminations pénales respectives. Il est incontestable que la Directive européenne visant notamment les ventes aux enchères en ligne est à l'origine de nombreux conflits judiciaires auxquels Artprice est partie prenante.

    La solution mise en œuvre sur différents pays met en lumière une modalité d'attaque dont les donneurs d'ordre sont susceptibles d'être en France. L'absence de revendication et/ou de rançon, principal mode opératoire des attaques de DDOS sur les majors de l'Internet, confirme le facteur intentionnel de détruire Artprice. Le groupe à travers la richesse qu'il représente en pourcentage dans le marché de l'art mondial par sa place de marché normalisée est à l'origine de beaucoup de convoitises.

    Enfin, selon thierry Ehrmann, fondateur d'Artprice, "la forte culture d'entreprise atypique d'Artprice, l'ensemble de sa direction informatique très pointue sur ce type d'attaque, son encadrement, les salariés et les membres du Conseil, ont permis de mettre en place, malgré une attaque unique dans les annales françaises, une défense très intrusive qui capillarise les réactions de l'organisation criminelle pour l'acculer dans l'enceinte pénale".

    De surcroît, cette attaque menée par une organisation criminelle visant le groupe Artprice et groupe Serveur conforte la pertinence historique d'Artprice et de groupe Serveur (maison-mère) dans l'histoire du marché de l'art et de sa réforme imposée par Bruxelles avec pour date butoir le 31 décembre 2009.

    Artprice réitère et confirme que l'intégrité de ses banques de données, ses plates-formes bancaires externalisées et les données personnelles de sa clientèle ont été et sont intégralement préservées. Il n'est pas exclu qu'au stade de l'enquête un futur communiqué soit délivré par Artprice ou Artprice Inc. pour annoncer, d'une part, l'arrêt de l'action criminelle et des infractions pénales et/ou, d'autre part, la mise en cause explicite d'une ou plusieurs parties ayant mandaté l'organisation criminelle. Un expert et tout sapiteur de son choix va être nommé pour déterminer, pour les deux groupes, l'impact économique résultant de cette démarche intentionnelle.


    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, June 05, 2009

    Press release from Artprice Group
    Friday, June 05, 2009, 2:00 p.m.

    The Artprice group had to face DDOS ( Distributed Denial of Service) intensive attacks on a large scale since June 2nd, 2009 at 11:32 p.m. (CET).
    The DDOS attacks, settled at a rate exceeding hundred thousands of logs per second, aimed at paralyzing the access to the Artprice databases, were focussing exclusively on the Cisco routers.

    However the Artprice firewalls and security systems have efficiently protected all of its databases. Artprice also reported that the attacks did not affect any of the electronic and credit card payment systems as the payment secure platforms are hosted by its banking partners.
    To restore access of its services for its 1.3 million members, all relevant measures either technical, judicial or commercial, were quickly implemented.
    In the past, major IT companies websites worldwide have also been shot down during several days by such similar attacks of this scale.
    Such damages being covered by our insurance policy , a claim for loss was immediately filed with our insurance companies.

    As early as June 3rd in the morning, Artprice also took all legal and filed a claim with the Brigade de Recherche de la Gendarmerie Nationale that immediately carried an investigation based upon criminal offence related to the French Penal Code article 323-2.
    Among other settled measures, affidavit by a bailiff has been drawn up and filed during all the time of the attacks. As well Artprice IT department has saved all the logs and data in the support of the current criminal investigation.

    While the criminal investigation is progressing, Artprice has set up website mirroring around the world to compensate the effect of the DDOS offence
    The Artprice Group and Server group will jointly file a law suit submitted to the examining magistrates of Lyon, France, in respect of the French Code of criminal procedure timetable.

    As a listed company and for full transparency, Artprice has released following relevant excerpts of the discussions during the extraordinary meeting Board of Directors) held on June 4, 2009 at 1:00 p.m. (CET). The minutes' full copy was communicated a few hours later to the AMF departments, to Euronext, to the CPAs and co-CPAs as well as to all the legal authorities in charge of the investigations.


    Extraits du procès verbal des délibérations du conseil d'administration exceptionnel qui s'est tenu le 4 juin 2009 à 13h00 :

    […]

    L'an deux mille neuf,
    Le 4 juin,
    Initialement prévu à 12H00 et reculé à 13h00 suite à la convocation en extrême urgence de l'ensemble des salariés d'Artprice et de Groupe Serveur

    […]

    Le Président explique aux membres du Conseil d'Administration que le service informatique d'Artprice a détecté à partir de 23 heures 32 le 2 juin 2009 une grave entrave à l'ensemble du fonctionnement du système informatique du groupe Artprice et du groupe Serveur. Dès 23h50, les premiers ingénieurs d'astreinte assistés de thierry EHRMANN ont procédé à toutes les diligences nécessaires et lancé les procédures de ticket d'incident auprès des opérateurs télécom opérant sur les fibres optiques propriétés d'Artprice et Groupe Serveur.

    Depuis, ces attaques se sont poursuivies de manière continue et se sont même largement aggravées depuis hier en fin d'après-midi.

    Le Président indique qu'il a été auditionné [à sa demande] dès le 3 juin 2009 au matin, pendant plusieurs heures, par la brigade de recherches de Lyon qui a ouvert, en conséquence, une enquête de flagrance pour délit d'entrave au fonctionnement d'un système informatique du Groupe Artprice. Le Président lit point par point ledit P.V. qui est annexé également au présent P.V. (3 pages).

    Ce P.V. d'audition, réalisé en enquête de flagrance (vu les articles 16 à 19 et 53 à 67 du CPP), constitue la matière première de l'enquête judiciaire. Il a été remis aux O.P.J. de la gendarmerie [une extraction partielle constituée de] 25 000 000 de lignes de logs produits par l'organisation criminel provenant de plus de 80 pays. A la demande des enquêteurs judiciaires de la gendarmerie, des extractions et requêtes sur les RIPE du monde entier ont été effectuées dans les règles de l'art. De même, des programmes sous MySQL ont permis de modéliser le morphisme de l'attaque. Tous ces matériaux ont fait l'objet de scellés judiciaires remis à la gendarmerie qui est restée sur place toute la journée jusqu'à 20h.

    Concernant les questions des enquêteurs sur les personnes morales ou physiques susceptibles d'attaquer les intérêts d'Artprice et/ou Groupe Serveur, le Président précise qu'il fera rajouter dans les prochains P.V. d'audition de gendarmerie, le groupe […] ainsi que le groupe […] contre lequel, là aussi Groupe Serveur, d'une part, et Artprice, d'autre part, ont un contentieux judiciaire en qualité de demandeur.

    [D'autre part Artprice rappelle qu'il y a lieu de se reporter au paragraphe 2.3 - Faits exceptionnels et litiges du rapport annuel 2008 publié le 30 avril 2009 disponible en ligne sur www.Actusnews.com, pour connaître les litiges en cours susceptibles d'interférer avec l'enquête judiciaire. De même, Artprice a fait notifié par P.V. d'audition à la Gendarmerie la concomitance de cette attaque avec le débat ce même jour sur l'adoption de la Directive Communautaire 2006/123/CE sur les services votée le 12 août 2006 incluant la notion d'opérateur en ligne pour les ventes aux enchères.]

    Le Président indique que, depuis la nuit dernière, les attaques informatiques se sont multipliées par 5000 % et constituent, selon les experts consultés […] une des attaques les plus importantes jamais réalisée en France […]. Le nombre de requête/seconde est supérieur à 100 000 et utilise désormais l'ensemble des protocoles connus des experts sur Internet. […] Des tickets d'incident sont effectués régulièrement auprès des opérateurs Télécoms, Me […], huissier de justice […], dresse un constat toutes les heures des carences de l'ensemble des services.

    […]

    Il est à noter que cette infraction, dont l'incrimination pénale est certaine, se matérialise, entre autres, en droit français par l'article 323-2 du code pénal qui définit exactement l'attaque mondiale dont est victime les centaines de serveurs de la société Artprice.

    [Artprice note la nécessité d'une communication rapide aux marchés financiers après avoir sollicité l'AMF et Euronext]

    Selon les services spécialisés de la gendarmerie nationale, une telle attaque n'avait manifestement jamais eu lieu sur le territoire français. Le Président tient à préciser qu'il a eu au téléphone différents services, centralisés à Paris, de la Gendarmerie qui ont démontré une compétence exceptionnelle.

    Tous les moyens internes au groupe Artprice ainsi que le groupe Serveur ont été mis immédiatement en service pour lutter contre ces attaques. Il a été demandé aux Ingénieurs Réseaux et Systèmes de bien vouloir accepter de suspendre tout RTT ou congé.

    De même, le Président a donné son accord pour engager tout expert ou sapiteur français ou international tant pour les mesures conservatoires des crimes et délits que pour mettre en place une solution à cette attaque. Le Président rappelle que le déni de service dénommé DDOS (Distributed Denial of Service attack) est arrivé à paralyser pendant des jours entiers des groupes comme […] selon le rapport des experts. […]

    Le Président indique que Groupe Serveur, SAS au capital de 93 millions € et inscrit au RCS de Lyon sous le numéro 408 369 270, est victime des mêmes agissements. D'ores et déjà les deux groupes, après accord du présent Conseil pour Artprice, décident de se constituer partie civile devant le Doyen des juges d'instruction, avec vraisemblablement les principaux actionnaires d'Artprice, selon les nouveaux délais prévus par le code de procédure pénale.

    Les principaux collaborateurs ont été réunis ce matin afin de faire le point sur la situation et savoir quelles démarches il convenait d'entamer pour remédier à ces attaques.

    Une réunion vient d'être organisée avec les salariés afin de leurs expliquer la situation, les conséquences et la position à adopter.

    Ce matin, les attaques se poursuivant de plus belles le présent Conseil a été réuni de manière extraordinaire et de façon urgente.

    Une discussion intervient alors entre les membres du conseil, au cours de laquelle le Président fournit toutes explications utiles.

    DECISIONS A PRENDRE DU FAIT DE CES ATTAQUES

    Le Président propose aux membres du Conseil d'Administration, au regard de la situation actuelle et consécutive à ses attaques de :

    Faire une déclaration de sinistre auprès de notre assureur,
    Informer l'AMF, Euronext, nos Commissaires aux comptes, le Procureur de la République, et notre avocat, Me […], de la situation […].

    Une discussion intervient alors entre les membres du conseil et le Président.

    Après en avoir délibéré, le Conseil, à l'unanimité, autorise les décisions qui viennent de lui être présentées.

    POUVOIR

    Les membres du conseil d'administration donnent tous pouvoirs au Président afin d'exécuter les présentes décisions et d'accomplir pour ce faire toutes les démarches et les formalités nécessaires.

    L'ordre du jour étant épuisé et personne ne demandant plus la parole, le Président déclare la séance levée.

    De tout ce que dessus, il a été dressé le présent procès-verbal qui, après lecture, a été signé par le Président et un Administrateur au moins.

    […]


    Légende :

    […] suppressions
    [ajouts]


    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, May 14, 2009

    Artprice : CA T1, transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009

    Chiffre d'affaires en Keuros 1T2009 1T2008 Variation en %
    Internet 996 1 343 -26
    Indices et autres prestations 116 70 66
    Edition 5 6 -17
    Télématique 1 4 -75
    Total 1er Trimestre 1 118 1 423 -21

    Le chiffre d'affaires du T1 est en baisse de 21 %, deux facteurs expliquent cette baisse provisoire, le premier est la rupture conventionnelle par décision unilatérale d'Artprice dans les règles de l'art de tous les contrats de partenariats médias et opérateurs Internet (exemple: Boursorama) en France et à l'internationale où Artprice mettait ses banques de données à disposition des sociétés tierces, moyennant rétribution. Ces ruptures ne concernent pas le partenariat avec Google. Cette action impacte donc le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2009 mais la clôture de ces contrats intervenue fin 2008 va permettre mécaniquement à Artprice de retrouver en direct, cette déperdition de sa clientèle au profit du partenaire (jusqu'à la fin 2008) dans les trimestres suivants, avec dans ce nouveau cadre, 100 % du chiffre d'affaires acquis à Artprice au lieu d'une reversion réalisée par le Partenaire Internet/média franchisé au profit d'Artprice.

    La société Artprice, dans le cadre de la réforme des ventes aux enchères en ligne (directive européenne sur les services) se doit juridiquement de contrôler 100 % des flux acheteurs et vendeurs de sa place de marché. Dans le cadre du second facteur, la croissance des clients se maintient en positive mais les moyens de paiement sont de plus en plus mensualisés compte tenu de la conjoncture actuelle. Pour information, ces deux facteurs figuraient dans le rapport financier annuel 2008 en chapitre Risques (rapatriement des différentes bases de données Artprice en provenance d'éditeurs et médias Internet ; marché de l'art, cf. pages 23 et 31).

    Transposition de la directive européenne des enchères électroniques en droit français et perspectives 2009

    Pour analyser la position française, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est l'équivalent de l'A.M.F. pour le marché de l'art) dans son nouveau rapport publié à la Documentation Française ce mois de mai 2009 "Pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur". La phrase d'introduction du Conseil des Ventes Volontaires résume bien la position : "le Réseau Internet a été fait pour les Ventes aux Enchères publiques, il constitue, pour les besoins de l'organisation et la réalisation des Ventes aux Enchères, une vaste salle de ventes modulable et extensible à l'infini".

    Les "principes de labellisation" pour être "opérateur d'enchères" sont précisément les statuts juridiques défendus par Artprice, notamment dans le principe de responsabilité vis à vis de l'enchère électronique (annexe 4 du Rapport Documentation Française ).

    De même, "le cahier des charges et clauses techniques" pages 235 et suivantes sont conformes aux attentes d'Artprice. La stratégie d'Artprice, d'avoir intégré ses propres salles machines et son développement en interne, est le choix qui s'impose à la lecture des documents notamment par la maîtrise de l'écriture de son propre ERP (ERP ou PGI, Progiciel de gestion intégré). Le C.V.V. confirme ce que Thierry EHRMANN, P.D.G fondateur d'Artprice, a toujours défendu, à savoir que "la dématérialisation des enchères s'est réalisée il y a 30 ans par le téléphone" et que "l'Internet n'est qu'une continuité naturelle". Le CVV confirme ce chiffre en indiquant que "80 % des ventes d'art se font aujourd'hui par téléphone" et basculeront, bien évidemment, sur Internet dès l'application de la Directive Européenne". D'un point de vue subsidiaire, Artprice constate que de nombreuses sociétés, comme Artnet.fr, sont visées comme site de ventes aux enchères non agréé correspondant au champ légal des SVV (annexe 3 p 225 du Rapport Documentation Française). Ceci conforte la position de prudence et de loyauté qu'Artprice a toujours adopté dans sa démarche.

    La place de marché normalisée et protégée au titre de la propriété intellectuelle a donc permis à Artprice d'asseoir son modèle depuis 2004, et d'être prêt à basculer en enchères en ligne, principalement comme opérateur pour les 2900 Maisons de Ventes avec lesquelles Artprice travaille en étroite collaboration depuis 1987.

    Cette période de crise entraîne des restrictions budgétaires qui poussent les quelques dernières Maisons de Ventes hésitantes à s'allier à Artprice, qui au delà de sa place de marché, possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client (conservation des logs de comportements clients en accord avec les directives) est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.

    L'intérêt croissant des clients, actionnaires et Maisons de ventes partenaires d'Artprice s'est témoigné ce mois-ci où a été mis en ligne le documentaire d'Etienne Perrone HD de 23 minutes sur l'Histoire d'Artprice, la révolution du marché de l'art et son avenir. Ce film, désormais en ligne http://web.artprice.com/video/ (ou en téléchargement) en version française, anglaise, chinoise, allemande, espagnole et italienne, a dépassé les 145 000 consultations en 3 semaines. Ces chiffres de consultation pour un documentaire d'entreprise sont exceptionnels.

    Artprice constate, depuis le début avril 2009, face à une correction attendue sur le marché de l'art qui a été naturellement impactée par la crise financière et la récession économique mondiale, une hausse de son indice de confiance du marché de l'art en temps réel l'Art Market Confidence Index (AMCI©) qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique.

    Face à la crise du marché de l'art, Artprice confirme la tendance du 4 t 2008 avec, en 2009, à savoir une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    On peut légitimement considérer que la crise du marché de l'art est une opportunité de très forte croissance pour Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants. La place de marché normalisée d'Artprice répond exactement à ces quatre points. Artprice avec son modèle de quasi-gratuité pour sa place de marché absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré.

    Le modèle de la place de marché normalisée d'Artprice (protégée au titre de la propriété intellectuelle) est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, "l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art". En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Dans ce contexte de crise mondiale, Artprice plus que quiconque dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs (qui se situent selon la C.V.V entre 36 à 37,5 %). Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité (au plus tard le 28/12/2009) est accélérée à la demande des autorités de tutelle française et de l'ensemble des acteurs du marché en Europe, compte tenu de la crise mondiale.

    Pour information, le texte voté par la commission des lois est désormais le texte débattu en séance publique, probablement le 2 ou 3 juin 2009, selon les rapporteurs.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, April 30, 2009

    Artprice.com Résultats 2008 : Progression du RN de 467% et CA +9% et perspectives 2009
    L'exercice 2008, pour les comptes consolidés, est marqué par une forte progression du résultat net de 467% qui s'élève à 960 kEuros contre 171 kEuros au 31/12/2007 et du résultat opérationnel en augmentation de 319% sur 2008 soit 850 kEuros contre 203 kEuros en 2007.

    Au 31/12/2008, pour les comptes sociaux, Artprice dégage un résultat bénéficiaire en très forte hausse à 551 KE contre - 42 KE au 31/12/2007, avec un résultat d'exploitation de
    930 KE.

    Les capitaux propres s'améliorent à 12 618 kEuros contre 11 958 kEuros. Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation. Artprice, en 12 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne de 41 personnes en 2009 pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images® demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de CA. Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire nulle et dispose d'une trésorerie conséquente. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 5 689 kEuros contre 5 238 kEuros pour l'exercice précédent soit une progression de 9 %.

    Le rapport financier annuel 2008, le rapport spécial du président sur le contrôle interne, le rapport des commissaires aux comptes sur le rapport spécial du président sur le contrôle interne et le tableau des honoraires des commissaires aux comptes pour l'exercice 2008 est disponible à l'adresse suivante :
    http://serveur.serveur.com/Press_Release/2009_pdf/Arprice-Rapport-Financier-Annuel-2008.pdf
    http://www.actusnews.com

    Ce résultat est obtenu alors que les dépenses importantes engagées au cours de l'exercice pour le lancement de la nouvelle banque de données, Artprice Images® a été maintenue intégralement en charges (postes de charges de personnel et charges externes) et impacte donc les comptes de l'exercice 2008. Ces charges exceptionnelles, ayant permis de multiplier par un facteur 45 le volume des banques de données d'Artprice, prennent fin dans leur majorité sur le premier semestre 2009.

    Artprice, afin d'accroître sa masse d'abonnés, compte-tenu de la pire crise financière et économique que le monde a connu depuis 1945 (Sources : FMI, OCDE…) a persisté toute l'année 2008, en partenariat avec Paypal et les opérateurs bancaires, à proposer des abonnements mensuels à durée indéterminée. Cette option marketing améliore fortement les taux de renouvellement de ses clients. Le chiffre d'affaires de l'année 2008 en croissance de 9% par rapport à l'année 2007 prend en compte le modèle de quasi gratuité mis en place spécifiquement pour la place de marché normalisée afin d'absorber progressivement le marché mondial des ventes de gré à gré ainsi que l'impact de l'abonnement payé mensuellement.

    Perspectives 2009
    Face à la crise du marché de l'art, Artprice constate depuis mi 2008 avec une tendance renforcée début 2009 une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    On peut logiquement considérer que la crise du marché de l'art est une opportunité de forte croissance pour la place de marché Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants. La place de marché normalisée d'Artprice répond exactement à ces quatre points. Artprice avec son modèle de quasi-gratuité pour sa place de marché absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré.

    Le modèle de la place de marché normalisée d'Artprice (protégée au titre de la propriété intellectuelle) est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du "Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques", l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art. En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera d'aucune manière le résultat 2009.

    Dans ce contexte de crise mondiale, Artprice plus que quiconque dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs. Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité (au plus tard le 28/12/2009) est accélérée à la demande des autorités de tutelle française et de l'ensemble des acteurs du marché en Europe, compte tenue de la crise mondiale.

    Pour analyser la position française, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est l'équivalent de l'A.M.F. pour le marché de l'art) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la directive services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.). Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice.

    Le C.V.V. "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition de janvier 2008 dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur. Toujours selon le C.V.V., la marge d'intermédiation moyenne en matière d'art incluant frais vendeur et frais acheteur se situe de 36 à 37.5 % ce qui laisse, selon Artprice, une marge de manœuvre considérable pour une intermédiation issue d'une place de marché normalisée électronique. De même, le C.V.V. note que les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde, ce qui, là aussi, conforte Artprice qui à vocation à devenir la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 2900 Maisons de Ventes avec lesquelles Artprice travaille depuis 1987 avec Internet. En 2009, Artprice est prêt à déployer après l'adoption de la Directive Services, les enchères en ligne sur iPhone d'Apple et Android de Google qui constitueront, selon thierry Ehrmann, "le relais de croissance de l'Internet, en effet, après le premier milliard d'internautes arrivés par le PC, les deux prochains arriveront par le mobile".

    Cette période de crise majeure entraîne des restrictions budgétaires qui poussent les quelques dernières Maisons de Ventes internationales, hésitantes à s'allier à Artprice, qui au delà de sa place de marché, possède le fichier client qualifié" fine art" le plus important au monde. Ce fichier client est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'art en Europe au début du XIX siècle.

    Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Discover Artprice: http://web.artprice.com/video/
    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, April 21, 2009

    Artprice puts the Etienne Perrone documentary online: "Artprice or the art market revolution"
    This 23-minute documentary in HD format describes the extraordinary human adventure of the birth in France of the world leader in art market information, Artprice, which grew out of a twenty year search for perfection in a global quest to make an Alexandrian library available to the world on Internet. Today Artprice owns 360,000 books, documents and art manuscripts dating back to the 17th century. Referring to the documentary, Thierry Ehrmann said "Film-maker Etienne Perrone has captured the real added-value that Artprice has contributed to Art history. No other company in the world has given itself the objective of standardising the art market". This documentary shows the hundreds of thousands of work-hours by historians and scientists who year after year enrich the largest art market database in the world. Artprice, according to its founder, "is only at 10% of its history". The film was made in collaboration with the managers and personnel that have constituted Artprice and Groupe Serveur every day since 1987".

    To watch this documentary, follow this link:
    http://web.artprice.com/video

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, April 3, 2009

    Artprice: Art Market Trends 2008
    According to Thierry Ehrmann, Artprice's founder, "art market history will remember 2008 as a turning point, switching from speculative euphoria to sharp contraction. The multi-million dollar sales of the spring gave way to extreme buyer wariness in the autumn as the art market fell victim to the spreading global economic and financial crisis. Exactly when and why did the meltdown occur? Artprice's annual art market report for 2008 answers these questions and provides valuable insights into likely developments through 2009".

    Artprice publishes its exclusive art market report distributed to over 6,300 media organisations and international institutions every year. Based on roughly 5.4 million auction results from approximately 2,900 auctioneers, the annual report "Art Market Trends 2008" contains 39 pages of micro- and macro-economic analyses, focusing on individual sales and general price evolutions in all segments of the market. Edited by ArtMarketInsight (Artprice's press agency) in collaboration with Artprice's Econometrics team, the report also contains a number of original rankings such as the year's TOP 500 artists by sales revenue and TOP 100 highest hammer prices.

    After seven consecutive years of price inflation, the art market buckled under the weight of the systemic crisis at the end of 2008. The combined impact on the art market of the financial and economic crises was particularly felt in the Unites States and on the market's most volatile segment, contemporary art. The rapid price inflation on so-called 'emerging' art markets also seems to have come to a dead halt and the first half of 2009 will be an interesting test of confidence for Russian, Asian, Turkish and Indian collectors, amongst others.

    Download the entire document in PDF format (free of charge)
    http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2008_en.pdf

    Contents

    · From peak to trough
    · Black October and auction failures
    · Volatility of Contemporary art prices
    · The United States in crisis
    · London: new capital of the Fine Art market
    · Christie's and Sotheby's
    · Art Market Confidence Index
    · The TOP 10 artists
    · Top 100 hammer price 2008
    · Top 500 Artprice 2008 Artists ranked by auction turnover

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, March 25, 2009

    Artprice now on iPhone and soon to be on Android
    The realm of the services provided by Artprice, the world leader in art market information, is particularly suited for mobile applications. As of today, Artprice launches a series of free or not services accessible to its 1.3 million members as well as to any iPhone® user in the world.

    From now on, our users can go to http://web.artprice.com/iphone/ to discover Artprice's new iPhone applications. Through their iPhone, our users get a free access to the latest worldwide art market information and load at once all of the 20 latest articles published by Artprice's press agency -ArtMarketInsight.com- that has established itself as a reference serving information to more than 6,300 international audio and written press agencies.

    The uploaded information will remain available for users to view wherever they are and whenever they need it, even offline.

    Any iPhone user will have the possibility to access all of Artprice's services: art auction and indices databases with over 25 million indices and auction records covering 405,000 artists, the images database with 5 million high definition images of the art works, the world's 1st market place for buying and selling art and the whole realm of Artprice's services, accessible with a subscription or for free.

    For a fast access to Artprice's application from their Home Screen, iPhone users can add Artprice's logo to their Home Screen.

    Artprice will shortly be present on Google's Android® through different phone service providers and phone manufacturers. " PC's have brought the 1st billion of Internet users, the next 2 billions will be brought by mobile phones", stated thierry Ehrmann. The main issue for Artprice's clientele is now to have an immediate access to information wherever they are at the very moment they need to make a decision about buying or selling art.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, February 24, 2009

    Artprice : Vente Bergé-Saint Laurent, le Marché de l'Art résiste à la crise !

    Pierre Bergé & Yves Saint Laurent : une réussite majeure à un Picasso près…

    Au moment où Wall Street enregistrait son plus bas depuis 12 ans le 23 février 2009 (S&P 500 à 742,35 points), l'intention d'achat des acteurs du marché de l'art était au plus haut (70,8% selon l'AMCI d'Artprice) et le premier volet de la dispersion Bergé & YSL chez Christie's signait le record mondial pour une collection privée : 182 M€ enregistrés pour des oeuvres impressionnistes et modernes. Ce résultat écrase le précédent record de la collection Victor et Sally Ganz dispersée pour 163,6M€ en 1997 (Christie's NY).

    Au terme de la soirée du 23 février 2009, Christie's frappait de nouveaux records pour les plus grands maîtres de l'art moderne avec Les Coucous d'Henri Matisse, toile emporté pour 32 M€, la sculpture Madame L.R. par Constantin Brancusi à 26 M€ (6 millions au-dessus de l'estimation), le ready-made historique Belle haleine-Eau de voilette de Marcel Duchamp explosant son estimation pour une enchère finale de 7,9 millions d'euros (l'oeuvre était sous-estimée à 1,5M€), la Composition avec bleu, rouge, jaune et noir de Piet Mondrian envolée à 19,2 M€ et Le Désespoir de Pierrot de James Ensor adjugé 4,4M€.

    Les collectionneurs se sont battus contre l'état français qui à préempté des oeuvres de Giorgio de Chirico (Ritornante pour le Musée d'Orsay), d'Edouard Vuillard (Les Lilas) et de James Ensor (Au conservatoire). Montant de la facture pour l'état : 10,6 M€ hors frais.

    Le lot vedette, un superbe Picasso cubiste intitulé : Instruments de musique sur un guéridon, estimé entre 25 et 30 millions d'euros par Christie's n'a pas atteint le prix de réserve et reste en possession de Pierre Bergé.

    Selon thierry Ehrmann, président d'Artprice, "alors que les Bourses mondiales touchaient hier soir un plus bas depuis 12 ans, cette vente exceptionnelle fait la démonstration que le Marché de l'Art reste un placement de confiance face à la crise financière et la récession économique mondiales".

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library comprising 290,000 auction catalogues and reference works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, February 23, 2009

    Artprice: Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent sale - the big event of the year
    For at least six months, the sale of the Pierre Bergé and Yves Saint Laurent collection has been the focus of much media attention, described as the "sale of the century". At a time when The Art Market Confidence Index (AMCI) was firmly in the red, the means allocated to the sale of some 691 lots are commensurate with the works being presented: exceptional. According to thierry Ehrmann, Artprice chairman and founder, "this milestone sale might keep France in its 4th position of the art revenue ranking." (Rank #1: USA, #2 United Kingdom, #3 China, #5 Germany - Source: Art Market Trends 2007).

    Pierre Bergé has chosen Christie's to officiate and the Grand Palais de Paris as the stage for this prestigious sale. Under the monumental glass dome, this auction marathon will last three days (from 23 to 25 February 2009) with pieces from the Far-East, others dating back to Antiquity, numerous sculptures and works of art, works in gold and silver, enamels from the 16th century, drawings from the 19th century, works signed by the major names in Art Deco and numerous Old and Modern masterpieces. Some signatures seldom seen at public auctions will be offered including Ingres, Franz Hals, Jacques-Louis David and Géricault. Among the five Théodore GÉRICAULT works on offer is one of the most famous double portraits in the entire history of painting: that of Alfred and Elisabeth Dedreux. Christie's is expecting €6m for this work, a figure that would refresh the previous Géricault record held since 1989 by Portrait de Laure Bro, née de Comères which fetched €4.9m at Sotheby's in Monaco.

    In the Modern Art category, there is a whole series of star names: Giacometti, Juan Gris, Vuillard, Paul Klee, Henri Toulouse-Lautrec, Amedeo Modigliani, Edward Munch, Odilon Redon, the Douanier Rousseau, Seurat, Manet, Gustav Klimt, and more. The collection contains some truly historic pieces including an oak wood sculpture by Constantin BRANCUSI entitled Madame L.R. (Portrait de Mme L.R.). This rarity could well fetch more than Brancusi's current record for Oiseau dans l'espace ($24.5m in 2005 at Christie's) if it reaches its high estimate of €20m. Before it joined the Bergé / Saint Laurent collection (where Pierre Bergé like to show it alongside a Sénoufo sculpture), Madame L.R. belonged to Fernand Léger. Apart from its artistic qualities, the ownership background of this piece is an undoubted bonus. No less than six works by Fernand LÉGER will be offered for sale, including the impressive painting La tasse de thé, a hymn to 1921 modernity. Should the work reach its €15m target, it will be among the artist's four most expensive hammer prices. The art market, which rarely sees Piet MONDRIAAN paintings at auctions nowadays, will be offered three "neoplastic" Compositions by the artist on the same day (estimated at between €5m and €10m). The paintings are large formats. Nothing larger than 50 cm has been seen at auction for five years. The most recently sold large format Mondrian painting, New York, Boogie Woogie (95.2 x 92 cm) fetched $18.75m (€14.6m) at Sotheby's NY in 2004. Christie's expects to generate even more from a superb cubist work by Pablo PICASSO, Musical Instruments on a Pedestal Table (estimated at €25m to €30m).

    Pierre Bergé and Yves Saint Laurent did not collect works of contemporary art, preferring to focus on historical works that represent the opening of the 20th century to contemporary art. One such work is Belle haleine - Eau de voilette, a ready-made bottle on which Marcel DUCHAMP appears dressed up as Rrose Sélavy from a photograph by Man Ray. This emblematic work is estimated at €1m to 1.5m.

    In this turbulent period for the art market in which auctioneers have adopted prudent sales strategies at the major sales since the beginning of 2009 by minimising the number of lots offered, this sale represents a clear exception: the superb works on offer - with the cachet of their prestigious origin - will reach peak prices. As long as pieces are considered "major", the crisis does not appear to be preventing new records from being set. This was the case, for example, of Petite danseuse de quatorze ans by Edgar DEGAS, which fetched £11.8m on 3 February 2009 at Sotheby's (€13.2m), setting a new record for a sculpture by that artist.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library comprising 290,000 auction catalogues and reference works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, February 9, 2009

    Artprice : CA T4 en progression de 8%, perpectives 2009

    Chiffre d'affaires en Keuros

    4T2008

    4T2007

    Variation en %

    Internet

    1 637

    1 571

    4

    Indices et autres prestations

    88

    17

    418

    Edition

    11

    27

    -59

    Télématique

    9

    4

    125

    Total 4ème Trimestre

    1 745

    1 619

    +8


    Chiffre d'affaires en Keuros

    2 008

    2 007

    Variation en %

    Internet

    5 396

    5 066

    7

    Indices et autres prestations

    295

    170

    74

    Edition

    40

    90

    -56

    Télématique

    21

    22

    -5

    Total

    5 752

    5 348

    +8

    Le chiffre d'affaires T4 progresse de 8% et prend en compte le modèle de quasi gratuité mis en place spécifiquement pour la place de marché normalisée ainsi que l'impact de l'abonnement payé mensuellement.

    Artprice constate une hausse de son CA au 4 ème trimestre face à une correction attendue sur le marché de l'art qui a été naturellement impactée par la crise financière et la récession économique mondiales dont Artprice s'est fait l'écho, notamment par son indice de confiance du marché de l'art en temps réel l'Art Market Confidence Index (AMCI©) qui fait désormais référence dans le marché de l'art et la presse économique.

    Perspectives 2009
    Artprice au vue du lancement de My Art Collection en janvier 2009, le premier service de gestion gratuit et confidentiel d'un portefeuille d'oeuvres d'art ambitionne sur 2009/2010 de détenir 180 000 portefeuilles de collection d'art (valeur moyenne 450 Keuros). Ce service unique permet de suivre l'évolution globale d'un portefeuille d'oeuvres avec une revalorisation régulière pour chacune des oeuvres qui le composent par les indices et algorithmes d'Artprice. D'ores et déjà mis à disposition des 1 300 000 membres d'Artprice, My Art Collection va permettre à Artprice de capter un nouveau segment de clientèle, habituée au family office et private banking avec toute une gamme de services à forte valeur ajoutée proposés par des partenaires pour leur collection. (Assurance, transport, sécurisation des données de la collection en cas de vol, prêts sur gage, ..)

    Artprice annoncera ce premier trimestre un accord clé en Asie du sud-est pour accélérer sa pénétration du marché asiatique et notamment chinois.

    Face à la crise du marché de l'art, Artprice constate depuis mi 2008 avec une tendance renforcée début 2009 une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa place de marché normalisée, avec une accélération des achats-ventes. L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

    On peut légitimement considérer que la crise du marché de l'art est une opportunité de très forte croissance pour Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants. La place de marché normalisée d'Artprice répond exactement à ces quatre points. Artprice avec son modèle de quasi-gratuité pour sa place de marché absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré.

    Le modèle de la place de marché normalisée d'Artprice (protégée au titre de la propriété intellectuelle) est désormais éprouvé et validé par le marché de l'Art notamment en période de crise majeure. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le rapport d'activité 2005 du "Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques", l'offre sur Artprice était de 1,3 milliard d'euros d'oeuvres d'art. En 2006, l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'art. En 2007, l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'art. Pour 2008, Artprice confirme avoir dépassé un volume proche des 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de vente estimé de l'ordre du tiers sur lesquelles Artprice n'est pas encore commissionnée ; pour autant, cette très forte croissance du flux d'oeuvres d'art n'est pas génératrice de charges nouvelles et n'impactera pas le résultat 2009.

    Dans ce contexte de crise mondiale, Artprice plus que quiconque dispose de tous les atouts pour offrir aux maisons de ventes leurs migrations intégrales sur Internet en accélérant leurs ventes et en effondrant les frais acheteurs/vendeurs. Artprice est donc prêt aux enchères en ligne conformément aux directives européennes (2006/123/CE sur les services votées le 12.12.06) sur la réforme des ventes aux enchères en Europe où le calendrier de mise en conformité (au plus tard le 28/12/2009) est accélérée à la demande des autorités de tutelle française et de l'ensemble des acteurs du marché en Europe, compte tenue de la crise mondiale.

    Pour analyser la position française, il est nécessaire de lire les conclusions de l'Autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères publiques (l'Autorité de régulation qui est dénommée Conseil des Ventes Volontaires, ou C.V.V., est l'équivalent de l'A.M.F. pour le marché de l'art) dans son rapport publié à la Documentation Française.

    Le C.V.V. déclare dans ses conclusions en recommandation : "la directive services est un effet d'aubaine qu'on ne retrouvera pas de sitôt pour réformer en profondeur le régime de la loi de 2000" sur la première réforme des ventes aux enchères. Toujours d'après le Conseil des Ventes Volontaires, "ce serait une erreur de se borner à une transposition a minima, modifiant à la marge tel ou tel article de la loi de 2000 pour ne pas tomber sous le coup d'un "avis motivé" de la Commission pour infraction "manifeste", puis d'une condamnation par la CJCE"(page 47 Documentation Française C.V.V.). Enfin le Conseil des Ventes Volontaires soutient la nécessité de disposer "d'une industrie française des enchères", forte, capable de se battre à armes égales avec ses concurrents avec une vraie vision libérale que ne peut qu'approuver Artprice.

    Le C.V.V. "ne peut que constater qu'il a très tôt senti le vent de l'histoire qu'il porte à la modernité numérique". Les propositions d'Artprice, faites notamment dans son audition de janvier 2008 dans le cadre du Rapport Bethenod, trouvent leur plein écho dans les propos du régulateur. Toujours selon le C.V.V., la marge d'intermédiation moyenne en matière d'art incluant frais vendeur et frais acheteur se

    situe de 36 à 37.5 % ce qui laisse, selon Artprice, une marge de manoeuvre considérable pour une intermédiation issue d'une place de marché normalisée électronique. De même, le C.V.V. note que les Maisons de Ventes françaises n'ont pas suivi le processus des ventes dématérialisées, en proportion de l'explosion de l'Internet dans le monde, ce qui, là aussi, conforte Artprice qui à vocation à devenir la plate-forme d'enchères en ligne de référence pour les 2900 Maisons de Ventes avec lesquelles Artprice travaille depuis 1987 avec Internet.

    Cette période de crise entraîne des restrictions budgétaires qui poussent les quelques dernières Maisons de Ventes hésitantes à s'allier à Artprice, qui au delà de sa place de marché, possède le fichier client qualifié fine art le plus important au monde. Ce fichier client est dans le marché de l'art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée.

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library comprising 290,000 auction catalogues and reference works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF


    Paris, le 26 janvier 2009

    Artprice lance My Art Collection by Artprice, le portefeuille d'œuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice.
    Artprice lance My Art Collection, le premier service de gestion gratuit et confidentiel d'un portefeuille d'œuvres d'art. Ce service, d'ores et déjà mis à disposition des 1 300 000 membres d'Artprice, est disponible en ligne dès aujourd'hui, pour tout collectionneur et amateur d'art dans le monde. http://web.artprice.com/portfolio/login.aspx

    Quelque soit le budget investi dans une collection, sa valeur évolue de plus en plus rapidement par le fait que la marché de l'art devient très réactif aux événements financiers, économiques et géopolitiques. Grâce à My Art Collection by Artprice®, ce service unique propose de suivre gratuitement l'évolution globale d'un portefeuille d'œuvres avec une revalorisation régulière pour chacune des œuvres qui le composent.
    A travers un outil très simple d'utilisation, combinant tout le savoir faire d'Artprice, leader mondial de l'information sur le marché de l'art, le propriétaire du portefeuille peut en un coup d'œil suivre les évolutions financières de son portefeuille d'œuvres.

    Ce service exclusif permet ainsi de bénéficier de l'accès immédiat à la première place de marché normalisée mondiale d'Artprice et de vendre ou enrichir tout ou partie de sa collection en fonction du marché.
    En outre, en quelques clics, le client Artprice peut bénéficier du service payant Artpricing : nos analystes (historiens de l'art, professionnels et économètres du marché de l'art) retournent sous 48h une estimation de la valeur actualisée des œuvres, ainsi que de l'accès par abonnements payants aux bases de données Artprice : plus de 25 millions de résultats d'adjudications recensés, indices et cotes de 405 000 artistes.
    De même, par ce portefeuille, nos membres vont accéder à des services d'assurance en ligne avec des devis calculés en temps réel par Artprice et ses partenaires en assurance d'art, accélérant ainsi la notion de prise en garantie immédiate de leurs œuvres.

    Le marché de l'art est de plus en plus réactif. Ses acteurs sont en quête d'informations fiables et rapides. My Art Collection est aujourd'hui l'outil le plus pertinent pour répondre aux interrogations économiques des collectionneurs. Accessible à tous les membres Artprice, My Art Collection by Artprice est un service qui respecte rigoureusement le droit à la confidentialité et préserve les données personnelles et la vie privée.

    Depuis 1987, le département d'économétrie d'Artprice a développé des algorithmes de calculs indiciels fondés sur un savoir-faire et des banques de données uniques qui font de ses indices et indicateurs économiques sous forme d'abonnements payants, la référence du marché et positionnent Artprice comme le leader mondial de l'information.

    Le département économétrie met son savoir faire à votre service à travers des outils innovants pour une plus grande transparence du marché. L'Art Market Confidence Index (l'indice de référence de la confiance des acteurs du marché de l'art), les Art Price Global Indices (les indices de prix calculés sur la base de 25 millions de résultats d'adjudications dans le monde) sont autant d'indicateurs et produits aujourd'hui incontournables sur le marché de l'art pour juger de sa santé économique.

    En 2009, malgré une crise financière et économique reconnue comme historique par les grandes institutions, l'Art Market Confidence Index qui sonde en temps réel les 1 300 000 membres d'Artprice traduit une forte correction des prix à la baisse, mais restitue aussi, une véritable confiance dans le marché de l'art, notamment en matière de liquidité et d'opportunité d'achat ; la place de marché normalisée d'Artprice confirmant en 2009, cette étroite corrélation avec l'AMCI. http://web.artprice.com/amci/

    Source: www.artprice.com ©1987-2009 thierry Ehrmann

    Artprice, the world leader in art market information, lists over 25 million auction prices and indices covering over 405,000 artists, continuously updated from 2,900 international auction houses. Artprice provides daily information on art market trends for the main financial press titles and agencies worldwide. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library comprising 290,000 auction catalogues and reference works from 1700 to the present day. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world's leading market for buying and selling works of art (source: Artprice).

    Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 - Bloomberg: PRC - Reuters: ARTF